LA CAVERNE DE BIENVENOU/FOOT MEDITERRANEEN
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-22%
Le deal à ne pas rater :
-110€ sur Roborock S5 Max Aspirateur Robot
389.99 € 499.99 €
Voir le deal

LES BLEUES

Page 3 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 18  Suivant

Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Ven 8 Juil - 7:36

8 juillet 2011
Laura Georges : «C'est une étape»
Buteuse contre l'Allemagne (2-4), la défenseuse française qui a fêté sa 101e sélection mardi voit plus loin que ce quart de finale de Coupe du monde contre l'Angleterre samedi à 18h00 à Leverkusen.

« Laura Georges, avec un peu de recul, comment analysez-vous la défaite face à l'Allemagne ?
C'est un mal pour un bien. Même si ce n'est jamais évident de perdre, cela va nous permettre de gommer certaines choses défensivement et collectivement. A la fin du match, j'ai utilisé l'expression "donner des buts" parce qu'on avait commis des erreurs qui auraient pu être évitables.

Quelles étaient ces erreurs ?
On est dans le match et puis d'un coup on oublie certaines choses. On fait des erreurs d'inattention, il y a des manques de communication mais, en même temps, on aborde un nouveau style de situation avec des matches où il y a énormément de monde. Il faut appréhender le bruit, l'ambiance. C'est nouveau, il faut donc mettre une communication en place avant le match.

Bruno Bini a dit aujourd'hui que vous, les filles, étiez comme des "mortes de faim" avant d'affronter l'Angleterre. C'est la première fois que l'on arrive à ce stade-là dans une Coupe du monde. L'Angleterre est une équipe à notre portée qu'il faudra battre si on veut aller le plus loin possible. On sait qu'il faut gagner quel que soit la manière et on fera notre maximum pour y parvenir. Il y a beaucoup de choses qui rentreront en ligne de compte, samedi, et l'état d'esprit en fait partie. Comment définiriez-vous cette équipe anglaise ? C'est fort dans tous les domaines. Il faudra faire attention à leur jeu de tête et à leurs centreuses qui sont très rapides. Les Anglaises possèdent d'excellents milieux de terrain qui relancent très bien et si on arrive à couper leurs transmissions, ce sera une très bonne chose mais nos attaquantes ont aussi un rôle à jouer avec leur vitesse. Il faudra également surveiller Rachel Yankey, une très bonne joueuse, très rapide avec une très bonne qualité de centre. Avez-vous la sensation que vous allez jouer un match historique pour le foot féminin français ? On est dans la compétition, on n'y pense pas forcément, on sait que c'est une étape. Je ne me rends pas compte de l'engouement que l'on peut susciter à l'extérieur. Dans nos têtes, c'est un match important mais, après, se mettre de la pression parce que c'est historique... »
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Sam 9 Juil - 5:04

LES BLEUES - Page 3 A43684CA395FF37E27A1F58FF3D2

Les Bleues veulent tout casser
La France affronte ce samedi l'Angleterre en quarts de finale de Coupe du monde (18h00). A ce niveau de la compétition pour la première fois de son histoire, les filles de Bruno Bini affichent une motivation décuplée.

Ça fait une éternité. 37 ans pour être précis. 37 ans que les Anglaises n'ont plus battu les Françaises. Mais Bruno Bini n'en a cure des statistiques. Le sélectionneur est sur ses gardes. Quand un journaliste anglais lui a demandé s'il y avait une joueuse à surveiller en particulier du côté britannique, il a répondu, le sourire aux lèvres, en citant tous les numéros : « La numéro un, la deux, la trois, la quatre, la cinq... La vingt-et-un n'est pas encore rentrée mais on m'a dit que c'était une très bonne gardienne... » Même réponse ironique il y a quelques jours déjà : « Je me fiche de l'adversaire. Moi, je suis bête et discipliné. Si on m'avait dit qu'on jouerait contre les New-York Cosmos en quarts, j'aurais joué. »

Seule certitude pour le coach des Bleues, ce sera un match ouvert et très équilibré : « Elles développent un jeu proche du nôtre, elles ont quelques joueuses athlétiques, ce sera un beau match de foot ». Sandrine Soubeyrand, la capitaine aussi présente en conférence de presse, a, elle, évoqué un peu plus en détail l'adversaire du jour, brillant offensivement : « Si elles sont arrivées là, ce n'est pas par hasard, elles le méritent. Elles se projettent vite vers l'avant avec une animation offensive variée. Elles sont en train de monter en puissance, je les trouve de plus en plus performantes mais on a aussi les qualités pour les faire déjouer. On a hâte d'en découdre. »La France est aussi la seule nation, parmi les huit restantes, à ne jamais être arrivée jusqu'en quart de finale de Coupe du monde. Et c'est l'une des raisons pour lesquelles, les footballeuses françaises affichent une envie décuplée : « Elles sont remontées comme des pendules, elles ont envie de tout casser. Si on est en demi-finale, on fait sauter la banque ! Et puis même si on y arrive, ça ne suffira pas car elles ont faim », confiait Bini jeudi. Un coach devenu également follement amoureux de l'Allemagne : « C'est le premier quart pour nous. Et tout le monde l'accueille avec bonheur. On s'est pris d'amour pour l'Allemagne, on va tout faire pour y rester encore un peu ».
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Dim 10 Juil - 12:35

FRANCE 1 - ANGLETERRE 1 (4 T.A.B. À 3)

À Leverkusen. Mi-temps: 0-0. Temps réglementaire : 1 - 1.
Spectateurs: 26395. Arbitre : Jenny Palmqvist (Suède).
Buts - France: Bussaglia (88). Angleterre : J. Scott (59).
France - Tirs au but réussis : Bussaglia, Thiney, Bompastor, Le Sommer. Raté: Abily.
Angleterre - Tirs au but réussis : Smith, Carney, Stoney. Ratés : Rafferty, White.
Avertissements - Angleterre : Williams (5), White (78), Bardsley (87), J. Scott (90).
France : Deville - Lepailleur, Georges, Viguier, Bompastor - Bussaglia, Soubeyrand
(cap., Thomis, 67) - Abily, Necib (Brétigny, 79, puis Le Sommer, 106), Thiney - Delie.
Entraîneur : Bruno Bini.
Angleterre: Bardsley - A. Scott (Houghton, 81), Stoney, White, Unitt (Rafferty, 81) -
J. Scott, Williams - Carney, Smith, Yankey (Asante, 84) - White. Entraîneur : HopePowell.

LES BLEUES - Page 3 Bni10
Bruno Bini et ses joueuses peuvent exulter : l’équipe de France est qualifiée pour les demi-finales du Mondial
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Dim 10 Juil - 12:37

20h40, Leverkusen. L’atmosphère
devient suffocante,
presque irrespirable.
Le stade entier retient son
souffle. Faye White, une légende
en Angleterre, se présente face
à Céline Deville, la gardienne
française remplaçant la titulaire
habituelle, Bérangère Sapowicz,
suspendue. Ce tir au
but peut prolonger ce quart de
finale de coupe du monde entre
deux formations incapables
de se départager (1-1) ou le sceller.
White, 33 ans et 102 capes au
compteur, choisit la force. La
frappe lourde de l’Anglaise finit...
sur la transversale de Deville
! Clap de fin. Les Bleues tiennent
leur exploit. Elles sont qualifiées
pour les demi-finales
duMondial allemand! Regroupées
dans le rond central, serrées
les unes contre les autres,
elles sprintent alors comme des
folles vers leur gardienne pour
célébrer ce moment historique.
Une demie de prestige
Très calme jusqu’ici, le sélectionneur
Bruno Bini lance le cri
de la victoire, au milieu de ses
filles dans un état second. Les
Bleues dégustent chaque seconde.
Et soufflent. Car elles sont
passées près de la correctionnelle.
Cette rencontre disputée sur
un rythme d’enfer, elles l’ont
dominée de la tête et des épaules
; elles auraient dû la plier rapidement,
en mitraillant la cage
de Bardsley (33 tirs).
Mais faute d’avoir su trouver
la faille face à une défense
archi-regroupée, elles se sont
exposées aux (rares) contres anglais.
L’un d’eux a fait mouche
à l’heure de jeu. Mais les Françaises
ne voulaient pas quitter
le Mondial si tôt. Elles ont puisé
dans leurs ressources et ont logiquement
arraché la prolongation
grâce à un but somptueux
signé Élise Bussaglia dans les ultimes
instants du match. Avant
que les tirs au but ne leur sourient.
Un bonheur ne venant jamais
seul, l’élimination de l’Allemagne
contre le Japon les propulse
aux JO de Londres!
En attendant, place à la demi-
finale de prestige qui les attend,
mercredi, face au vainqueur
de Brésil - États-Unis,
deux nations phares. Mais
après tout ce qu’elles ont vécu,
elles n’ont pas envie de s’arrêter
en si bon chemin...

MONDIAL FÉMININ Victorieuses de
l’Angleterre aux tirs au but, les filles
de Bruno Bini se sont qualifiées pour
les demi-finales et les JO de Londres.
Unexploit !




Élise Bussaglia / auteur de
l’égalisation française : "Perdre aurait
été cruel au vu de la physionomie de la
rencontre. Cette victoire aux tirs au but
contre l’Angleterre est méritée. Cette qualification,
nous avons été la chercher. Ce
n’est que justice. Nous allons savourer et
profiter de ces moments-là. J’espère que
ce n’est que le début de notre aventure..."
Bruno Bini / sélectionneur de l’équipe
de France : "Ce quart de finale face à l’Angleterre était équilibré, même
si nous avonsmis nos adversaires en difficultés à partir du moment
où nous avons posé le ballon à terre. Après, il s’agissait d’un attaque-
défense. À un moment, j’ai bien que nous étions maudits. Le but
égalisateur ? Il était temps! Je suis très heureux pour les joueuses qui
ont bien mérité d’aller en demi-finale de cette coupe du monde

bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Lun 11 Juil - 8:41

Les Bleues connaissent désormais leur adversaire en demi-finale de la Coupe du monde féminine puisque les États-Unis ont validé leur billet, dimanche, en disposant du Brésil (2-2 ; 5 tab 3). Rendez-vous mercredi désormais.
Faut-il y voir un signe ? Comme les Françaises, qualifiées in extremis face à l'Angleterre (1-1 ; 4 tab 3), samedi, les Américaines, longtemps menées au score par le Brésil, ont attendu les tous derniers instants de la rencontre pour revenir à hauteur de leurs adversaires (égalisation d'Abby Wambach à la 122e minute), avant de se qualifier aux tirs au but (2-2, 5 tab 3).

Les USA au menu de la France mercredi

Hope Solo, la gardienne américaine passée par Lyon en 2005, qui avait déjà arrêté un penalty durant le match, a encore sorti le grand jeu durant la séance fatidique. Si elle n'a rien pu faire sur le tir de Marta, qui a régalé d'un doublé durant le match (68e, 92e), elle a repoussé la frappe trop molle de Daiane, déjà à la faute sur son csc en début de partie (1-0, 2e). Dans le sillage de leur portière, les joueuses de champ américaines ont été parfaites durant les tirs au but. Elles ont tout réussi et définitivement validé leur billet pour les demies. Espérons pour les Bleues que cette bonne série s'arrête mercredi. -
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Lun 11 Juil - 9:47

"Je vends
du rêve

FOOTBALLOriginaire de Laragne,
Bruno Bini, sélectionneur del’équipe de
France féminine, savoure les qualifications
pour la demi-finale de la coupe dumonde
et les JOde Londres. Il s’est confié Entretien

LES BLEUES - Page 3 Asxdfg10
À la tête de la sélection française depuis quatre ans, Bruno Bini tente de rester détaché par rapport à la réussite de ses filles au Mondial allemand. Mercredi, face au Brésil, elles jouent une place en finale. /

"Si je suis un romantique
dans la vie, j’ai un coeur
de pierre au moment
de composer mon équipe
Samedi, l’équipe de France s’est
qualifiée pour les demi-finales du Mondial
et les JO de Londres. Réalisez-vous
ce que vous venez d’accomplir ?
Je réalise surtout ce qu’il nous reste à
faire. On a gagné notre première compétition,
à savoir aller aux Jeux olympiques,
notre objectif initial. Une nouvelle
compétition commence. Voilà l’état
d’esprit dans lequel nous nous trouvons.
Il est hors de question de parler
de bonus car perdre signifierait que ce
n’est pas grave. Dans le groupe, personne
ne veut s’arrêter en si bon chemin.
On ne peut pas rester caché dans
le bois. Il reste quatre équipes, on peut
nourrir des ambitions légitimes.
❚ Depuis le début de la coupe du monde,
vos filles semblent habitées par la
certitude qu’elles peuvent réaliser quelque
chose de grand...
Avec les filles, on se connaît bien. Le
projet de vie et de jeu fonctionne très
bien. Je sais qu’elles sont capables d’accomplir
de grandes choses.Mais j’ignorais
si elles pouvaient le faire dans une
telle compétition, avec la pression. Ce
sont de grandes cachottières... Mais
on ne va pas changer nos habitudes
car on a atteint les demi-finales. On
reste sur notre petit chemin. La promenade
est très belle.
❚ On vous sent très détaché de l’événement.
Est-ce vraiment le cas ?
Des tribunes ou devant la télé, vous ne
pouvez pas imaginer ce que j’ai ressenti.
Mais je suis acteur, je me dois
d’avoir une certaine distance. Mon
boulot, ce n’est pas de courir partout
après le but égalisateur. Même si je
bous à l’intérieur, je dois rester calme
pour que les filles ne se déconcentrent
pas. Si je fais le fou et que j’embrasse
tout le monde, on peut se mettre en
danger. Émotionnellement, j’ai pris
trois cartouches lors du quart contre
l’Angleterre : tu joues ta peau car ce
match peut être le dernier du tournoi ;
on a été mené à la marque, puis aux
tirs au but.
❚ Comment gérez-vous la pression ?
J’ai ma technique. Je m’imagine dans
mon village, à Laragne (Hautes-Alpes,
ndlr). J’ai sept ans. Avec des potes, on a
mis deux pulls et deux cartables par terre
sur la place des Aires. Trois vieux sont
assis sur un banc. L’un d’eux dit : "Le petit
Bruno, il joue bien au foot". Moi, je ne
pense qu’à une chose: jouer au ballon.
❚ Depuis l’Allemagne, ressentez-vous
l’engouement autour de votre équipe et
la vague de sympathie qu’elle suscite ?
Avec le net, oui. On voit que c’est
chaud-bouillant. Tous les deux jours,
on fait une revue de presse que l’on affiche.
Quelque chose est en train de se
passer. Comme j’ai dit à un ami, même
si nous sommes en demies, je ne
suis pas plus intelligent... ni plus con.
Cette qualification est peut-être une
bombe à retardement pour moi. Je
dois prendre mes distances pour que
le fil ne m’échappe pas trop.
❚ Le quart contre les Anglaises a été
épique. Pour le foot féminin français, y
aura-t-il un avant et un après Leverkusen,
lieu de la rencontre ?
Je vous le dirai après la demie... ou
après la finale ! Mais ce ne sera plus jamais
comme avant, c’est une certitude.
J’avais déjà dit la même chose en
2003 quand on avait été championne
d’Europe des moins de 19ans. Depuis
ce jour-là, j’ai décidé d’être heureux.
Jusqu’alors, je m’empêchais de l’être
après deux finales perdues.
❚ Comment faire pour que cet enthousiasme
ne soit pas une simple mode estivale
?
Ce n’est pas mon job. Le mien, c’est de
faire en sorte que mon équipe joue
bien au foot et donne une bonne image
de notre sport. C’est à la FFF d’établir
un plan pour cette sélection soit
plus suivie.
Quant à moi, j’ai déjà prévu mon programme
d’après Mondial. J’ai programmé
mes "trois glorieuses" dans la
région marseillaise : une partie de rami
avec mes copains du Cercle Saint-Pierre
de Sausset, manger des oursins et
une soupe de poissons chez des amis.
J’ai perdu 48 kilos, je peux me permettre
quelques excès! (sourire)
❚ Un an après le fiasco des hommes
en Afrique du Sud, vous donnez une
meilleure image de la France...
Ce n’est pas notre problème. On ne se
trompe pas d’histoire, on veut écrire la
nôtre. Sans les garçons, on ne pourrait
pas le faire. Ce sont eux qui font entrer
l’argent dans les caisses. Mais on ne
peut pas empêcher les gens de penser
ainsi. Ce débat ne m’intéresse pas.
J’aime le partage, pas les consommateurs
et les prédateurs.
Cela fait quatre ans que je dirige ce
groupe. À l’Euro, il y a deux ans, lors
d’une conférence de p r e s s e
d’avant-match, il n’y avait qu’un journaliste...
de l’UEFA! Ça a duré vingt secondes...
Là, on vit la magie de la coupe
du monde. Le même parcours au
championnat d’Europe n’aurait pas
été ressenti de la même façon.
❚ Quelle part vous attribuez-vous
dans la réussite française ?
Lors de ma première causerie en Allemagne,
j’ai dit aux filles : "Cette coupe
du monde, ce n’est pas la mienne, c’est
la vôtre. Vous devez la respecter et
l’aimer à la folie".
Le mérite premier revient aux joueuses.
Je ne me considère pas comme un
entraîneur-sélectionneur. J’ai trouvé
une formule à mon sujet : "Je suis un
petit vendeur de rêve qui sélectionne en
faisant de son mieux pour être entraîneur".
Je vends du rêve aux filles, c’est une
donnée importante dansmonmanagement.
En tant qu’adulte, c’est beau de
voir les choses avec des yeux d’enfant.
Mais il ne faut pas réduire mon travail
à ça. Je dois également avoir quelques
compétences... Si je suis un romantique
dans la vie, j’ai un coeur de pierre
au moment de composer mon équipe.
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Mar 12 Juil - 8:52

le sélectionneur Bruno Bini, l'équipe de France féminine va s'entraîner de façon légère jusqu'à sa demi-finale contre les Etats-Unis, mercredi à Mönchengladbach, à l'occasion du Mondial allemand. «On est dépendant de Philippe (Joly, le préparateur physique), a assuré le technicien national. C'est lui qui donne le tempo. Jusqu'au match, on va faire du "light" (léger, ndlr), on va travailler un peu moins fort que la semaine dernière.»

«On va faire de la tactique, mais pas tellement sur le terrain, plus à la vidéo et en discutant. Sur le terrain, ce sera surtout de l'entretien», a-t-il ajouté. Ainsi, la séance du jour s'est articulée autour de quelques frappes, des exercices de circulation de balle, et une opposition entre deux équipes mixtes titulaires-remplaçantes
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Mar 12 Juil - 9:28

VOTRE AVIS
La réussite des Françaises a-t-elle changé votre regard sur le foot féminin?


Mélanie, 18 ans, étudiante,
Arles. "C’est plaisant de voir
les filles faire mieux que les
garçons en 2010. Je ne vais
pas me mettre au foot, mais
si elles vont en finale, je serai
devant ma télé."
Bernard, 62 ans,
ingénieur à Lyon. "Je pense
que c’est bien pour le football
en général. C’est moins
médiatisé et donc plus sain.
J’espère vraiment qu’elles
vont gagner."

Miguel, 52 ans, dans
le médical, Marseille. "Ça ne
me surprend pas ! Je
connaissais déjà le football
féminin. Je trouve ça moins
"business" et plus joli que
le foot masculin."

Alexia, 16 ans, apprentie
à Digne-les-Bains. "Je ne
m’intéresse pas du tout au
sport. C’est très bien si ces
filles font un bon parcours,
mais pour moi, ça ne change
pas grand-chose

aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Mar 12 Juil - 17:03

Lair : «Elles ont les moyens de gagner»
Patrice Lair, entraîneur de l'OL féminin vainqueur de la Ligue des champions la saison passée, se réjouit du parcours des Bleues à la Coupe du monde. Il pense même que «la génération dont nous disposons peut gagner cette Coupe du monde dès cette année».

«Patrice, la victoire de Lyon en Ligue des champions a-t-elle décomplexé le football féminin français ?
Certainement. Cela a toujours été dans mon discours. Il n'y a pas de complexe à avoir. Nous avons eu la chance de gagner la Ligue des champions aux dépens d'une équipe allemande et cela a démontré que nous pouvions rivaliser physiquement avec les grandes nations de la discipline. Nous sommes en avance techniquement et tactiquement. A Lyon, nous avons toujours travaillé la musculation, non pas pour avoir des athlètes très musclées mais pour améliorer l'explosivité et être capable d'aller plus vite, plus haut, d'être présent dans la récupération du ballon. Ensuite, on peut exploiter nos qualités techniques supérieures aux autres nations.

Avez-vous beaucoup suivi le Mondial et qu'est-ce que vous en avez pensé ?
J'ai pratiquement suivi tous les matches. Mercredi, je me rends avec Jean-Michel Aulas pour assister à la demi-finale. Nous avons une douzaine de joueuses en lice entre les internationales françaises et celles qui portent les couleurs d'autres nations. A noter que la gardienne américaine, Hope Solo, a joué à Lyon il y a quelques années alors que je n'étais pas encore au club. Quant au niveau, je trouve que c'est une très belle Coupe du monde avec des stades pleins, un public enthousiaste, du beau temps, des équipes offensives. Je pense que l'équipe de France et la génération dont nous disposons peut gagner cette Coupe du monde dès cette année. On ne retient que les vainqueurs et cette génération a vraiment les moyens d'y arriver.

«Il faut surtout travailler sur la formation»

Quel est votre sentiment sur la gestion ''atypique'' de Bruno Bini ?
Nous n'avons pas la même manière de gérer un groupe. C'est sûr. Nous sommes différents. Notre discours n'est pas le même mais le discours est toujours bon quand on gagne. Nous sommes là pour faire progresser le football féminin en France. Son discours est peut-être un peu plus poétique que le mien. Moi, c'est plutôt axé sur le football proprement dit et le travail comme avec les garçons que j'entraînais auparavant.

L'OL aurait-il pu gagner la Ligue des champions sans ses joueuses étrangères ?
La réponse est sur le terrain. Au coup d'envoi de la finale, nous avions neuf françaises plus Shirley Cruz (Costa Rica) et Lotta Schelin (Suède). La Suissesse Lara Dickenmann qui a marqué est entrée en cours de jeu. Maintenant, il faut surtout travailler sur la formation. A Lyon, nous avons quelques jeunes qui pointent le bout de leur nez et nous allons insister sur cela à partir de cette saison.»
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Mer 13 Juil - 10:12

FRANCE 18H ÉTATS-UNIS

16SAPOWICZ
11LEPAILLEUR 4GEORGES 5MEILLEROUX 8BOMPASTOR
15BUSSAGLIA 6SOUBEYRAND(Cap.)
10ABILY 17THINEY 14NECIB
18DELIE

REMPLAÇANTES: 1. Deville (g), 21. Philippe (g),
20. Viguier, 2. Renard, 3. Boulleau, 7. Franco,
9. Le Sommer, 12. Thomis, 13. Pizzala, 19. Bretigny
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Mer 13 Juil - 10:19

LE MATCH
"On a déjà vu David terrasser Goliath

L'équipe de France féminine affronte cet
après-midi à Mönchengladbach en demi-finale,
les États-Unis, N.1 au classement Fifa, eldorado
du football féminin, avec, en tête, l'idée
que rien ne sera plus comme avant en cas de
succès.
Le football n'est pas né aux États-Unis, mais
le soccer féminin y a grandi plus et mieux
qu’ailleurs. "C'est impressionnant comme les
filles aiment ce jeu", raconte l'arrière centrale
Laura Georges qui a joué pendant trois saisons
à Boston, de 2004 à 2007. "C'est la nation N.1
au classement Fifa. Ça représente 2,5 millions
de licenciées. C'est sûr que c'est plus facile
d'en trouver 21 que quand tu as 55 000 licenciées",
rappelle de son côté le sélectionneur
Bruno Bini. Et encore, il aurait pu citer les trois
titres olympiques (1996, 2004 et 2008), les
deux Coupes du monde (1991 et 1999) et des
statistiques qui ne sont pas plus rassurantes,
avec pour seul motif d'espoir un nul 0-0 en
2006... contre 11 victoires américaines. "La défaite
n'est pas une option. C'est une question
de volonté", affirme l'attaquante Abby Wambach
(1,81m, 121 buts, 164 sélections). La tentation
est encore plus grande de présenter cette
demie comme un combat déséquilibré. Pourtant,
personne n'est dupe. "On a déjà vu David
terrasser Goliath", a lancé Bini. "La France est
une très bonne équipe, technique, avec de bonnes
individualités", a jugé son homologue
Pia Sundhage.
En se qualifiant pour le dernier carré, l'équipe
de France a changé de dimension. Avec une
finale, c'est tout le football féminin tricolore
qui découvrirait un nouveaumonde
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Mer 13 Juil - 19:46

81 EME MINUTE
Morgan crucifie la France d'une balle piquée ! L'attaquante américaine s'enfuit en contre-attaque sur la gauche. Elle trompe Sapowicz d'un petit piqué astucieux.

--------------------------------------------------------------------------------


Coupe du Monde féminine 2011 - Demi-finales
Mer. 13 Juillet 2011 18hArbitre : M'Gladbach -

France S.Bompastor (55e ) 1 Etats-Unis 3 L.Cheney (9e ) A.Wambach (79e ) A.Morgan (81e )
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Mer 13 Juil - 19:55

TERMINE LA FRANCE EST ELIMINEE

France 1 Etats-Unis 3
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Jeu 14 Juil - 8:45

Accepter la défaite. Voilà ce que Bruno Bini a fait comprendre aux joueuses de l'équipe de France après leur défaite en demi-finale du Mondial féminin contre les Etats-Unis (1-3). («Bruno Bini, quel est votre état d'esprit après ce match ?
Demain on va bouger, on va prendre le car, on retourne là où on a déjà été. Voilà, la vie est toujours belle. Ce soir, on s'est qualifié pour le match pour la 3e place.

Vous avez donné une meilleure image que l'équipe de France masculine...
Cela ne m'intéresse pas. On fait notre chemin, notre histoire. Arrêtez de parler de ça. Parlez d'autre chose. C'est bien comme ça.

Vous avez pourtant dominé...
Oui, mais c'est le foot. Et on a aussi eu 20 minutes très dures au départ. Elles ont tellement de puissance. Nous nous sommes battus avec nos armes. Techniquement on a été bien, on a péché dans les tirs, on n'a pas assez cadré. Au bord du terrain, on sentait une intensité exceptionnelle. On a eu notre chance. On a fait du jeu, il ne nous a pas récompensé. J'accepte ce que le jeu nous donne.

Avez vous souffert de l'entrée en jeu de Rapinoe ?
Ce n'est pas elle qui nous a gêné, c'est la 20 (Wambach, ndlr). Parce que vous êtes tout le temps sur le qui-vive avec une joueuse comme ça, tellement grande, costaud. Elle va m'empêcher de dormir. Quand on prend le deuxième but, on réfléchit aux moyens de réagir. Mais c'est compliqué parce qu'il ne faut pas en prendre un autre. On l'a pris, et là on était cuit, frit, bouilli.

«On va jouer la 3e place»

Qu'avez vous dit aux joueuses ?
Comme d'habitude, que c'était une belle journée. Il ne faut pas qu'elles baissent la tête. Quand je vois tout le bazar que ça fait en France... Il y a deux mois, personne ne misait trois kopecks sur nous. On est qualifié pour les JO, on va jouer la 3e place, elle est pas belle la vie ? Mais bien sûr, on va aussi analyser, étudier. Qu'est-ce qu'on peut dire ? Bonne chance et meilleurs voeux aux Etats-Unis. Ils sont en finale, ils l'ont mérité.

Vous êtes fier de vos joueuses ce soir ?
S'il n'y avait que ce soir... Je suis fier depuis 2007. Le jour où un entraîneur n'est plus fier de son équipe, il faut qu'il s'en aille.

Vous êtes toujours heureux ?
Oui je suis heureux. Je fais un job fantastique, pas mal payé. Les hôtels sont bien, on y est mieux qu'à l'hôpital. Le groupe est fantastique, les stades sont pleins, on va aller aux JO, ma foi... Il ne faut pas trop en demander.

Mais peut-être que c'est plus dur pour les filles...
C'est dur pour tout le monde. On a un cerveau et un coeur. Il faut laisser les filles, chacune va vivre à son rythme. Si une veut rester dans sa chambre et pleurer, OK. Une autre échangera son maillot avec une Américaine, une autre appellera son copain. C'est OK.

C'est un grand pas en avant pour le foot féminin français ?
Les filles ont gagné sur elles mêmes, elles ont vu qu'elles pouvaient faire des choses exceptionnelles. On ne maîtrise pas ce qui se passe en France. Mais si on a pu susciter des vocations, par l'état d'esprit et la gaieté du groupe, c'est très bien. Chacun son job. Ce n'est pas le mien, c'est celui de la fédération. Le président m'a dit qu'ils allaient faire quelque chose.»
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Jeu 14 Juil - 9:27

Ce n’est qu’un au revoir...
MONDIAL FÉMININ Bien qu’éliminée en demie par les États-Unis, l’équipe de France a pris rendez-vous pour l’avenir
La détresse de Sonia Bompastor et d’Eugénie Le Sommer après le troisième but américain. La France est éliminée mais a réussi son Mondial

LES BLEUES - Page 3 Bleues10

À Mönchengladbach.
Spectateurs: 25 676. Mi-temps : 0-1.
Arbitre : Kirsi Keikkinen (Fin).
Buts - France: Bompastor (55).
États-Unis : Cheney (9), Wambach (79), Morgan (82).
Avertissement - France: Thomis (90).
France: Sapowicz - Lepailleur, Georges, Meilleroux, Bompastor - Bussaglia, Soubeyrand
(cap., Thomis, 78) - Abily, Necib, Thiney - Delie (Le Sommer, 46).
Entraîneur : Bruno Bini.
États-Unis : Solo - Krieger, Sauerbrunn, Rampone (cap.), Le Peilbet - O’Reilly (Heath,
87), Boxx, Lloyd (Rapinoe, 65), Cheney - Rodriguez (Morgan, 57), Wambach.
Entraîneur : Pia Sundhage


"Jouer au ballon est
la seule chose que
nous savons faire."
LOUISA NECIB


Le coup est passé si près…
C’est sans doute ce que les
Françaises, partagées entre
regrets et amertume, se sont
dits, hier aux alentours de
19h50, au sortir de leur demi-finale
perdue face aux États-Unis
(1-3).
Quelques instants après le
coup de sifflet final, le Laragnais
Bruno Bini, beau joueur,
se force à sourire. Gaëtane Thiney
et Sandrine Soubeyrand, elles,
refont déjà le match. La discussion
est vive. La première ne
comprend toujours pas pourquoi
elle a été sanctionnée lorsqu’elle
a chipé le ballon dans
les mains de Hope Solo (75),
l’emblématique gardienne des
USA.
L’arbitre de la rencontre a jugé
l’action illicite, alors que celle-
ci aurait pu permettre aux
Bleues de prendre un avantage
sans doute définitif à cet instant
de la rencontre.
❚ Victimes d’un manque
d’impact physique
Les filles de Bruno Bini ont vécu
leur rêve à fond. Elles n’ont
pas à rougir de leur prestation.
Au point de toucher du doigt la
finale de Francfort avant de céder
sur la fin face à ces redoutables
Américaines au sang-froid
et au réalisme à toute épreuve.
Car les numéros1 mondiales
et leurs deux étoiles au maillot,
nation référence du foot féminin
et grandissimes favorites
du rendez-vous planétaire, ont
longtemps tremblé face à ces
Françaises totalement décomplexées
et extrêmement joueuses.
"Jouer au ballon est la seule
chose que nous savons faire,
nous confiait la Marseillaise
Louisa Necib, avant la rencontre.
En jouant de la sorte, les résultats
suivront." Hier, il a fui
les Bleues, également victimes
de leur manque d’impact physique
et de certaines lacunes à
des postes clés, notamment celui
de gardien de but.
❚ Championnes du coeur
Sur la durée, les petits gabarits
français n’ont pas fait le
poids face aux surpuissantes cylindrées
américaines. "Ce sont
des Goldorak", dira Bruno Bini
au sujet de ses bourreaux. Si Necib
et ses copines regarderont
la finale du Mondial allemand
devant leur poste de télévision,
elles ne peuvent que s’enorgueillir
d’avoir accompli un tel
parcours.
D’avoir semé de jolies promesses,
elles qui, jusqu’ici,
n’avaient même pas atteint les
quarts de finale de cette épreuve.
D’être devenues l’un des
chouchous de la compétition,
un champion du coeur, à défaut
d’être champion du monde.
D’avoir fait évoluer le regard de
la société française sur cette pratique
escortée par un anonymat
relatif.
Cette équipe de France séduisante
et accessible se trouve au
début d’une aventure qui promet
d’être fantastique. Elle n’a
pas terminé d’écrire son histoire.
Elle n’en est qu’à ses premiers
chapitres. Le prochain
conduit les Bleues à Sinsheim,
samedi, pour arracher la troisième
place et terminer sur le podium.
❚ Les Jeux de Londres
dans le viseur
Mais le rendez-vous majeur
se tiendra à Londres, dans douze
mois. En accédant au dernier
carré du Mondial, elles ont
validé leur ticket pour les Jeux
olympiques où elles fêteront
leur première participation.
Elles s’y présenteront fortes
de l’expérience accumulée en
Allemagne, avec le secret espoir
de prolonger le plaisir avec une
médaille. Pour que le songe
d’un été allemand trouve un
prolongement naturel. Elles en
sont capables. Rendez-vous est
pris. Ce n’est qu’un au revoir,
mesdemoiselles


LE MATCH
Que d’occasions…
8e : Uncorner mal renvoyé par la défense américaine
atterrit sur Louisa Necib. À l’aube de la surface
adverse, la Marseillaise décoche une frappe
lourde boxée en corner par Solo.
9e : Les Américaines partent rapidement à l’assaut
du but de Sapowicz. Wambach déborde côté
gauche. Elle centre rapidement pour Cheney qui,
de près, dévie judicieusement et ouvre le score.
FRANCE 0—ÉTATS-UNIS 1
30e : Necib, encore elle, sert idéalement Thiney.
Alors que tout le monde croit à l’égalisation, la
frappe de la Française est repoussée par Solo,
auteure d’une parade de grande classe.
32e : La France pousse et obtient un coup franc
sur le côté gauche. Necib voit Bompastor, seule
en retrait. La frappe fuyante de l’arrière-gauche
lobe tout le monde, y compris la gardienne, mais
vient mourir sur la transversale.
55e : La France déploie une belle attaque et renverse
le jeu. Le ballon arrive jusqu’à Bompastor
qui centre vers Thiney. Celle-ci ne touche pas le
ballon mais masque Solo, obligée de s’incliner.
La France se relance.
FRANCE 1—ÉTATS-UNIS 1
67e : Entrée en jeu à la mi-temps, Le Sommer
s’échappe dans le dos de la défense américaine
après un long dégagement de Sapowicz. Elle se
présente face au but des États-Unis mais rate
complètement sa frappe !
69e : Peu inspirée jusqu’ici, Sapowicz réalise un
bel arrêt sur une frappe lointaine de Rapinoe.
79e : Corner pour les États-Unis frappé très près
du but de Sapowicz. Au second poteau, l’athlétique
Wambach s’élève plus haut que tout le monde
et marque le deuxième but.
FRANCE 1—ÉTATS-UNIS 2
81e : La France pousse pour tenter de revenir à
la marque et les Américaines partent en contres.
Morgan, d’un subtil ballon piqué, scelle définitivement
cette demi-finale.
FRANCE 1—ÉTATS-UNIS 3


bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Jeu 14 Juil - 13:19

CM (F)
Les Bleues explosent l'audimat
On n'ose imaginer combien de téléspectateurs auraient regardé la finale si les Bleues y avaient participé. Car depuis le début de leur aventure en Coupe du monde, les joueuses de Bruno Bini n'ont cessé de faire exploser l'audimat.

Mercredi, 3 264 000 téléspectateurs étaient devant Direct 8 à 19h34 pour regarder la défaite des Françaises face aux Américaines (1-3, en demi-finale). En moyenne, ce sont 2 325 000 amateurs qui ont suivi la rencontre pour une part d'audience de 16,7%. Un record historique pour la TNT.

Reste encore à connaître l'audience d'Eurosport qui diffusait également la rencontre et qui devrait communiquer les chiffres ce vendredi. La chaîne sportive du groupe TF1 sera la seule à diffuser la dernière rencontre des Bleues contre la Suède pour la troisième place, samedi (17h30). Direct 8 donne quant à elle rendez-vous le 22 septembre pour le premier match de qualification à ...l'Euro 2013. -
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Ven 15 Juil - 9:37

MONDIALFÉMININ● Audience record pour France-États-Unis. À
l’occasion de la demi-finale de la coupe du monde, mercredi, entre
la France et les États-Unis (1-3), Direct 8 a atteint le score historique
de 3 264000téléspectateurs à 19h34 pour une moyenne de
2325000 téléspectateurs (16,7%de parts d’audience
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Sam 16 Juil - 7:03

Trois changements chez les Bleues
Pour affronter la Suède demain à Sinsheim, dans le cadre du match pour la troisième place du Mondial, Bruno Bini devrait effectuer trois changements par rapport à l'équipe de départ alignée contre les Etats-Unis (1-3), en demi-finale.

Viguier cédera normalement sa place à Renard, Franco remplacera Lepailleur et la position d'attaquante de pointe reviendra à Le Sommer et non à Delie, sortie en cours de match mercredi dernier.
Le onze probabale : Sapowicz - Franco, Georges, Renard, Bompastor - Bussaglia, Soubeyrand - Abily, Necib, Thiney - Le Sommer.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Dim 17 Juil - 6:27

LES BLEUES - Page 3 P1200515
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  aladin le Dim 17 Juil - 11:35

Les Bleues sur une fausse note
MONDIAL FÉMININ L’équipe de France, défaite par la Suède, termine 4
À Sinsheim, Rhein-Neckar Arena.
Arbitre : Kari Seitz (USA).
Spectateurs: 25 475.
Mi-temps: 1-0.
Buts- Suède: Schelin (39), M. Hammarström
(82). France: Thomis (56).
Expulsion - Suède: Öqvist (68).
Suède: Lindahl - Svensson, Larsson, Rohlin,
Thunebro - Dahlkvist, Fischer (cap)
(Sembrant, 73), Forsberg (M. Hammarström,
62), Sjorgan - Öqvist, Schelin. Entraîneur:
Thomas Dennerby.
France : Sapowicz (Deville, 32) - Franco
(Pizzala, 84), Georges, Renard, Bompastor
- Bussaglia, Soubeyrand (cap) - Abily,
Necib (Thomis, 32), Thiney - Le Sommer.
Entraîneur : Bruno Bini.


Il n’a pas voulu voir ça. Trop
dur à avaler et à accepter.
Alors que les Suédoises paradent
et embrassent leur médaille
de bronze, Bruno Bini
s’éclipse discrètement vers les
v e s t i a i r e s du s t a d e de
Sinsheim, cimetière des espoirs
bleus. Ses protégées, après un
tour d’honneur au petit trot,
contemplent la scène, les
mains sur les hanches, les yeux
humides.
Quelques instants plus tôt, elles
n’ont pas réussi à ponctuer
leur épopée allemande d’une ultime
victoire, celle que leur
aventure méritait. Sans doute
le match de trop, la première période
ayant été émaillée de déchets
autant grossiers qu’inhabituels.
Dominatrices (56% de
possession contre 44%), en supériorité
numérique dès la 68e
minute de jeu, elles se sont
pourtant inclinées face à la Suède
(1-2) lors du match pour la
troisième place. Elles finissent
sur une fausse note. Et au pied
du podium.
Necib blessée
première pour Pizzala
Comme d’habitude, les occasions
n’ont pas manqué
(19 tirs). Comme d’habitude,
les Bleues ont encaissé un but
évitable, le premier, les contraignant
à courir après le score.
Cette fois, la poisse leur a collé
aux basques. Elles ont perdu
leur gardienne, Bérangère Sapowicz
(31), blessée sur le
coup. Pierre angulaire de l’équipe,
la Marseillaise Louisa Necib,
victime d’une entorse au genou
droit, a aussi quitté ses partenaires
prématurément (32).
Pour couronner le tout, la seconde
réalisation scandinave,
un bijou au demeurant, survient
après un corner imaginaire.
Trop, c’est trop. D’autant
qu’Élise Bussaglia, héroïne
contre l’Angleterre en quarts, a
touché du bois. L’autre Marseillaise
du groupe, Caroline
Pizzala, a profité de cette rencontre
pour disputer ses premières
minutes allemandes. À
un poste insolite pour elle, latéral
droit, elle qui d’habitude
évolue dans l’entrejeu.
Cet accroc n’enlève rien au
mérite des filles de Bruno Bini
au jeu direct, sans calcul et séduisant.
Leur parcours rafraîchissant
s’est révélé magnifique,
les conduisant jusqu’à décrocher
un précieux sésame
pour Londres et les prochains
JO. Le groupe a accumulé une
expérience précieuse dont il devrait
profiter dans un an, en Angleterre,
et dès le mois de septembre
pour les éliminatoires
de l’Euro-2013.
Plus rien ne sera jamais comme
avant… surtout si la FFF,
comme elle l’a promis, se met
au travail afin de tirer les bénéfices
de l’incroyable effervescence
née en France autour de cette
bande de copines qui n’ont
pas froid aux yeux et ont rempli
leur mission. Au-delà des espérances
les plus folles
aladin
aladin

Messages : 115038
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 34
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Mar 19 Juil - 6:09

LES BLEUES - Page 3 E3D25E9C3ED6A8CB5EF9B134CCF79

lundi 18 juillet 2011 15:43
Foot féminin: les Bleues signent des autographes sur les Champs-Elysées
Les joueuses de l'équipe de France de football, demi-finalistes du Mondial, 4e au classement final, ont offert une séance de dédicaces lundi après-midi à une bonne centaine de fans chez leur équipementier, sur les Champs-Elysées à Paris, a constaté l'AFP.

Les Bleues sont arrivées en bus à la boutique Nike, sponsor de la Fédération française de football (FFF), vêtues d'un tee-shirt blanc portant d'un côté l'inscription "Merci, see you in London" ("on se voit à Londres", référence au jeux Olympiques où elles sont qualifiées grâce au Mondial en Allemagne) et de l'autre la mention "Vive le foot libre".

"On ne mesurait pas la portée médiatique, a confié Elise Bussaglia, milieu de terrain des Bleues et du PSG. Aujourd'hui, on se rend compte qu'on a fait un beau parcours, et on a envie de le partager avec ceux qui nous ont soutenu. Il faut profiter de cet engouement pour faire des choses. Le regard des autres a changé".

Sandrine Soubeyrand, autre milieu de terrain des Bleues (Juvisy), souhaite qu'après cette "belle aventure" une "petite lumière revienne vers (l'équipe de France féminine) régulièrement pour pérenniser l'engouement".

"Ca nous a fait plaisir de les voir en vrai, c'est vraiment magique, ça fait longtemps qu'on les suit et les voir à ce stade de la compétition ça nous fait rêver", ont entonné en coeur Louise et Victoria, deux jeunes filles présente à la boutique, qui ont indiqué "jouer un peu au football".

"Elles sont gentilles, aborbables, souriantes, accessibles, ça change des garçons (de l'équipe de France), ça nous fait rêver", a commenté une mère de famille, venue avec ses trois enfants.

"On est très fiers de l'équipe de foot féminine, cette séance de dédicaces, ça permet de les découvrir, il faudrait en parler bien plus, on est déçus, il n'y pas beaucoup de monde", a confié Sylvie, une adolescente.

Les Bleues du sélectionneur Bruno Bini ont été éliminées en demi-finale du Mondial, stade jamais atteint par les filles françaises, face aux Etats-Unis (3-1). Elles se sont ensuite inclinées devant les Suédoises (2-1) dans la "petite finale" pour la troisième place.
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Mar 19 Juil - 6:42

Bonnes vacances, les Bleues !
L'équipe de France féminine a eu une journée chargée, avant de se reposer.


Roissy, dimanche. Les Bleues (ici Camille Abily et Sabrina Viguier, à droite) sont de retour après leur flamboyant Mondial.
Réception à L'Equipe, déjeuner à la 3F, virée sur les Champs : rentrée d'Allemagne dimanche, l'équipe de France féminine avait encore une journée bien chargée lundi à Paris. Avant de prendre un repos bien mérité.

«Les filles étaient à fond dans la compétition, mais là elles ont envie de retouver leurs familles. C'est normal, elles ont tant donné !» Marie-Lou Duringer mesure le chemin parcouru. Pionnière du foot féminin en France au début des années 70, elle est chef de délégation des Bleues depuis 1987. «A l'époque, on me disait : "Mais qu'est-ce que tu fais là, le foot, c'est un sport de mecs". Aujourd'hui, les entrefilets sont devenus des pages entières. Un cap a été franchi.» Au 8e étage du siège de L'Equipe, à Boulogne-Billancourt, les traits sont un peu tirés, mais les sourires éclairent encore les visages. «On a dormi deux heures» s'esclaffe Céline Deville, gardienne de but et animatrice du vestiaire. «J'ai un train pour Lyon vers 17h00, calcule Eugénie Le Sommer. Je fais mes valises et je file chez moi en Bretagne.» A l'OL, l'entraînement reprend le 8 août, un mois avant le coup d'envoi du Championnat, le 4 septembre. «On a besoin de couper, glisse Sonia Bompastor. La saison sera encore longue.» Le programme des Bleues ? Amical le 22 août, début des qualifs pour l'Euro suédois 2013 en septembre, et les Jeux l'été prochain...

Car rouge, survets bleus : la délégation au grand complet est arrivée à 9h50 devant l'immeuble du journal. Direction "le club L'Equipe", espace de réception et terrasse ventée. Au mot de bienvenue de François Morinière, directeur général de L'Equipe, Bruno Bini répond par un clin d'oeil. «Il y a deux ans et demi, après la qualification pour L'Euro, les filles avaient émis l'hypothèse de venir prendre le rédacteur en chef en otage !» Une façon là encore de souligner combien l'engouement médiatique a bien changé autour du foot féminin. La "Une" du journal du dimanche 10 juillet - «Elles sont magiques !» - est historique. L'une des premières consacrées à la discipline, au lendemain de la double qualification pour les demies et les JO. Toutes les filles en ont reçu un fac-similé encadré. «Je me reconnais, je suis là», rigole encore Deville...masquée sur la photo par ses coéquipières.

Le sélectionneur, lui, n'est pas tout à fait en vacances. Mardi, il a rendez-vous avec Noël Le Graët. En fin de contrat depuis...le 30 juin, Bruno Bini va prolonger «au moins deux ans jusqu'à l'Euro, voire quatre ans jusqu'au Mondial canadien» confie Bernard Desumer, président délégué de la FFF et présent de bout en bout en Allemagne. «Une revalorisation de son contrat ne serait pas saugrenue», ajoute-il dans un sourire. Avant la petite finale perdue contre la Suède (1-2), samedi, le président de la 3F a déjà ouvert son portefeuille en doublant la prime des joueuses, de 6 000 à 12 000 euros. «C'est un geste, apprécie Le Sommer. Le signe aussi que la Fédé nous est reconnaissante.» Reste le chantier du développement de la discipline. Desumer évoque l'objectif d'«un doublement des licenciées (55 605 en 2010) en quatre ou cinq ans». Dans l'immédiat, pour entretenir la flamme, la FFF espère rapatrier en France l'amical prévu en Pologne le mois prochain
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Mar 19 Juil - 13:22

Bleues
Bini: «J'ai pris des impacts au coeur»

Le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët, rencontre, ce mardi, Bruno Bini pour évoquer une prolongation de contrat de sélectionneur de l'équipe de France féminine, L'occasion de revenir avec le technicien de 56 ans sur le fantastique parcours des Bleues durant cette Coupe du monde. (Photo Presse-Sports)
«Bruno, vous attendiez-vous à un tel accueil * ?
On savait plus ou moins que les choses avaient bougé ici. C'est un peu une bombe à retardement, on mesura ça un peu plus tard. Mais tous ces témoignages d'amour, l'impression d'avoir apporté un peu de bonheur, ça me touche infiniment.

Ne craignez-vous pas que le soufflé retombe ?
Moi, je n'ai peur de rien. Tout ce qui est pris n'est plus à prendre. Comme d'habitude, on prendra ce que la vie veut nous donner. Les gens qui voulaient nous accompagner, ils nous ont accompagnés. Ceux qui veulent nous rejoindre, ils nous rejoindront...

«Le président de la FFF a envoyé un signe fort»

Noël Le Graët désire que chaque club professionnel possède désormais une section féminine. Cette mesure ne doit pas vous laisser indifférent ?
C'est un signe fort que le président de la FFF envoie. Cela signifie plus de moyens. Le jour où il y aura que des clubs organisés comme chez les pros, on aura encore franchi une étape. J'ai encore des filles qui se reposent la journée pendant que d'autres travaillent avant d'aller à l'entraînement.

Le bilan de cette Coupe du monde est vraiment positif pour le football français féminin...
On termine dans le dernier carré et on se qualifie pour les Jeux Olympiques. Après, on aurait pu faire mieux. On aurait pu finir troisième, aller en finale ou gagner la Coupe du monde... Mais si on pense à ça, on est malheureux toute sa vie. Je préfère me dire qu'on a atteint les objectifs et qu'on a donné du bonheur aux gens.

Mais le technicien, que vous êtes, reste conscient que l'équipe aurait pu faire mieux dans cette compétition si elle n'avait pas péché offensivement ?
Il faut que je prenne du recul, que je revoie les matches. Avec mes adjoints, on a des devoirs de vacances et on sait sur quoi travailler. On dispose de peu de temps avec les éliminatoires du Championnat d'Europe qui débute en septembre.

«Il y aura un avant et un après Angleterre»

Le moment le plus fort reste sans aucun doute cette victoire en quarts de finale contre l'Angleterre (1-1, 4 t.a.b. à 3) ?
Il y a des matches références et celui-là en fait partie. Dans la vie des filles, du staff et dans la mienne, il y aura un avant et un après Angleterre. J'ai pris des impacts au coeur ce jour-là. Il y a le match mais aussi l'arrivée à l'hôtel qui a suivi, où dans le hall on a vu sur un écran géant les dix dernières minutes de la rencontre Allemagne-Japon. C'était de la folie : l'Allemagne a été battue (0- 1, a.p.) et on obtenait un ticket pour les J.O. ! Une soirée exceptionnelle. Dans cette compétition, il y a tout eu comme dans les belles histoires d'amour.

Une joueuse française peut-elle prétendre au prochain Ballon d'Or féminin ?
Malgré sa blessure dans le dernier match, Louisa Nécib a marqué la compétition de son emprunte. Sonia Bompastor également. Une qui a été oubliée à mon avis, c'est Élise Bussaglia. Elle a été resplendissante.»

Propos recueillis par Stéphane Fattoretto

*Plusieurs milliers de supporters attendaient les joueuses à l'aéroport et sur les Champs-Élysées dimanche et lundi.


bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Mer 20 Juil - 8:46

Bruno Bini reconduit dans ses fonctions Publié le mardi 19 juillet 2011 à 12H27


Le sélectionneur de l'équipe de France féminines, 4e des derniers championnats du monde, Bruno Bini vient d'être reconduit dans ses fonctions. Le Provençal a rencontré ce matin Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football, qui lui a annoncé la bonne nouvelle après avoir dresser ensemble un bilan de ce dernier mondial.

bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  bienvenou le Lun 25 Juil - 10:34

LES BLEUES - Page 3 P1200711
LES BLEUES - Page 3 P1200712
bienvenou
bienvenou
Admin

Messages : 170618
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 105
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

LES BLEUES - Page 3 Empty Re: LES BLEUES

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 18  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum