LA CAVERNE DE BIENVENOU/FOOT MEDITERRANEEN
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

+3
domenico belli
bienvenou
aladin
7 participants

Page 7 sur 38 Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 22 ... 38  Suivant

Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Jeu 20 Jan - 13:50

LAGRIPPEÀ SON PIC Selon le réseau Sentinelles, plus
d’un million de personnes
auraient consulté leur médecin
généraliste depuis le début de la
saison grippale pour syndrome
grippal. La grippe aurait entraîné
le décès de 41 personnes en
France et causé 290 cas graves.
L'Institut de veille sanitaire a déclaré
hier, que ces cas graves
étaient majoritairement liés au
virus H1N1. L’épidémie de grippeA
est arrivée à son pic mais la
grippe B progresse dans le Sud.
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Ven 21 Jan - 11:42

Idea ne rendant les medicaments soupçonnés
on diminue la prise de ses medicaments dans l'opinion publique et de ce fait
l'etat fait des economies ....pour l'utiliser ailleurs c'est une thèse plausible



SANTÉ
Médicaments: Sarkozy
veut réformer le système

Le président de la République
a promis, hier, une refonte "en
profondeur" de la politique française
du médicament, à la suite
de l'affaire du Mediator. Nicolas
Sarkozy a précisé devant plusieurs
centaines de représentants
du monde de la santé rassemblés
dans un gymnase de
Châtillon-sur-Indre, dans le centre
de la France, que des décisions
seraient prises dès la
mi-2011.
"Il faut tirer toutes les leçons
de ce dossier", a déclaré le président
de la République lors de
ses voeux aux personnels de santé.
"Nous allons donc engager
une démarche de refondation en
profondeur de notre politique
du médicament." Il a expliqué
qu’il fallait "resserrer les mailles
du filet" du système de pharmacovigilance
"au travers de procédures
plus réactives et d'autorités
publiques plus efficaces", une
réponse à la mise en cause de
l'Agence française de sécurité
sanitaire des produits de santé
(Afssaps) dans l'affaire du Mediator.
Il a également dit vouloir
renforcer la "garantie absolue
d'indépendance, de transparence
et d'impartialité" des décisions
sur les médicaments et
aider les prescripteurs face à la
double pression des patients et
des laboratoires pharmaceutiques.
Tous les secteurs concernés
- patients, prescripteurs,
autorités de régulation, industriels,
experts - seront associés à
cette démarche.
Le Mediator, un antidiabétique
prescrit comme coupe-
faim fabriqué par le laboratoire
Servier, est accusé d’avoir
causé en France 500 à 2 000
morts avant d'être retiré du marché
en 2009, longtemps après
d’autres pays occidentaux, et
est au coeur de multiples procédures
judiciaires. Un rapport de
l’Inspection générale des affaires
sociales (Igas) accable à la
fois le laboratoire et le système
français de surveillance sanitaire.
Les doutes sur l'utilité médicale
et la nocivité du Mediator,
prescrit à au moins cinq millions
de personnes entre 1976et
2009, sont connus depuis la fin
des années 1990. Mais ce médicament
à base de benfluorex a
bénéficié jusqu’à son retrait
d’une grande tolérance des
agences sanitaires et les ministres
de la Santé successifs
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Ven 21 Jan - 20:58

on lui souhaite que cela ne soit pas trop grave

Stéphane Diagana, 41 ans, premier Français champion du monde d'athlétisme, a été gravement blessé quand son vélo a heurté une voiture vendredi au-dessus de Vence, dans les Alpes-Maritimes. Le sportif a été transporté par hélicoptère à l'hôpital Saint-Roch à Nice.


L'accident s'est produit en fin d'après-midi sur la route du col de Vence, dans des circonstances qui n'ont pas encore été établies. Selon Bernard Amsalem, le président de la Fédération française d'athlétisme, en contact avec les proches du sportif, Diagana serait "touché à la tête et partout sur le corps mais serait conscient". "Il passe un scanner et il serait tombé seul de vélo", a précisé à l'AFP vendredi Bernard Amsalem.

Stéphane Diagana, né à Sainte-Affrique (Aveyron), avait été sacré champion du monde du 400 mètres haies en 1997 à Athènes. Il a pris sa retraite sportive en 2004.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Dim 23 Jan - 12:04

oufff
mais son visage a été touché semble t il LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 986809IMGP3711
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Dim 23 Jan - 13:07


petit calcul d'edulcorant

moi qui en prenait 4 par jour soit 4 fois 20 mg soit 80 mg
soit 1,1 mg/kg j'ai divisé par 2 et en prend plus que 2 soit 0,55 mg:kg je suis bien


dimanche 23 janvier 2011

DR

SantéAspartame, saccharine... faut-il craindre les édulcorants ?


Publié à 11 h 50 - A haute dose, certains provoquent des problèmes intestinaux, d'autres sont soupçonnés de causer des maladies ou des accouchements prématurés, voire un afflux de graisses sanguines : des médecins et chercheurs doutent de l'utilité des édulcorants et prônent la modération. Visant au départ les seuls diabétiques, les édulcorants font depuis plusieurs décennies les beaux jours des régimes amaigrissants. Parmi les édulcorants "nutritifs", il y a les "sucres" naturels comme le fructose, et les polyols (sorbitol, xylitol...), un peu moins sucrants que le sucre, utilisés dans les bonbons ou le chewing-gum et ne provoquant pas de carie.

Dépourvus de "dose journalière admissible" (DJA), qui définit un seuil

de toxicité, ils peuvent pourtant poser quelques problèmes. Le sirop d'agave, mélange de fructose et de glucose, est déconseillé aux diabétiques. Chez des personnes susceptibles, une consommation excessive de fructose peut augmenter le taux de triglycérides sanguins. A haute dose, les polyols peuvent provoquer des douleurs abdominales et des diarrhées. Mais ce sont surtout les édulcorants "intenses" qui polarisent les interrogations.

Aspartame, saccharine, acésulfame K, sucralose, ils ont un pouvoir sucrant des centaines voire des milliers de fois supérieur à celui du sucre. On les trouve associés entre eux, mais « on a peu d'indications sur leurs effets conjugués », dit le Dr Laurent Chevallier, nutritionniste montpelliérain et membre du Réseau environnement santé (Res). Pour l'aspartame, présent dans plus de 6 000 produits, la DJA est de 40 mg/kg de poids corporel/jour.

Le seuil paraît élevé, mais « 2 canettes + 1 yaourt + 1 crème + 4 cafés + 10 chewing-gums, ça fait déjà 15 mg/kg/jour », note André Cicolella, du Res. Edulcorant intense naturel, la stevia, 200 fois plus sucrante que le sucre, a envahi le marché. Elle a obtenu un avis favorable de l'Agence sanitaire de l'alimentation (Anses), mais il ne faut pas la chauffer à plus de 100°C et des chercheurs regrettent le manque d'études la concernant. Deux études récentes accusent les édulcorants intenses. L'une souligne qu'une forte consommation de boissons light par les femmes enceintes augmente le risque d'accouchements prématurés. L'autre confirme les résultats d'études antérieures sur l'impact cancérogène de l'aspartame sur les rats, et maintenant les souris.

Le Dr Chevallier cite le manuel Merck, bible des médecins : « L'absorption modérée d'aspartame pendant la grossesse ne semble entraîner qu'un faible risque foetal. » « On veut pas de risque du tout », dit-il. Sont-ils au moins efficaces pour maigrir ? Selon une étude de 2009, les utiliser peut inciter à manger plus pour être rassasié. Surtout, un produit allégé n'est pas forcément moins riche en calories qu'un produit ordinaire. Hormis pour les boissons, où l'eau remplace le sucre, « quand vous retirez du sucre, vous remplacez par autre chose en termes de masse, comme de l'amidon ou du gras, et la valeur énergétique peut être plus élevée », note le Dr Chevallier.

« Vérifiez les étiquettes ! », recommande France Bellisle, de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). Des chercheurs estiment même que les édulcorants font grossir, voire favorisent le diabète. Surtout, ils « encouragent la dépendance au sucre », dit une étude parue dans le Yale Journal of Biology and Medicine.

Nombre de nutritionnistes et diététiciens prônent donc une consommation modérée. Dans les cliniques de Montpellier où il officie, le Dr Chevallier a supprimé la sucrette avec le café. « Ça se passe très bien », assure-t-il.

aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Dim 23 Jan - 15:51

Peut-onfaire confiance
aux médicaments?
Le scandale du Mediator a jeté le soupçon
sur notre système de pharmacovigilance.
Nicolas Sarkozy a annoncé une "refonte
Combien de morts ? 500, 1 000
dit-on, alors que les langues se délient.
Trois seulement selon Jacques
Servier, patron du laboratoire qui
commercialisait le Mediator. Au-delà de ce
sombre décompte, ce sont les failles du système
qu’a révélé cette affaire dont il faudra "tirer
toutes les leçons" estime Nicolas Sarkozy
qui annonce une "refonte" du système de mise
sur le marché et de surveillance du médicament.
D’autant qu’avant le Mediator le
Vioxx suspecté de provoquer des infarctus,
la Cérivastatine, ou même le Diantalvic ont
disparu des pharmacies après avoir été largement
prescrits. Plus de 70 autres médicaments
viennent d’être placés sous haute surveillance,
dont certains étaient encore vivement
recommandés il y a quelques jours. De
quoi ébranler la confiance des Français.
Ont-ils raison d’être inquiets ? Les réponses
du Pr Olivier Blin qui dirige le service de pharmacovigilance
de l’hôpital de la Timone à
Marseille et de Gregory Caret de l’UfC-Que
Choisir, organisme qui a porté plainte dans
l’affaire du Mediator.

L’Afssaps
en ligne de mire
Le scandale du Mediator, précédé
par un certain nombre
d’autres affaires moins médiatisées,
a mis en lumière les profondes
défaillances du système de
mise sur le marché et du suivi du
médicament en France. Et plus
particulièrement les dysfonctionnements
au sein de l’Agence
française de sécurité sanitaire
des produits de santé (Afssaps)
qui n’établira le lien entre Mediator
et valvulopathie qu’en 2009
alors que d’autres pays comme
l’Espagne l’ont mis en évidence
dès 2003. Au chapitre de la méthode,
les critiques contre l’agence,
au regard des alertes reçues
dès 1998, pleuvent. Mais c’est
son organisation même qui est
sujette à caution.
Parmi les éléments apparus au
grand jour depuis le scandale du
Mediator : le mode de financement
de l’agence. Selon
l’UFC-Que Choisir, sur les 111 millions
d’euros de buget total,
88millions provenaient en 2009
des taxes et redevances versées
par les laboratoires. Autre sujet
litigieux : ce sont les laboratoires
eux-mêmes qui fournissent les
dossiers soumis à une Autorisation
de mise sur le marché
(AMM). Quant aux moyens mis
au service de l’activité de pharmacovigilance
en région, ils sont
particulièrement restreints.
Avec 3% du budget et 2,5 personnes
à temps plein, les centres
régionaux chargés notamment
de recueillir les effets indésirables,
déclarés spontanément,
paraissent bien dérisoires.

GRÉGORY CARET Département des études de l’UFC-Que Choisir
"Les laboratoires, les médecins et les
patients ont une part de responsabilité
❚ L’affaire du Mediator illustre peu ou prou
tous les dysfonctionnements de la chaîne du médicament
que vous dénoncez depuis des années.
Dans ce cas comme dans les autres, où se situent
les responsabilités ?
Elles sont multiples, comme le souligne le rapport
de l’IGAS sur le Médiator. Responsabilité administrative
d’abord, dans la mesure où les agences publiques
ont été incapables d’enrayer les dérives de
prescription qu’elles connaissaient. Responsabilité
du laboratoire ensuite, même s’il appartient à la
justice de le démontrer. Responsabilité des médecins
enfin, quand ils sortent du champ de prescription
habituel. Et même responsabilité des patients,
qui font souvent pression pour obtenir des prescription
inadaptées, comme cela a été le cas avec le Mediator,
qui a été massivement prescrit comme coupe-
faim.
❚ Comment expliquez-vous ces dérives de la
part de médecins considérés, a priori, comme des
professionnels responsables ?
Là aussi, les responsabilités sont multiples. Il y a
celle des laboratoires et de leurs représentants, les
visiteurs médicaux, qui orientent trop souvent les
prescriptions hors du champ normal. Et celle des
médecins, bien sûr, lorsqu’ils fondent leurs prescriptions
sur ce que leur racontent les visiteurs médicaux,
sans vérifier leurs informations.
❚ Ces visiteurs médicaux, très nombreux en
France, pèsent-ils négativement sur la chaîne du
médicament en incitant à la consommation?
C’est l’une des données du problème. Ils sont effectivement
19 000 dans notre pays et 20%des médecins
reçoivent plus de 40 visites par mois. Il y a quelques
années, une étude de l’IGAS avait d’ailleurs
mis en évidence que les médecins les plus visités
étaient justement ceux qui avaient la main la plus
lourde sur les prescriptions.
❚ Les médecins français sont-ils vraiment les
plus gros prescripteurs de la planète ?
C’est exact. Juste derrière les Américains. En France,
on prescrit en volume 40%de plus que nos voisins
européens et 90% des visites se concluent par
une prescription médicamenteuse, contre 40%
aux Pays-Bas.

"Très souvent, les médecins
prescrivent le plus coûteux
des traitements disponibles
sur le marché." "Une étude a montré que les médecins les
plus visités sont ceux qui ont la main la plus
lourde sur les prescriptions

❚ Quel impact ces habitudes ont sur le budget
de la Sécurité sociale ?
Le coût financier est énorme. Et il est aggravé par le
fait que, très souvent, les médecins prescrivent le plus
coûteux des traitements disponibles sur le marché.
Nous avons d’ailleurs conduit une étude sur ce thème
et nos résultats ont montré un surcoût d’au moins
1 milliard d’euros pour la Sécurité sociale sur la période
2002/2006 pour 8 médicaments qui représentaient
14%des dépenses de prescription de la médecine
de ville. Dans le contexte économique, c’est très
dangereux pour la pérennité de notre système de
soins. D’autant que le coût pour la Sécurité sociale
n’est pas seulement financier. Il se mesure aussi en
termes de santé publique, car la prescription médicamenteuse
n’est jamais anodine . Au-delà de l’efficacité
d’une molécule, il y a toujours un risque d’effets indésirables
pour le patient. Et à trop prescrire, on aggrave
forcément ce risque.
❚ La France est-elle encore le pays qui délivre le
plus d’autorisations de mise sur le marché (AMM),
alors que plusieurs milliers de médicaments autorisés
seraient inutiles, voire dangereux ?
Là dessus, les experts ne sont pas tous d’accord. Mais
selon la société internationale qui édite notamment la
revue Prescrire, seuls 2% des nouveaux traitements
autorisés apporteraient un réel progrès thérapeutique.
En France, on délivre en moyenne 1300 AMM par
an. Si on se base sur ces chiffres, cela signifierait qu’à
peine 26 AMM correspondraient à un vrai progrès


PR OLIVIER BLIN Laboratoire de pharmacologie de l’hôpital de La Timone
"Un système efficace mais qui n’est pas
infaillible et doit être corrigé

Le Pr Olivier Blin plaide pour l ’utilisation de
bases de données, comme celle des assurés,
pour détecter les incidents

"Les pharmacologues constituent
une toute petite communauté.
Leur nombre comme
leurs moyens sont insuffisants."

❚ Un Français sur trois se méfie désormais des
médicaments. À tort ou à raison ?
Notre système de pharmacoviligance est globalement
efficace. Mais il n’est pas infaillible. Les affaires
récentes sont des marqueurs. Elles posent la
question de l’évolution de notre système qui doit
sans doute être corrigé mais de manière progressive
et en permanence car les crises que nous
connaissons aujourd’hui ne sont pas les mêmes
que celles d’hier, ni celles de demain.
❚ Est-ce l’évaluation du médicament avant la
mise sur le marché ou le contrôle des effets secondaires,
une fois qu’il est commercialisé, qui
sont en cause ? Comment améliorer le système ?
Ce qui est en cause, c’est l’articulation entre les différentes
institutions. Il faut parvenir à un travail
collectif entre l’Afssaps, la Haute Autorité de Santé,
la Caisse nationale d’assurance maladie, les sociétés
savantes, le ministère. Concrètement, lorsque
l’on fait des essais cliniques, il faut avoir un
nombre de patients suffisant pour détecter les effets
indésirables. Mais il n’est pas matériellement
possible d’inclure 1 voire 2 millions de personnes.
Par ailleurs, suivant l’indication, il faut aller vite
car les patients sont très demandeurs. Pour certaines
maladies, il n’y a même pas de traitement.
Quand il s’agit d’une pathologie mortelle comme le
cancerun médicament peut sauver une vie mais
provoquer un certain nombre d’effets secondaires.
Il subsiste donc toujours une part de risque
que nous sommes obligés de rapporter aux bénéfices.
D’où la nécessité absolue de continuer l’évaluation
du médicament en temps réel.
❚ Le problème c’est qu’actuellement, la notification
des effets indésirables repose sur un système
déclaratif ce qui laisse une place importante
à l’aléatoire...
Cela peut aussi se corriger. Il y a des outils pour le
faire, des bases de données. On peut imaginer des
études de grande ampleur, réalisées à partir d’éléments
fournis notamment par la Caisse nationale
d’assurance maladie. Ces données peuvent nous
servir à analyser des indicateurs permettant de détecter
et de comprendre tel ou tel problème lié à
l’usage d’un médicament. Mais cela nécessite une
réorganisation des moyens
❚ L’affaire du Mediator a clairement mis en lumière
le conflit d’intérêt entre les laboratoires
et l’Afssaps. Vingt-cinq membres de la commission
de mise sur le marché sont liés aux labos. Le recours
à des experts indépendants est un problème?
Les pharmacologues constituent une toute petite
communauté. Leur nombre comme leurs moyens
sont insuffisants. De toute évidence, il faut investir
dans la formation de manière à ce que l’on puisse
s’orienter soit vers la réalisation d’essais cliniques,
soit vers la fonction d’évaluateur indépendant dans
certaines périodes de la carrière . Pour l’instant, en
France, les effectifs sont réduits ce qui explique que
certains experts exercent plusieurs fonctions.
❚ Les médecins, semblent aussi très "démunis" face
aux représentants de laboratoires qui sont
avant tout des commerciaux...
Sans doute ont-ils besoin d’une formation plus complète
sur le médicament. Mais ils ont des outils d’alerte
à leur disposition, des revues par exemple comme
Prescrire. Ils reçoivent aussi des visiteurs de l’Assurance
maladie. C’est un système qu’il faut optimiser
mais ce n’est pas seulement un problème de moyens.
L’affaire du Mediator est emblématique en ce sens
qu’elle a mis en évidence la nécessité de réorganiser
un système. Mais il faut aussi aller vers une plus grande
éducation du patient afin qu’il puisse être un acteur
de sa santé. Les Français se méfient des médicaments
mais les adorent aussi au point d’en changer la
posologie ou d’en prendre sur simple recommandation
de son voisin.
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Lun 24 Jan - 16:27

Un Marseillais
fait condamner
Servier
Le laboratoire créateur du Médiator est
condamné à 140000¤ de dommages et
intérêts pour un autre de ses produits,
l’Isoméride
"J’ai fait condamner Servier"
La cour d’appel de Versailles a décidé, jeudi, d’accorder 140000 ¤ de dommages et intérêts à un Marseillais dont la
femme est décédée en 1995 après avoir pris un coupe faim, l’Isoméride, fabriqué aussi par l’inventeur du Mediator
Alain Goudman avait juré de se battre jusqu’au bout pour la mémoire de sa femme, Nicole, emportée
à l’âge de 47 ans par une hypertension artérielle pulmonaire. /


La vie demafemme s’est arrêtée,
celle de ma fille et la
mienne ont été brisées..."
Dans son modeste appartement,
près de la gare Saint-Charles
de Marseille, Alain Goudman
regarde la photo de sa femme:
Nicole est morte le 31 octobre
1995. Cette Marseillaise née à La
Rose, agent de maîtrise à l’EDF
avait 47 ans. Et une fille unique
de 19 ans.
Un collège d’experts judiciaires
composé des professeurs Derenne,
spécialiste en pneumologie,
et Lagier, autorité reconnue
dans le monde de la toxicologie,
tous les deux à l’hôpital de la Pitié-
Salpétrière de Paris, ont établi
formellement un lien entre
l’hypertension artérielle pulmonaire
qui a causé sa mort et la prise
d’un médicament, l’Isoméride.
Unsimple coupe-faim.Un banal
médicament pris par 7 millions
de Français entre 1985, date
de son autorisation de mise
sur le marché, et son retrait des
pharmacies en 1997.
"Nicole n’était pas obèse
quand elle a commencé à prendre
ce médicament : elle pesait
68kg. Mais elle se sentait mieux
dans son corps quand elle a réussi
à maigrir jusqu’à 60,8 kg", se
souvient Alain Goudman, d’une
voix pleine de tendresse mais
voilée de chagrin.
Pour lui, Servier aurait dû s’inquiéter
des effets secondaires de
ce médicament, dont le principe
actif est la dexfenfluramine dès
lors que des études scientifiques
en 1981 et 1986 pointaient un défaut
d’une molécule de la même
famille, la fenfluramine (lire
ci-contre), voisine aussi du principe
actif du tristement célèbre
Mediator...
La cour d’appel de Versailles a
condamné jeudi dernier la société
Servier, fabricant de l’Isoméride,
à 145000 ¤ de dommages et
intérêts, après un long combat
judiciaire : "J’avais gagné mon
procès en première instance, en
2006. Servier avait été condamné
à 130000 ¤ de dommages et intérêts.
Mais j’ai perdu en appel. Je
me suis donc adressé à la cour de
Cassation, qui m’a donné raison,
et a donc renvoyé le dossier à la
cour d’appel de Versailles qui
vient de rendre sa décision", explique-
t-il. Cette condamnation
n’est pas tout à fait définitive. En
toute rigueur, le laboratoire Servier
peut de nouveau se pourvoir
en Cassation (puisque cette
formation juge sur la forme du
dernier procès et non sur le
fond). "Le cas échéant, j’irai devant
la Cour européenne de justice,
où un cas rigoureusement
identique et favorable à la victime
fait jurisprudence", prévient
Alain Goudman. "Ma fille est un
peu désabusée devant l’attitude
des laboratoires Servier qui ne
veulent pas reconnaître leur responsabilité
dans notre drame familial",
poursuit-il. "J’avais dit
que je me battrais jusqu’au bout
pour la mémoire de Nicole. Je
tiens ma promesse. C’est une
question de principe mêmesi l’argent
ne me la rendra pas et ne
rendra pas sa mère à notre fille".

Ces médicaments qui
suscitent l’inquiétude
"J’. /

Peut-on avoir confiance dans
les médicaments qui nous sont
prescrits ? À cette question, 35%
des Français répondent désormais
"non" (La Provence d’hier).
La méfiance envers les médicaments
est élevée surtout chez les
non diplômés (41%). Inversement,
75% des détenteurs d'un
diplôme supérieur à Bac+2 font
confiance aux médicaments
qu’ils utilisent. À juste titre ? Pas
obligatoirement, au vu de la succession
d’alertes concernant un
nombre croissant de traitements.
Dernier en date, le Multaq. Ce
médicament pour les troubles
du rythme cardiaque mis au
point par les laboratoires Sanofi-
Aventis serait susceptible, sur
certains patients, d’entraîner
des lésions au foie. Après la
Food and Drug Administration
américaine, l’Agence européenne
du médicaments et l’Agence
française de sécurité sanitaire
des produits de santé (Afssaps)
ont mis en garde contre les effets
indésirables de ce traitement
et invité les personnes qui
le prennent à faire vérifier l’état
de leur foie.
Avant cette nouvelle alerte,
l’Afssaps avait déjà publié sur
son site une liste (La Provence
du 20 janvier) de 59 médicaments
"à surveiller". Parmi eux
figurent le Champix, vendu par
Pfizer, qui est destiné au sevrage
tabagique et l’Alli (GSK), une
substance prescrite pour la perte
de poids. On trouve encore le
Prevenar, vendu aussi par Pfizer,
un vaccin courant chez les
enfants, le Gardasil (Sanofi-Pasteur
MSD) et le Cervarix (GSK),
deux vaccins préconisés aux jeunes
filles en prévention du cancer
du col de l’utérus. La Thalidomide,
toujours utilisée dans
le traitement des cancers bien
qu’ayant provoqué des malformations
sur des nouveau-nés,
l’Intrinsa (Warner Chilcott) indiqué
pour la baisse de désir
sexuel féminin, l’Acomplia (Sanofi-
Aventis), un traitement de
l’obésité, l’Elaone (HRA Phrama),
un contraceptif d’urgence
ou encore le Zypadhera (Lilly),
un antidépresseur, figurent également
sur la liste de l’Afssaps.
Ces produits entraîneraient des
effets secondaires : dépression,
hallucinations, vomissements,
diarrhées, malaises ou même
cancer. Un des produits figurant
sur la liste des 59, le Thelin (Pfizer),
préconisé contre l’hypertension
va prochainement être
interdit en raison de cas "d’atteintes
hépatiques graves." Cette
liste pourrait bientôt comprendre
76 noms. Nul ne sait si le Buflomédil,
le Nimésulide et le Vinflunine,
accusés d'être dangereux
par la revue Prescrire, figureront
dans la nouvelle liste.

Le Mediator a été commercialisé
de 1975 à 2009. L’Isoméride
de 1985 à 1997. Le principe actif
de ce dernier est la dexfenfluramine,
alors que celui du premier
est le benfluorex. Les deux
produits sont de la famille des
fenfluramines. Mais même famille
ne veut pas dire qu’ils produisent
systématiquement les
mêmes effets. Ils sont comme
des isomères, c’est-à-dire que
leur molécule comprend les mêmes
atomes et en même nombre,
mais que les positions de
ces atomes dans la molécule
sont différentes.
Or, l’effet que va produire un
principe actif dans un corps malade
dépend non seulement de
la nature des atomes de la molécule
en cause mais aussi de la
manière dont ces atomes sont
organisés les uns par rapport
aux autres. Aussi, quand on
s’est apercu que la dexfenfluramine
était dangereuse, il fallait
vérifier que le benfluorex ne
produisait pas les mêmes effets
nocifs. Chimiquement, il était
possible que les deux molécules
ne produisent pas les mêmes effets
secondaires. Mais ce n’était
pas certain. Et, hélas, des milliers
de patients l’ont constaté à
leurs dépens
Peut-on avoir confiance dans
les médicaments qui nous sont
prescrits ? À cette question, 35%
des Français répondent désormais
"non" (La Provence d’hier).
La méfiance envers les médicaments
est élevée surtout chez les
non diplômés (41%). Inversement,
75% des détenteurs d'un
diplôme supérieur à Bac+2 font
confiance aux médicaments
qu’ils utilisent. À juste titre ? Pas
obligatoirement, au vu de la succession
d’alertes concernant un
nombre croissant de traitements.
Dernier en date, le Multaq. Ce
médicament pour les troubles
du rythme cardiaque mis au
point par les laboratoires Sanofi-
Aventis serait susceptible, sur
certains patients, d’entraîner
des lésions au foie. Après la
Food and Drug Administration
américaine, l’Agence européenne
du médicaments et l’Agence
française de sécurité sanitaire
des produits de santé (Afssaps)
ont mis en garde contre les effets
indésirables de ce traitement
et invité les personnes qui
le prennent à faire vérifier l’état
de leur foie.
Avant cette nouvelle alerte,
l’Afssaps avait déjà publié sur
son site une liste (La Provence
du 20 janvier) de 59 médicaments
"à surveiller". Parmi eux
figurent le Champix, vendu par
Pfizer, qui est destiné au sevrage
tabagique et l’Alli (GSK), une
substance prescrite pour la perte
de poids. On trouve encore le
Prevenar, vendu aussi par Pfizer,
un vaccin courant chez les
enfants, le Gardasil (Sanofi-Pasteur
MSD) et le Cervarix (GSK),
deux vaccins préconisés aux jeunes
filles en prévention du cancer
du col de l’utérus. La Thalidomide,
toujours utilisée dans
le traitement des cancers bien
qu’ayant provoqué des malformations
sur des nouveau-nés,
l’Intrinsa (Warner Chilcott) indiqué
pour la baisse de désir
sexuel féminin, l’Acomplia (Sanofi-
Aventis), un traitement de
l’obésité, l’Elaone (HRA Phrama),
un contraceptif d’urgence
ou encore le Zypadhera (Lilly),
un antidépresseur, figurent également
sur la liste de l’Afssaps.
Ces produits entraîneraient des
effets secondaires : dépression,
hallucinations, vomissements,
diarrhées, malaises ou même
cancer. Un des produits figurant
sur la liste des 59, le Thelin (Pfizer),
préconisé contre l’hypertension
va prochainement être
interdit en raison de cas "d’atteintes
hépatiques graves." Cette
liste pourrait bientôt comprendre
76 noms. Nul ne sait si le Buflomédil,
le Nimésulide et le Vinflunine,
accusés d'être dangereux
par la revue Prescrire, figureront
dans la nouvelle liste.
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Mar 25 Jan - 8:24

Evolution favorable pour Stéphane Diagana lundi 24 janvier 2011 à 12H37


Victime d'un accident de vélo vendredi à Vence (Alpes-Maritimes), Stéphane Diagana, blessé à la tête, a été opéré à l'hôpital Saint-Roch de Nice. L'ancien champion du monde du 400m haies va mieux. "L'évolution de l'état de santé de Stéphane Diagana est favorable. Il n'y a pas de complication à ce jour. Il sort du service de réanimation tenu par le Pr Carole Ichai de l'hôpital Saint-Roch aujourd'hui", précise un communiqué du CHU de Nice.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Mar 25 Jan - 11:49

Mediator:
Servier prêt
à indemniser
Les laboratoires Servier ont
annoncé, hier, être prêts à participer
à un fonds d'indemnisation
des victimes de leur médicament
Mediator.
Ils précisent dans un communiqué
que "cette position
ne remet pas en cause la défense
de leurs droits dans le cadre
des procédures pénales et civiles
en cours ou à venir". "Dès à
présent et dans l'intérêt des patients,
les laboratoires Servier
sont prêts à participer à la mise
en oeuvre d'un fonds d'indemnisation.
Le fonctionnement
de ce fonds se fera dans le cadre
de la législation en vigueur et
selon des modalités permettant
une indemnisation rapide
et juste", lit-on dans le communiqué.
Le Mediator, un antidiabétique
prescrit comme coupe-
faim et fabriqué par Servier,
aurait causé selon des études
la mort d'au moins 500 personnes.
Le ministre de la Santé,
Xavier Bertrand, a déclaré
la semaine dernière qu’il était
favorable à l'utilisation d'un
fonds existant pour indemniser
les victimes du Mediator
plutôt qu’à la création d'un
fonds spécifique.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Mar 25 Jan - 14:24

LES LABOS SI PUISSANTS
QU" ILS ONT MEME UN G5 DONT J" IGNORAIS L"EXISTENCE

25 janvier 2011
Mediator: J. Servier quitte la présidence du "G5" des laboratoires français
Le président des laboratoires Servier, Jacques Servier, a décidé de quitter la présidence du "G5", qui rassemble cinq des principaux groupes pharmaceutiques français, "pour se consacrer essentiellement à la défense" de son groupe, a annoncé l'organisation mardi.



AFP/Archives
"En raison des circonstances exceptionnelles qui touchent son laboratoire, le docteur Jacques Servier a fait part de sa décision de ne plus être président du G5 pour se consacrer essentiellement à la défense des intérêts de son groupe pendant la période actuelle", annonce le G5 dans un communiqué.

Le groupe Servier reste toutefois membre de cette organisation, qui regroupe également Ipsen, Pierre Fabre, Sanofi-Aventis et le Laboratoire français de fractionnement et des biotechnologies (LFB).

Les membres du G5 rappellent par ailleurs leur volonté de "servir au mieux le malade par l’innovation, la juste prescription et le suivi de tous leurs médicaments" et de "développer avec les professionnels de santé et les autorités (...) des relations qui participent à la sécurité sanitaire et à la confiance des patients".

"Dans cet esprit, les groupes français du médicament soutiennent les propositions de réforme du secteur vers plus de transparence. Notamment, ils approuvent pleinement l’idée de publier la liste des liens entre experts et laboratoires, ainsi que le montant des sommes versées", ajoutent-ils.

Le président d'Ipsen Marc de Garidel a été élu pour remplacer M. Servier comme président du G5.

Les Entreprises du Médicament (Leem), syndicat patronal du secteur, avaient annoncé le 19 janvier avoir "suspendu" la participation de Servier à ses instances pour engager "sereinement" des discussions avec les pouvoirs publics sur la refonte envisagée du secteur.

Commercialisé en France de 1975 à 2009, le Mediator, un médicament de Servier pour diabétiques en surpoids largement détourné comme coupe-faim, est accusé d'avoir causé plusieurs centaines de décès en France.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Mer 26 Jan - 8:30

PASSION
Rencontrez Bénédicte
Ann, docteur de l’amour


Elle sait de quoi elle parle, elle
qui a décortiqué les phénomènes
de l’attirance et de l’amour
(dans cet ordre-là en général)
dans un livre sobrement titré Le
prochain, c’est le bon! (Albin Michel).
Bénédicte Ann, spécialiste
de la question sentimentale, sera
aujourd’hui à 17h30, au forum
de la Fnac Centre Bourse, pour
animer une conférence/atelier
sur le thème Trouver l’amour et
le garder. (entrée libre). Puis accueil
à La Place du Village (4 rue
des Tyrans, 7e), pour un café de
l’amour à partir de 18h 45 (début
vers 19h30, 10¤). Cet espace de
réflexion et de débat inédit àMarseille
permet de libérer la parole
sur un sujet pour le moins intime.
"On y abordera notamment
les questions: comment aimer et
être aimé(e)?", explique Bénédicte
Ann, coach amoureux qui affirme
que "oui, les gens, et les femmes
en particulier, surtout après
un divorce qui met un point final
à un long temps de vie à deux,
ont besoin de conseils pour une
nouvelle vie amoureuse


Bénédicte Ann, coach
amoureux, délivrera de
précieux conseils
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Jeu 27 Jan - 19:03

Après le scandale du Mediator....


La polémique sur les effets secondaires liés à ces traitements contre
l’acné resurgit avec d’autant plus d’écho qu’elle survient juste après le
scandale du Mediator. Commercialisé depuis 1976 par le laboratoire
Servier, ce médicament prescrit initialement comme antidiabétique
puis utilisé peu à peu comme coupe-faim, aurait entraîné des problèmes
cardiaques causant la mort d’au moins 500 personnes. Le ministre
de la Santé a, depuis, annoncé une réforme du système de pharmacovigilance.
Toutefois, comme le souligne le Dr Pichon, responsable de l’Ordre
des pharmaciens en Paca et Corse, "on ne peut pas complètement
comparer l’affaire du Mediator avec celle de l’isotrétinoïne. Les risques
de valvulopathies n’étaient pas mentionnés dans la notice du Mediator
pour lequel il y a eu aussi des dérives de prescription, ceux de dépression
et de suicide le sont dans les traitements contre l’acné".


Un traitement de l’acné en
cause dans le suicide d’ados
Le père d’un jeune Niçois de 17 ans qui s’est pendu et un Vauclusien qui a pris du Roaccutane ont saisi la justice

Vertu majeure de l’isotrétinoïne
: cette puissante
molécule vient à bout
des acnés les plus graves. Inconvénient:
une liste de 152 effets
indésirables, dont des risques
de dépression et de suicide, figurent
sur la notice de ce médicament
commercialisé jusqu’en
2008 sous lenomde Roaccutane
par le laboratoire Roche
puis sous forme de génériques.
"La seule chose que l’on a recommandé
à mon fils c’est de ne
pas s’exposer au soleil", se lamente
Daniel Voidey. Le
2juillet 2007, Alexandre 17 ans,
se suicide. Cela fait deux jours
qu’il a terminé le traitement de
Procuta puis de Curacné prescrits
depuis 7 mois à doses croissantes.
"Il s’est pendu à un arbre
à 800 mètres de la maison,
raconte son père. Au début du
traitement, tout s’est bien passé.
Mais le dernier mois, je l’ai senti
abattu. Trois jours avant de mettre
fin à ses jours , il avait passé
son bac. Il paraissait mieux. La
veille de son suicide , il s’est isolé
puis il s’est donné la mort. Sur
son portable, ce message: "Maman,
je ne sais pas ce que j’ai depuis
3 semaines, mais là j’en ai
marre, j’en peux plus, j’ai toujours
mal quelque part, les articulations,
le dos, les ongles incarnés,
ma peau qui me gratte tout
le temps. C’est des petites choses,
mais accumulées, c’est dur".
Son père s’interroge. "Alexandre
était un garçon ouvert, sportif,
bon élève , qui n’avait jamais
donné de signe de dépression".
Daniel Voidey se renseigne, découvre
qu’une association existe
en Suisse, crée en France l’Association
des Victimes du Roaccutane
et Génériques (AVRG) et
recueille le témoignage de parents
dont les enfants, sous traitement,
ont connu des problèmes
psychiques, voire se sont
suicidés .
Depuis 12 ans, un Vauclusien
mène lui aussi un combat pour
faire admettre le lien entre la
prise d’isotrétinoïne et les problèmes
de santé qu’il subit toujours.
"Un mois après le début
du traitement, j’ai eu une paralysie
de l’oeil droit qui a duré
quelques semaines. Depuis, je
souffre non seulement de troubles
oculaires mais musculaires
- on a même pensé que j’avais
une sclérose en plaques -, mais
surtout de dépression". Comme
Daniel Voidey, ce Vauclusien a
engagé une procédure devant
le tribunal d’Avignon contre le
laboratoire Roche qui d’ailleurs
ne fabrique plus le Roaccutane.
Débouté en première instance,
sous prétexte qu’il n'y avait pas
de lien entre sa dépression et la
prise du médicament, il ne baisse
pas les bras. "Mon client a
l’impression que c’est le pot de
terre contre le pot de fer", confie
son avocat marseillais qui a fait
appel de la décision. Me Gilbert
Collard, conseil de Daniel Voidey,
a pour sa part assigné le laboratoire
Roche mais aussi Expanscience
et Pierre Fabre qui
fabriquent les génériques. L’affaire
devrait être plaidée à la
mi-mars devant le TGI de Nanterre.
"Elle est d’autant plus dramatique,
dit Me Collard, qu’elle
frappe des adolescents".
"Entre 25 et 27 cas de suicides",
ont été notifiés entre 1986
et 2009 selon le DrAnne Castot,
chef du service d’évaluation et
de la surveillance du médicament
à l’Agence française de sécurité
sanitaire des produits de
santé (Afssaps). "Mais nous savons
qu’il y a une sous notification",
avoue ce médecin. Le Dr
Castot assure aussi que "rapporté
au nombre de suicides attendus
parmi la population des
15-44 ans, ce chiffre n’est pas
anormal. S’il faut continuer à
appeler à la prudence, il n'y a
donc pas lieu pour l’instant d’envisager
un retrait de ce médicament",
précise le Dr Castot. Prudente,
l’experte de l’Afssaps
ajoute pourtant : "Ce que je
vous dis aujourd’hui, ne sera
peut-être pas valable demain".
En réalité, l’isotrétinoïne,
commercialisée sous le nom de
Roaccutane depuis 1984, est
surveillée depuis 1995 par l’Afssaps.
En 1989, la notice a été révisée.
Mais ce n’est qu’en 2009
que le programme de prévention
a été renforcé : mise en place
d’un carnet pour les patients
, rappel des troubles psychiatriques,
lettres aux professionnels...
Depuis le mois de novembre
2010, une enquête
auprès d’une centaine de dermatologues
a été lancée. "Nous
connaîtrons les résultats d’ici la
fin de l’année", estime le Dr Castot.
Trop tard, trop long, rétorquent
les parents d’adolescents
qui ont attenté à leurs jours.
L’AVRG se réfère notamment
aux travaux d’un psychiatre
américain selon lequel l’isotrétinoïne
affecte le fonctionnement
du cortex frontal , zone où
se développent les émotions.
Pour ces parents en deuil, la démonstration
est suffisante

aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Ven 28 Jan - 9:40

Affaire du "Quick": la piste
de l’intoxication reste privilégiée

Les prélèvements effectués dans le restaurant sont toujours en
cours d’analyse
"Un faisceau d’indices", des
déclarations troublantes et des
clients "malades". Tout pourrait
tendre à incriminer le
fast-food. Mais une semaine
après la mort de cet enfant de
14 ans, à Oppède (Vaucluse),
quelques heures après avoir
mangé dans un restaurant
Quick à Avignon, une pièce
manque toujours au puzzle des
enquêteurs.
Elle incube peut-être encore
dans un laboratoire, où les prélèvements
effectués notamment
dans le restaurant sont
toujours en cours d’analyse et
n’ont pas encore livré tous
leurs secrets.
Selon nos informations, la piste
d’une intoxication d’origine
bactérienne serait aujourd’hui
privilégiée. L’oedème pulmonaire
découvert lors de l’autopsie
serait une conséquence de l’arrêt
cardio-respiratoire et des
multiples tentatives de réanimation.
Pris de vomissements, puis
de diarrhées 7 heures après
avoir mangé deux hamburgers,
en notant leur "goût bizarre"
(La Provence du 26/01), dans la
nuit de vendredi à samedi, Benjamin
s’était effondré devant sa
mère et les secours n’étaient
pas parvenus a faire repartir
son coeur, malgré plus d’une
heure de soins d’urgence.
Reste un autre oedème, au cerveau.
Cet accroissement, très
probablement fatal, du volume
cérébral, également mis en évidence
lors de l’autopsie,
concentre, depuis, toutes les interrogations.
Son origine
n’ayant pu, pour l’heure, être
établie avec certitude. D’autant
que, toujours selon nos sources,
"les légistes à Marseille ne
parviennent visiblement pas à
se mettre d’accord sur leurs
conclusions, c’est pour cela que
ça tarde."
Pour autant, des résultats
sont attendus aujourd’hui. Les
obsèques de Benjamin sont elles
célébrées cet après-midi à
Oppède...
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Ven 28 Jan - 9:44

MEDIATOR
"Couper les liens entre
médecins et labos"

MOI JE LE DIS DEPUIS 15 ANS
ANOMALIE QUE LES LABOS INVITENT LES MEDECINS DS DES RESTOS CHATEAUX ET WEEK END DE COMPLAISANCE
POUR LES INCITER A MARQUER LEURS MEDICAMENTS ..


Le Pr Bernard Debré, qui doit
rendre à Nicolas Sarkozy un rapport
co-rédigé avec le Pr Philippe
Even pour éviter la répétition
du scandale du Mediator,
veut interdire tout lien entre les
laboratoires et les experts chargés
d'évaluer leurs produits. Le
Président a demandé au député
UMP, chirurgien urologue et
auteur de plusieurs ouvrages
sur le système médical français,
de défricher le terrain en vue de
la refonte de la politique du médicament
imposée par cette affaire.
Pendant plus de trente
ans, le laboratoire Servier a
commercialisé le Mediator, accusé
d'avoir fait entre 500 et
2000 morts en France, comme
un médicament pour diabétiques
alors que c'est un coupe-
faim pour les autorités sanitaires.
De la réduction du nombre
de commissions au sein des
agences sanitaires à l'indépendance
budgétaire de ces dernières
en passant par la formation
continue des médecins et l'information
du grand public,
"tout se tient, on ne va pas enlever
un fil de l'écheveau", souligne
le Pr Debré. "Que les médecins
qui travaillent dans les
agences n'aient aucun lien avec
les laboratoires, ça c'est indispensable".
"Les gens qui travaillent avec
les laboratoires ne peuvent pas
être en même temps experts
pour les médicaments qu’ils ont
eux-mêmes mis sur le marché",
insiste le député de Paris. Le
chirurgien, qui conseille le ministre
de la Santé Xavier Bertrand
depuis trois semaines,
veut également la publication
"in extenso" des contrats entre
médecins et laboratoires, sur le
modèle du "Sunshine Act" américain.
"Évidemment, c'est un
tremblement de terre qui se prépare",
conclut Bernard Debré

LÂCHÉ PAR SON ASSUREUR

Servier a confirmé hier que son
principal assureur, Axa, refusait
de couvrir les risques liés au Mediator,
dernier signe en date de
l'isolement grandissant du laboratoire.
Au coeur d'un scandale
sanitaire sans précédent, Servier
risque de devoir indemniser seul
les victimes qui ont multiplié les
plaintes en justice ces dernières
semaines. "Les Laboratoires Servier
comprennent la position de
la compagnie dans le contexte
actuel, mais considèrent qu’elle
ne peut être définitive à ce stade",
a indiqué le laboratoire
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Ven 28 Jan - 15:14

Affaire du Quick : les normes sanitaires auraient été respectées (direction)
Publié le vendredi 28 janvier 2011 à 13H19



La direction de Quick vient de communiquer les résultats des 584 analyses réalisées, à sa demande, par le laboratoire agréé indépendant Silliker (Institut Mérieux). Elles ont été effectuées sur des échantillons prélevés dans le restaurant d'Avignon Cap sud sur les mêmes lots que ceux consommés le 21 janvier 2011 et qui pourraient être à l'origine de la mort d'un ado de 14 ans, samedi dernier.

Selon la direction du fast-food, "les premiers résultats issus des échantillons sont conformes aux normes sanitaires en vigueur sur l'ensemble des analyses réalisées : staphylocoque à coagulase positive (staphylocoque doré), coliformes totaux, coliformes thermotolérants, bacillus cereus, escherichia coli, anaérobies sulfito réducteurs et clostridium perfringens". Précisant tout de même que des analyses de confirmation sont en cours auprès du laboratoire de référence de l'ANSES
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Ven 28 Jan - 17:44

André Lutz, atout coeur
Il est le doyen des transplantés cardiaques à Marseille. Vingt cinq ans après, il se portecomme un charme

Au côté du Pr Dominique Métras qui l’a opéré en 1986, André Lutz, fête ses 25 années de greffés ducoeur.
"Le Pr Métras m’avait garanti au moins cinq
ans de vie."

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 310

Àpremière vue, André Lutz
se fond dans la foule de
ces septuagénaires qui
profitent tranquillement mais
sûrement de leur retraite. Dans
la réalité, cet homme à l’oeil profondément
bleu, au cheveu gris
moutonnant et aux rondeurs
sympathiques, fait partie du
club très fermé des plus anciens
greffés du coeur français : une dizaine.
Au côté du Pr Dominique
Métrasqui l’a opéré en 1986, André
Lutz , 74 ans, fêtait, hier , à
l’hôpital de la Timone , les
25ans de sa transplantation.
Un quart de siècle plus tard,
celui qui occupe la place très enviée
de doyen des greffés du
coeur marseillais, se souvient
avec précision de ce moment où
il était comme entre deux mondes.
"Pour vous, il n'y a plus
qu’une greffe", lui annonce le
Pr Serradimigni en septembre
1985alors qu’il est hospitalisé à
la Timone.
Chauffeur routier pendant
plus de 18 ans puis machiniste à
l’opéra de Marseille, André Lutz
n’a jamais ménagé ses efforts.
Plutôt "costaud", le voilà qui
perd brutalement tout son allant,
ses moyens. "Ça m’est tombé
dessus en deux mois. Je sentais
mes forces m’abandonner". En
fait, le coeur était usé depuis
bien longtemps, André n’a jamais
vraiment prêté attention à
sa santé . "En août 1985, j’ai dû
être hospitalisé. On m’a annoncé
que j’avais une grosse anomalie
cardiaque". André Lutz comprend
qu’il est "au bout". Quand
on évoque la transplantation cardiaque,
intervention encore assez
peu courante, André n’est
même pas surpris. "Je m’y attendais",
dit-il.
À Marseille, si le pittoresque
Emmanuel Vitria, greffé en
1968, est de toutes les fêtes et a
gagné en même temps qu’un
coeur de jeune homme un statut
de vedette, la transplantation
cardiaque est à cette époque
loin d’être courante. Mais en janvier
1986, le Pr Dominique Métras
pratique coup sur coup
deux greffes cardiaques. "André
Lutz était inscrit dans la procédure
de super-urgence", explique
celui dont l’équipe a depuis pratiqué
quelque 250 greffes de
coeur et une centaine de greffes
de poumon ou coeur - poumon.
"La technique a légèrement été
modifiée en 1992 mais elle est encore
à peu près l a même
aujourd’hui", précise le chirurgien.
Et si l’on peut imaginer à
terme transplanter des organes
provenant d’animaux ou dans
un avenir plus lointain placer un
coeur artificiel, pour l’instant la
greffe cardiaque reste l’unique
alternative pour certains patients.
"C’est pour cela, insiste le
Pr Métras qu’il faut "réfléchir
quand on est en bonne santé à la
possibilité d’être donneur et le dire
à son entourage". Actuellement,
une cinquantaine de personnes
sont en attente de greffon
dans la région.
À ceux qui vont prochainement
recevoir un nouvel organe,
André Lutz souhaite " qu’ils
aient autant de chance que
moi". Lui, se souvient encore de
ce jour de janvier 1986 où on lui
a dit " Il faut y aller". "J’étais en
maison de repos aux Camoins.
C’est le cardiologue qui me suivait
qui m’a prévenu. Je n’ai eu
aucune crainte. J’étais au contraire
soulagé". Si aujourd’hui ses articulations
lui créent quelques
problèmes, André a gardé le vélo
sur lequel, quelques mois après
avoir été greffé, il faisait la route
Marseille-Gemenos ! "Maintenant
je m’économise", confie-t-il
avec la ferme intention de "fêter
mes 30 ans de greffe" !
Sur le point de l’opérer, "le
Pr Métras m’avait garanti au
moins cinq ans de vie", se souvient
André Lutz. "La garantie a
parfaitement fonctionné ! lâche-
t-il, au-delà même de tout ce
que je pouvais imaginer". Et que
ça dure!
Repères
1967 : Le chirurgien Christian
Barnard réalise la première
greffe cardiaque au Cap.
Quelques mois plus tard, le
Pr Cabrol pratique à son tour la
première transplantation en
France, mais le patient ne survivra
que quelques heures.
1968 : Le Marseillais Emmanuel
Vitria est opéré par l’équipe
du Pr Henry.
Celui que tout Marseille surnomme
"Bicou" détiendra longtemps
le record de longévité
avec près de 19 ans de survie.
300environ, c’est le nombre de
transplantations cardiaques réalisées
chaque année en France.
Le nombre a considérablement
diminué en raison de l’efficacité
des traitements médicamenteux.
184: C’est le nombre de greffes
réalisées en 2009 par les équipes
de l’Assistance publique
des hôpitaux de Marseille dont
20 greffes cardiaques et une
g r e f f e coeur-poumons.
Aujourd’hui, alors que le Pr Métras
est devenu consultant à
l’AP-HM , deux chirurgiens, les
Pr Kreitmann et Collart, ont pris
la relève.
60%des greffés du coeur vivent
au moins une dizaine d’années
après la transplantation,
une statistique encourageantepour
l’avenir.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Ven 28 Jan - 22:45

Affaire du Quick : Benjamin a été victime d’une toxi-infection alimentaire
Publié le vendredi 28 janvier 2011 à 21H21
Rien ne dédouane ni n'accuse encore le fast-food qui parle d’"analyses conformes aux normes sanitaires". Mais Benjamin, le jeune Vauclusien de 14 ans dont les obsèques se sont déroulées aujourd'hui, a bien été victime d’une toxi-infection alimentaire au lendemain d'un dîner chez Quick.

La procureur Catherine Champrenault a indiqué aujourd'hui qu'il est fort probable que le jeune Benjamin soit décédé d'une toxi infection alimentaire à l'origine de l'oedème cérébral, qui est la cause de sa mort. L'expertise bactériologique a en effet révélé la présence d'un staphylocoque doré et d'un bacillus cereus dans le liquide gastrique. Elle a aussi expliqué que cette toxi infection pouvait être dûe à ce que l'adolescent a ingurgité la veille de sa mort (au Quick notamment), mais aussi à des repas pris antérieurement.


bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Lun 31 Jan - 19:17

Un récital de piano
pour soulager les bobos!
L’association Alacem qui réalise des
rêves d’enfants malades à l’hôpital,
organise un récital de piano ce vendredi4
avec la pianiste Nathalia Romanenko
qui interprétera des oeuvres
de Granados, Liszt, Mendelsohn….
Une soirée caritative organisée
par le Rotary-club qui se déroulera
à 20heures dans l’amphithéâtre de
la faculté de médecine de La Timone.
Les fonds récoltés ce soir-là permettront
de soutenir diverses initiatives.
➔ Entrée 25¤ et 20¤ pour les étudiants.
Billetterie à l’entrée, réservations :
antodona2002@yahoo.it.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Lun 31 Jan - 19:35

Les femmes recourent à IVG plus fréquemment en Paca
le lundi 31 janvier 2011 à 09H22


Dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, les femmes recourent à l'IVG plus fréquemment que la moyenne française : 21 avortements pour mille femmes contre 17 pour mille en moyenne pour l'ensemble de la France métropolitaine. Au total, cela représente quelque 23 000 IVG par an.

Les chiffres ne baissent pas. Alors qu'en Paca, l'accès à l'IVG devient parfois difficile, notamment dans le Var ou dans le Vaucluse lorsque la limite légale approche. Cette tendance a plusieurs causes : une certaine méfiance qui se développe envers les médicaments et donc de la pilule, le coût de la contraception, une réelle méconnaissance de l'ensemble des moyens contraceptifs, la précarité et les rythmes de vie de nombre de femmes favorables aux "accidents contraceptifs."

Mais aussi le recul de l'information dans le milieu scolaire et la montée du communautarisme qui fait que certaines jeunes filles immigrées ont "peur que leur mère trouve la pilule dans leur sac".

C'est faux, pour avoir enquêté dans les hôpîtaux et en médecine de ville, l'IVG concerne les femmes de tous âges, milieux et origines.
. Les stastistiques en France ne prennent pas en compte l'aspect religieux mais je vous renvoie à notre dossier complet dans le journal du jour et à l'enquête sur le site du Comité Régional d'Education à la Santé.
http://ars.paca.sante.fr/fileadmin/PACA/Doc/Infostats_ARS_IVG_dec_2010.pdf
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Lun 31 Jan - 22:08

31 janvier 2011
Publication d'une liste de 77 médicaments "sous surveillance renforcée"
L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a rendu publique lundi une liste de 77 médicaments et 12 familles de médicaments placés "sous surveillance renforcée", dans la foulée de la polémique suscitée par le Mediator.

L'Afssaps rappelle que "tous les médicaments" disponibles sur le marché en France font l'objet d'une surveillance et que ceux figurant sur la liste publiée lundi feront l'objet d'un "suivi renforcé" ou d'une enquête de pharmacovigilance, qui permettra de prendre les mesures adaptées "si nécessaire".

"Cela ne doit en aucun cas conduire les patients à qui il a été prescrit un de ces médicaments à l’interrompre sans avoir préalablement pris conseil auprès de leur pharmacien et/ou consulté leur médecin", souligne-t-elle


GUY JOHN MICHAEL#9
lundi 31 janvier 2011 21:47:09
ET ÇA Y EST C EST REPARTI AVEC LES MÉDICAMENTS ON A ÉCHAPPÉ A LA GRIPPE DU POULET ALORS ON Y VA A FOND AVEC UN AUTRE SUJET QUI OCCUPE LES ESPRITS ET PANIQUE LA POPULACE ON A VRAIMENT L IMPRESSION D ÊTRE AU MOYEN AGE MANQUE JUSTE LA PESTE POURQUOI TOUT CA ??????
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Mar 1 Fév - 12:07


77 médicaments placés
sous haute surveillance
Didier Houssin, directeur
généralde la Santé, veut plus
de transparence

Soucieuse de transparence
après le scandale du Mediator,
l'Agence de sécurité sanitaire
des produits de santé (Afssaps) a
publié hier une liste de 77 médicaments
faisant l'objet d'un suivi
renforcé dans l’Hexagone.
Douze classes de médicaments,
notamment des vaccins anti-
grippaux ou anti-hépatite B,
ainsi que des anti-dépresseurs
pour enfants, complètent cette
liste qui invite patients, médecins
et pharmaciens à la prudence.
Sa publication fait suite au
scandale du Mediator, médicament
coupe-faim présenté comme
un antidiabétique et qui
aurait fait de 500 à 2000 morts
avant son interdiction en 2009,
des années après son retrait
dans d'autres pays.
"Il est clair que cette publicité
donnée à cette liste est une manière
de rebondir sur cette affaire, a
reconnu le professeur Didier
Houssin, directeur général de la
Santé. Ce n'est qu’une première
étape dans le processus d'amélioration
du dispositif de pharmacovigilance
en France", a-t-il ajouté
en allusion au souhait du gouvernement
de remettre à plat la procédure
d'autorisation des médicaments.
Figurent dans la liste
publiée hier (*) des médicaments
tels que l'adjuvant de lutte
contre l'obésité Alli, le Champix,
qui aide au sevrage du tabac,
l'isotrétinoïne, médicament anti-
acné qui pourrait entraîner
des troubles psychiatriques.
Tous détenteurs d'une autorisation
demise sur lemarché, ces
remèdes ont été répertoriés "soit
parce que les autorités sanitaires
ont jugé nécessaire, à titre préventif,
de renforcer ce suivi, soit parce
que des signaux de risque ont
été détectés", précise l'Afssaps.
Les médicaments anti-douleur
contenant du dextropropoxyphène
comme le Di-Antalvic ou le
Propofan seront eux retirés du
marché le 1er mars, rapporte lenouvelobs.
com. Publiée à la demande
du gouvernement, la liste
représente une "garantie" pour
le patient "qui doit identifier le
risque pour éventuellement en
parler à son médecin et être sûr
que cet effet indésirable-là n'est
pas pour lui et ne fait pas, dans
son cas, pencher la balance plus
du côté des risques plutôt que de
celui des bénéfices", a expliqué
Fabienne Bartoli, adjointe du directeur
général de l'Afssaps

Les graisses saturées influent sur la santé mentale

Les personnes consommant des acides gras trans
(présents dans les produits laitiers, les graisses, la
viande de ruminants) et des graisses saturées présentent
un risque de dépression 48%plus élevé que chez
celles n’en consommant pas. C’est le résultat d’une
étude menée à l’Université espagnole de Las Palmas
de Gran Canaria qui a analysé les régimes alimentaires
de 12000 volontaires durant 6 ans. Plus l’absorption
d’acides gras trans est importante, "plus les
effets sur la santé mentale sont sévères", indique les
auteurs, qui relèvent que l’incidence des dépressions
augmente (150 millions de personnes affectées) et
que l’une des causes serait la généralisation de la
nourriture industrielle et toxique, bourrée de produits
chimiques divers et variés. Autre conclusion :
l’huile d’olive ainsi que d’autres huiles végétales et
poissons gras contenant des graisses insaturées
contribuent à réduire le risque de maladie mentale.

La malbouffe
rendrait dépressif
Unchercheur marseillais l’a démontré chez la souris

"La carence en oméga3
rend les souris
asociales et stressées."
OLIVIERMANZONI, INSERM

Le régime "fast food", bourré en acides gras omega 6 et carencé
en oméga 3, perturbe les fonctions cérébrales des souris


Prenez deux souris. Jetez-
les à l’eau. L’une va se
mettre à nager pour tenter
de regagner le bord, tandis
que l’autre reste inerte, sans produire
le moindre effort pour tenter
de surnager. Ce "test du niveau
de désespérance" est l’une
des expériences troublantes qui
étayent les travaux qu’Olivier
Manzoni, chercheur marseillais
de l’Inserm (Institut de neurobiologie
de Luminy) vient de publier
dans la revue Nature neuroscience,
en collaboration avec
une équipe bordelaise de l’Inra
spécialisée dans la nutrition.
"Ce qui différencie ces deux
souris, c’est la façon dont elles
ont été alimentées, et cela, dès
leur développement intra-utérin",
précise le chercheur. La
souris "optimiste" a bénéficié
d’une alimentation équilibrée,
alors que sa congénère "désespérée"
a été bourrée d’acides gras
omega 6, mais a été carencée en
acides gras omega 3.
Omega 3, omega 6, kezaco ?
"Il s’agit de lipides essentiels au
fonctionnement du cerveau
mais qui ne peuvent pas être produits
par l’organisme", explique
Olivier Manzoni. Seule la ration
alimentaire y pourvoit. Mais le
chercheur souligne que "depuis
un siècle, l’alimentation dans les
pays industrialisés s’est appauvrie
en omega 3. Idéalement, le
rapport omega 6/omega 3 doit se
situer à 5. Mais chez certaines
personnes qui se nourrissent très
mal, il peut se situer à 100!" On
trouve des omega 3 dans les
poissons gras, les produits de la
mer, l’huile de noix ou de colza :
en gros, le régime crétois qui
correspond à l’alimentation traditionnelle
des pays méditerranéens.
Quant aux omega 6, ils
sont présents dans les viandes,
les graisses animales, les frites...
c’est le régime fast food", assène
le chercheur. On savait que la
malbouffe produisait des obèses.
Nous rendrait-elle, comme
les souris, dépressifs et... asociaux
? Voyez plutôt cet autre
test de comportement mis au
point par les chercheurs. "Lorsqu’on
introduit un congénère
dans sa cage, une souris correctement
alimentée s’en approche,
va le renifler. En revanche, une
souris carencée en omega 3 refuse
l’échange et ne manifeste pas
le moindre intérêt à l’égard d’un
autre animal. Ses interactions sociales
sont diminuées". Mais ce
n’est pas tout. La souris mal
nourrie se montre également
plus stressée aux tests d’anxiété
: "Dans une cage très éclairée,
l’animal se réfugie tout de suite
dans les zones d’ombre sans tenter
la moindre exploration". À
ces données comportementales,
les chercheurs ont associé
des mesures de l’activité électrique
du cerveau . Résultat : "Les
récepteurs cannabinoïdes des
souris mal nourries, synapses
stratégiques pour la transmission
nerveuse, voient leur fonction
abolie. Or ces récepteurs
sont les principaux régulateurs
des émotions".
Cet état est-il réversible, autrement
dit les fonctions cérébrales
sont-elles rétablies lorsque
l’alimentation est rééquilibrée ?
C’est ce que le chercheur marseillais
veut désormais comprendre.
Quant à transposer les
résultats de ses études à l’homme,
Olivier Manzoni refuse les
raccourcis : "N’allez pas en
conclure que pour soigner sa dépression,
il faut ouvrir une boîte
de sardines
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Mer 2 Fév - 11:05

Les tickets de caisse de supermarchés,
les facturettes de carte
de crédit sont potentiellement
dangereux pour la santé.
Une étude des chercheurs de
l’Inra à Toulouse datant d’octobre
2010 a, en effet, révélé que
les papiers thermo-imprimés
recèlent du bisphénol A en
quantité notable. Le bisphénol
A, ou BPA, est un composé
chimique qui entre dans la fabrication
de certains plastiques
et est classé comme perturbateur
endocrinien.
On en trouvait dans 90% des
biberons jusqu’en 2010, année
où la France a décidé de les interdire.
On en trouve toujours
dans les polycarbonates et dans
les plastiques alimentaires. Le
fait de les chauffer permet aux
BPA de "contaminer" les aliments.
On trouve enfin du BPA
dans le film plastique tapissant
l’intérieur des canettes de boissons
et des conserves. Concernant
les tickets de caisse, l’étude
révèle que le simple fait de tenir
en main un ticket pendant
dix secondes permet à 2,5 microgrammes
de BPA de passer
dans les doigts. Les caissiers qui
manipulent des milliers de tickets
présenteraient, selon une
autre étude américaine, des niveaux
résiduels de BPA importants
dans l’organisme. Ce qui
se traduirait par un risque plus
élevé de diabète, de maladies
cardio-vasculaires et de bilans
épathiques anormaux. Par précaution,
les 1 600 magasins U,
rejoint par Carrefour, ont décidé
de ne plus utiliser de tickets
en contenant
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Mer 2 Fév - 11:06



LE PLUS SIMPLE C EST POUR VERIFIER DE LES ATRAPPER AVE DES GANTS

bienvenou a écrit:Les tickets de caisse de supermarchés,
les facturettes de carte
de crédit sont potentiellement
dangereux pour la santé.
Une étude des chercheurs de
l’Inra à Toulouse datant d’octobre
2010 a, en effet, révélé que
les papiers thermo-imprimés
recèlent du bisphénol A en
quantité notable. Le bisphénol
A, ou BPA, est un composé
chimique qui entre dans la fabrication
de certains plastiques
et est classé comme perturbateur
endocrinien.
On en trouvait dans 90% des
biberons jusqu’en 2010, année
où la France a décidé de les interdire.
On en trouve toujours
dans les polycarbonates et dans
les plastiques alimentaires. Le
fait de les chauffer permet aux
BPA de "contaminer" les aliments.
On trouve enfin du BPA
dans le film plastique tapissant
l’intérieur des canettes de boissons
et des conserves. Concernant
les tickets de caisse, l’étude
révèle que le simple fait de tenir
en main un ticket pendant
dix secondes permet à 2,5 microgrammes
de BPA de passer
dans les doigts. Les caissiers qui
manipulent des milliers de tickets
présenteraient, selon une
autre étude américaine, des niveaux
résiduels de BPA importants
dans l’organisme. Ce qui
se traduirait par un risque plus
élevé de diabète, de maladies
cardio-vasculaires et de bilans
épathiques anormaux. Par précaution,
les 1 600 magasins U,
rejoint par Carrefour, ont décidé
de ne plus utiliser de tickets
en contenant
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  bienvenou Mer 2 Fév - 11:10



Les 77 médicaments suivis par l’Afssaps
Actos, Alli, Arcoxia, Arixtra, Bleu Patente V, Byetta, Celance, Cervarix, Champix,
Cimzia, Colokit, Cymbalta, Di-Antalvic, Propofan, Efient, Ellaone, Equanil,
Exjade, Effentora, Instanyl, Abstral, Ferrisat, Fonzylane, Galvus, Eucreas,
Gardasil, Glivec, Hexaquine, Intrinsa, Isentress, Janumet, Januvia, Ketum,
Lantus, Levothyrox, Lipiocis, Lyrica, Mepronizine, Meopa, Antasol, Entonox,
Kalinox, Oxynox, Methadone, Ritaline, Concerta, Quasym, AMM Ritaline,
AMM Ritaline LP, AMM Concerta, AMM Quasym, Mynocine, Multaq, Nexen,
Furandatine, Furadoïne, Microdoïne, Noctran, Onglyza, Orencia, Parlodel,
Pedea, Pradaxa, Praxinor, Prevenar, Primalan, Procoralan, Protelos, Protopic,
Revlimid, Rivotril, Roacterma, Rohypnol, Soriatane, Stablon, Stelara,
Stilnox, Subutex, Thalidomide Celgene, Toctino, Trivastal, Tysabri, Valdoxan,
Vastarel, Vfend, Victoza, Xarelto, Xyrem, Zypadhera, Zyban, Zyvoxid.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 109
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  aladin Ven 4 Fév - 11:21

400
C’est le nombre de
personnes qui
décèdent chaque
année en France
à la suite d’une
aspergillose, l’une des
principales infections
contractées à l’hôpital

La malédiction de Toutankhamon

En Égypte, l’aspergillus attendit son heure pendant... 3000 ans, avant
de frapper sournoisement Howard Carter et son équipe. La fameuse
"malédiction", qui provoqua la mort de cinq archéologues parmi les 26
qui fouillèrent la tombe de Toutankhamon, aurait été "jetée" par ce
champignon. Aujourd’hui, au vu des signes d’asphyxie présentés par
toutes les victimes, les spécialistes pensent qu’elles souffraient très
probablement d’aspergillose, liée à de très fortes concentrations d’aspergillus
flavus. Le champignon aurait proliféré sur les aliments placés
dans la tombe du pharaon, scellée en 1 337 avant J.-C . Le 22 novembre
1992, lorsqu’ils ont pénétré dans la sépulture, les explorateurs
auraient respiré ces germes à plein nez. L’inhalation des moisissures
et des spores leur sera fatale


"Il n’existe aucune
norme de contrôle
en matière d’infection
aspergillaire.
La seule obligation
pour les hôpitaux est
de nous signaler les
cas diagnostiqués."
L’AGENCE RÉGIONALE
DE SANTÉ (ARS
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 38
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU - Page 7 Empty Re: LA PAGE MEDICALE DE DOC BIENVENOU

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 38 Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 22 ... 38  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum