GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mar 10 Juil - 5:17

a fusionner
idee non suivie

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mar 10 Juil - 5:29

Staff : Deschamps s'est «adapté»
Le 09/07/2012 | Mis à jour le 09/07/2012 21:04:58

Il ne l'a pas fait de gaieté de coeur, mais il assure que cela n'a pas non plus constitué un frein aux négociations. Nommé dimanche sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps sera accompagné dans sa mission par Guy Stéphan. En revanche, Antonio Pintus (préparateur physique) et Nicolas Dehon (entraîneur des gardiens) n'intégreront pas son staff technique. «J'en ai parlé avec eux, ils comprennent la situation, a souligné le technicien. Ce n'est pas quelque chose que je voulais imposer. On me l'a parfois reproché en club, mais en sélection, le fonctionnement est différent. Je suis capable de m'adapter et de me servir des gens en place».


Mardi, Deschamps planchera avec Le Graët sur la composition de son staff. Même si le président de la FFF se défend que ce soit pour «des raisons économiques», il sera comme prévu moins important que du temps de Laurent Blanc. Le dirigeant juge les qualités des techniciens de la DTN «suffisantes pour le peu de journées où les joueurs sont à la disposition de l'équipe de France». Il estime en outre qu'avec Deschamps et Stéphan, les Bleus disposent désormais d'un «duo exceptionnel». «Il y a une vraie relation de confiance entre nous, confirme Deschamps. C'est quelqu'un de fidèle. On n'a pas besoin de beaucoup de se parler pour se comprendre même si on se parle beaucoup (sourires). Le staff, c'est quelque chose d'exceptionnel dans la réussite d'un groupe, dans la vie au quotidien. Les joueurs doivent ressentir cette unité. C'est important d'avoir des gens de confiance. Guy en fait partie

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mar 10 Juil - 5:42

i, Guy Stéphan, son adjoint
Bernès : "Je n'ai pas à parler de ça"

Quel rapport ? Guy Stéphan, qui a déjà exercé en équipe de France, en qualité d'adjoint, entre 1998 et 2002, connaît Le Graët personnellement pour avoir débuté sa carrière de joueur à l'En Avant Guingamp, entre 1976 et 1980.
Il aurait été, selon Le Monde, en contact avec le président de la FFF ces dernières heures à ce sujet pour court-circuiter Jean-Pierre Bernès, l'agent des deux hommes, dont la légitimité est contestée par le patron de la FFF en raison de ses contrats avec plusieurs internationaux

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mar 31 Juil - 7:37

Première réunion du staff
Le 30/07/2012 | Mis à jour le 30/07/2012 20:46:00

La FFF a dévoilé sur son site internet la composition du staff de l'équipe de France. Celui-ci a été réuni ce lundi par Didier Deschamps au siège de la Fédération à Paris pour une première réunion de travail. Mardi, le nouveau sélectionneur, accompagné de Guy Stéphan et d'autres membres du staff, se rendra au Centre Technique National Fernand-Sastre à Clairefontaine (Yvelines) pour un repérage des lieux.


La composition du staff
Sélectionneur-entraîneur : Didier Deschamps
Entraîneur-adjoint : Guy Stéphan
Entraîneur des gardiens de but : Franck Raviot
Coordinateur sportif : Erwan Le Prévost
Responsable administratif : Frédéric Forestas
Chef de presse : Philippe Tournon
Médecin : Franck Le Gall
Ostéopathe : Jean-Yves Vandewalle
Kinésithérapeute : Christophe Geoffroy
Kinésithérapeute : Thierry Laurent
Kinésithérapeute : Cyril Praud
Intendance : Manu de Faria
JRI fff.fr : Guillaume Bigot
Informatique-vidéo : Thierry Marszalek
Informatique-vidéo : Eric Dubray
Officier de liaison et de sécurité : Mohamed Sanhadji
Représentant Nike : Nicolas Piry



_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mer 17 Oct - 8:44

FOOTBALL● Unmédecinmarseillais intègre le staff des Bleues. PROVENCE VÉLO
Hervé Collado médecin spécialiste du sportàMarseille rejoint
Bruno Bini avec l'équipe de France féminine et intégrera le staff
médical.


_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Sam 13 Avr - 8:22

Stéphan à Lille-Marseille
Mercredi dernier, Didier Deschamps a assisté au quart de finale retour de la Ligue des champions, Juventus Turin - Bayern Munich (0-2). Ce week-end, ce sera au tour de Guy Stéphan de se déplacer. L'adjoint du sélectionneur de l'équipe de France va s'installer, ce dimanche (21h00), dans les tribunes du Grand Stade Lille Métropole pour superviser la confrontation entre le Lille OSC et l'Olympique de Marseille (32e j. de L1).
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mar 31 Déc - 13:54

Dans le rétro de Stéphan (1/2)Adjoint de Didier Deschamps, Guy Stéphan revient sur l'année 2013 de l'équipe de France. Une année marquée par la qualification pour le Mondial 2014 à l'issue d'un barrage épique contre l'Ukraine. Première partie.22
partages Tweeter Partager Partager 22partages Tweeter Partager Partager
18a+
a-
imprimer
RSS Guy Stéphan est l'adjoint de Didier Deschamps depuis 2009 et le passage du technicien sur le banc de l'Olympique de Marseille. (L'Equipe)
France - Allemagne : 1-2 (match amical, le 6 février)
«On restait sur deux supers performances contre l’Espagne et l’Italie. On parvient à mener à la mi-temps grâce à un but de Valbuena, malheureusement, en deuxième période, on en prend deux. Malgré tout, on n’a pas démérité. A la fin, on était tout proche du nul, mais ça n’a pas voulu sourire. Dans ces matches amicaux, il y a eu continuité au niveau des oppositions : on a quasiment tout le temps rencontré des équipes du top 5».


_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mar 31 Déc - 13:54




France - Espagne : 0-1 (match de qualification au Mondial, le 26 mars)
«On a été à quelques millimètres du nul, et on l’aurait mérité, mais en face, c’était l’Espagne avec toute son armada et son expérience… En plus, à la fin, il y a l’exclusion de Paul (Pogba) à un moment où on poussait, où on pouvait revenir. Lors du tirage au sort, on s’était dit qu’il fallait qu’on termine deuxième, et puis il y a eu ce fol espoir après le nul décroché à Madrid (1-1 en octobre 2012). Malheureusement, l’Espagne a montré qu’elle restait le patron».
 
Uruguay - France : 1-0 (match amical, le 5 juin)
«La tournée en elle-même avait été convenue entre les deux fédérations depuis plusieurs semaines. C’était une tournée de fin de saison, et on sait qu’historiquement, le mois de juin n’est pas très bon pour l’équipe de France. En plus, c’était contre deux équipes qui se préparaient pour une compétition officielle (la Coupe des Confédérations) alors que ce n’était pas notre cas et qu’il nous manquait sept joueurs dont Ribéry. On n’a pas préparé cette tournée dans les meilleures conditions et on a été sanctionné».

L'équipe de France n'a pas fait le poids face à une Seleçao en pleine préparation de la Coupe des Confédérations. (L'Equipe)


Brésil - France : 3-0 (match amical, le 9 juin)
«Malgré tout, cette tournée a permis aux joueurs de s’aguerrir et de voir ce que c’était un match en Uruguay et au Brésil. Face à la Seleçao, on avait bien résisté en première période, mais c’était une équipe pimpante, toute fraîche avec des joueurs en grande forme comme Hulk, Neymar ou Thiago Silva. A la fin du match, Didier avait regretté un manque d’investissement».
 
Belgique - France : 0-0 (match amical, le 14 août)
«Quand on parle de la Belgique, on ne s’imagine pas qu’elle est dans les huit meilleures nations mondiales. Et pourtant, elle a une génération de joueurs exceptionnels. C’est un match qui aurait très bien pu se terminer par 2-2, un match qui avait également été marqué par les retours d’Eric Abidal et Samir Nasri. Concernant Eric, Didier avait décidé de le prendre parce qu’il avait montré beaucoup d’assurance lors de ses premiers matches avec Monaco».
 
Géorgie - France : 0-0 (Match de qualification au Mondial, le 6 septembre)
«C’est un match qu’on n’a pas très bien abordé même si les chiffres ont été nettement en notre faveur : 70% de possession de balle, 22 tirs à 6, plus de 500 passes pour nous contre seulement 200 pour eux… Le souci, c’est qu’on n’a pas réussi à marquer. Ce n’est pas un très bon souvenir. La sortie de Benzema et le fait qu’il n’ait plus débuté les quatre matches suivants ? Notre objectif, c’est d’abord de mettre le joueur en confiance, mais si on n’y arrive pas, il faut d’autres outils. Il y a eu beaucoup de discussions entre Karim et Didier. Il a compris, il a continué à travailler».

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mer 1 Jan - 18:34

Dans le rétro de Stéphan (2/2)
Adjoint de Didier Deschamps, Guy Stéphan revient sur l'année 2013 de l'équipe de France. Une année marquée par la qualification pour le Mondial 2014 à l'issue d'un barrage épique contre l'Ukraine. Deuxième partie.

58partages Tweeter Partager Partager

58partages Tweeter Partager Partager

27
a+a-imprimerRSS


Didier Deschamps et Guy Stéphan laissent éclater leur joie après la qualification des Bleus pour le Mondial. (L'Equipe)



Biélorussie - France : 2-4 (match de qualification au Mondial, le 10 septembre)
«Ça a été un match très particulier avec des rebondissements spectaculaires. A la 57e, on est encore mené 2-1 et on parvient à tout renverser en un quart d’heure. L’équipe a fait preuve de beaucoup de force mentale. Elle a montré que dos au mur, elle savait réagir, ce qu’elle redémontrera un mois plus tard. Le discours d’Evra à la mi-temps ? Ça a été quelques paroles d’encouragements, mais dans tous les vestiaires, ça arrive que les joueurs les plus expérimentés prennent la parole. Ce n’était pas le première fois et ce n’était pas le seul.»
 
France - Australie : 6-0 (match amical, le 11 octobre)
«C’était un bon match pour mettre des buts. Je me souviens des mots du sélectionneur australien la veille. L’Australie était déjà qualifiée pour la Coupe du monde. Il voulait affronter de grosses équipes maintenant pour aguerrir ses joueurs et des formations davantage à leur portée en avril-mai pour se mettre en confiance. Malheureusement pour lui, il n’en aura pas l’occasion puis qu’il a été limogé après ce match… Olivier avait marqué deux buts, Karim avait marqué aussi. On avait proposé beaucoup d’automatismes. Battre une équipe 6-0, ce n’est pas fréquent».
 
France - Finlande : 3-0 (match de qualification au Mondial, le 15 octobre)

«Même si on espère toujours, on savait à 99% qu’on allait disputer les barrages. On a également surveillé les autres matches pour le classement FIFA, mais ça ne nous a pas sourit non plus. A ce titre, les deux défaites du mois de juin ne nous ont pas fait du bien… Malgré tout, dans la perspective des barrages, c’était bien de mettre des buts».

Tandis que l'Ukraine disputait un match pour aller au Mondial, les Bleus, eux, ont joué «un match à peine amical» en barrage aller, à Kiev. (L'Equipe)



Ukraine - France : 0-2 (barrage aller, le 15 novembre)
«On a perdu beaucoup de duels, on s’est vraiment fait marcher dessus et le résultat a été logique. Durant l’analyse vidéo, on avait pourtant mis l’accent sur la capacité des Ukrainiens à faire la différence, mais tant qu’on ne les a pas joués, tant qu’on ne l’a pas soi-même ressenti ou tant que l’on ne s’est pas pris la claque… Là, ça a été une claque sur les deux joues. Il a fallu 24 heures pour digérer. La polémique Evra avant cette double confrontation ? Didier ne souhaitait pas polluer l’atmosphère. L’exclusion de Koscielny ? On est tombé dans le panneau de la provocation contre une équipe ultra-déterminée».

Un doublé de Sakho et une réalisation de Benzema ont permis aux Bleus de remonter leur handicap de deux buts. Et de se qualifier pour le Mondial. (L'Equipe)


France - Ukraine : 3-0 (barrage retour, le 19 novembre)
«Il a donc d’abord fallu digérer. On n’avait pas eu le comportement d’une équipe qui jouait un barrage. Eux, ils avaient joué pour aller au Mondial, nous, c’était à peine un amical. Il ne fallait pas que ça se reproduise une deuxième fois, mais on avait aussi en tête qu’ils auraient du mal à livrer une deuxième prestation de ce type à quatre jours d’intervalle. De petits évènements tout au long de ces trois jours ont fait que le groupe est arrivé très déterminé. Il y a eu le discours du président (de la Fédération, Noël Le Graët), celui de Didier. On a également vu un film, «La Marche» avec Jamel Debbouze, qui montre la solidarité d’un groupe… Il y a eu davantage d’application. Les joueurs se sont dits que sans un exploit, ils n’iraient pas au Mondial.


Je n’avais jamais vu le Stade de France comme ça. Même en 98, c’était différent. En plus, on était dans une période où des sondages sortaient, où on reparlait de nouveau du désamour. Le matin, lors de notre promenade, on s’était déjà rendu compte que les gens étaient derrière nous. Ça s’est confirmé au SDF. Il y a eu une communion avec les supporters et à la fin, les joueurs le leur ont bien rendu. Les joueurs n’avaient pas envie de quitter la pelouse. J’avais déjà connu ça avec Roger Lemerre après la finale de l’Euro 2000. Ce match, on en reparlera encore dans 5 ans, voire dans 10 ans. Il s’est passé quelque chose de grand»
 
Le tirage au sort du Mondial (le 6 décembre)
«Il faut toujours se méfier. On a déjà parlé de tirages favorables lors de précédentes éditions, et ça ne s’est pas très bien passé. Les Honduriens ont déjà dit qu’ils avaient des chances de passer. Et puis, il y a l’Equateur et la Suisse qui sont devant nous au classement FIFA. La Suisse, c’est comme la Belgique. Dans l’imaginaire des gens, c’est moins bon que la France, mais ils ont survolé leur groupe de qualification. Ils ont une génération exceptionnelle… Ne comptez pas sur moi pour être béat d’optimisme».

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Mar 4 Fév - 16:35

avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  internet34 le Mar 18 Fév - 10:36

Stéphan devant Arsenal-Bayern

Guy Stéphan commence à bien connaître les stades anglais. Après Liverpool-Arsenal samedi dernier en FA Cup, l’adjoint de Didier Deschamps dans le staff de l’équipe de France supervisera la rencontre des Gunners contre le Bayern Munich, mercredi en huitième de finale de la Ligue des champions. L’occasion pour le technicien d’épier la performance des habitués Laurent Koscielny, Bacary Sagna et Olivier Giroud, ainsi que Mathieu Flamini, justement de retour dans le onze de départ contre les Reds après une suspension. La prochaine liste des Bleus sera donnée le 27 février, cinq jours avant le match amical contre les Pays-Bas.

internet34

Messages : 5458
Date d'inscription : 30/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Mer 21 Mai - 7:09

Mondial-2014/France: Guy Stéphan promeut "une réflexion permanente" avec Deschamps
La Montagne
Lu 35 fois


Le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps (g), et son assitant Guy Stephan avant le match amical contre les Pays-Bas au Stade de France à Saint-Denis le 5 mars 2014 - /AFP

Guy Stéphan, l'adjoint de Didier Deschamps, a expliqué mardi que son rôle consistait à la fois à un "partage du travail" de l'entraînement avec le sélectionneur de l'équipe de France et en une "réflexion permanente" sur tout ce que vont vivre au quotidien les Bleus au Mondial brésilien.

Q: Comment définiriez-vous votre rôle d'adjoint, à la fois vis à vis de Didier Deschamps et vis à vis du groupe ?
R: "On travaille avec Didier depuis cinq ans. Didier aime le terrain, participer aux séances. On se partage le travail. Puis on échange chaque jour. C'est au quotidien que ça se passe. Chaque jour, il y a des discussions sur l'entraînement, les objectifs à atteindre, sur les matches amicaux, sur ce que va réserver la compétition... C'est une réflexion permanente. En dehors, je crois qu'il faut de la proximité avec les joueurs mais pas trop. Je ne suis pas là non plus pour remonter toutes les infos à Didier. De toute façon, il y a des domaines que Didier n'a pas forcément envie de savoir. Après dans mes rapports avec lui, il m'arrive de lui donner un ressenti sur les joueurs, sur l'entraînement... Ca se passe sereinement. Enfin, il y a aussi avec le staff des moments de bonne humeur, parce qu'il est important que l'on vive bien."

Q: Lorsque la compétition va commencer, le groupe sera scindé en deux, entre ceux qui joueront régulièrement voire tout le temps et les autres. Comment allez-vous gérer ce deuxième groupe ?

R: "Il y aura des séances supplémentaires pour ceux qui n'auront pas ou peu joué la veille. Une charte de travail est prévue pour eux. Ils seront neuf ou dix joueurs. Outre ces charges de travail supplémentaire, il y aura des oppositions. Attention, il ne faut pas s'attendre à ce qu'on joue contre Vasco de Gama ou Fluminese ! Il s'agit là surtout de jouer à onze contre onze, sur un terrain normal, avoir des repères, des courses à effectuer. L'opposition ne sera pas très forte."

Q: Pourquoi avoir décidé de concentrer la préparation au seul Centre d'entraînement de Clairefontaine, sans, par exemple, effectuer de stage en altitude ?
R: "Pour l'altitude, il a été démontré que pour qu'un stage soit bénéfique, il faut y rester longtemps, au moins trois semaines. Or cela ne nous est pas possible. Clairefontaine s'imposait comme la meilleure solution. On a les terrains qu'il faut, une nouvelle salle dédiée à la récupération qui est un véritable plus, avec piscine. Il y a tout sur place pour avoir les meilleures conditions. Enfin, nous disputerons deux matches en province (à Nice le 1er juin contre le Paraguay et à Lille le 8 contre la Jamaïque, ndlr) pour casser la monotonie."

Q: Comment avez-vous appréhendé les problématiques liées au climat et au décalage horaire au Brésil ?
R: "Par rapport à la température que nous aurons à Riberao Preto (nord-est de Sao Paulo, ndlr), il fera un peu plus frais à Porto Alegre (sud) où nous jouerons contre le Honduras (le 15 juin, ndlr). En revanche, il fera beaucoup plus chaud à Salvador (plus au nord, pour France-Suisse, le 20 juin, ndlr). A Rio de Janeiro (pour France-Equateur, le 25 juin, ndlr), il n'y aura pas de différence par rapport à Riberao Preto. Au final on évite de devoir jouer trop au nord, nord-ouest, comme à Manaus où la chaleur et l'humidité sont très élevées. S'agissant du décalage horaire, on dit communément qu'on rattrape une heure par jour. Il y a cinq heures de décalage. Donc il faudra cinq jours. Or notre premier match aura lieu six jours après notre arrivée. Il ne devrait pas y avoir de souci de ce coté-là."
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Ven 30 Mai - 8:29

France-Stephan: ''Un comportement exemplaire''








Mercredi soir, les 6 réservistes de l'équipe de France, puisque Ruffier a lui intégré les Bleus en lieu et place du blessé Mandanda, ont quitté Clairefontaine et le CTNFS pendant Raphaël Varane et Karim Benzema, les deux Madrilènes champions d'Europe avec le Real, retrouvaient eux leurs coéquipiers de sélection. Et, ce jeudi, Guy Stephan, l'adjoint de Dider Deschamps, a tenu à avoir un petit mot pour les partants, leur rendant hommage pour leur comportement exemplaire pendant ce séjour : "Les 6 ont eu un comportement exemplaire, dans la tenue, le travail. Les choses étaient claires dès le départ. Ils ont eu un départ franc et digne. Il y en a qui se sont exprimés, comme Cabella ou Lacazette, devant leurs copains. Ils les ont remerciés pour cette semaine passée et leur ont souhaité le meilleur pour la compétition. Hugo Lloris a dit aussi quelques mots de la part de toute l'équipe. Il y a eu beaucoup de dignité." Et d'ajouter sur le choix de les convoquer d'emblée avec ce statut-là : "C'était la décision de Didier (Deschamps, ndlr). Une décision réfléchie depuis longtemps et c'était la meilleure. Didier les a réunis avant de partir vers 15 heures en leur disant tout le bien qu'il pensait d'eux sur la semaine de passer et en leur demandant de rester joignable. Ca peut arriver. On l'a vu avec les Pays-Bas et Van der Vaart qui s'est blessé."
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Ven 30 Mai - 9:06

"Nous n’avons pas à calculer"

l s’est un peu préparé comme s’il devait jouer. Footings, musculation. "Le
staff doit être prêt pour une épreuve longue et difficile", dit Guy Stéphan, qui
s’apprête à vivre sa deuxième coupe du monde comme entraîneur adjoint,
aux côtés de Didier Deschamps comme il l’avait été avec Roger Lemerre en
Corée du sud et au Japon, en 2002.
Méfiant, il insiste sur la valeur des adversaires des Bleus et la nécessité impérieuse
de ne pas se croire qualifiés avant de jouer, donc d’être à fond dès le
premier match. Entre l’aller et le retour face à l’Ukraine, le pire et le meilleur
des Bleus, il sait que le curseur n’est pas définitivement bloqué aumaximum.
"La vérité est souvent aumilieu, nous ne sommes ni les nuls de l’aller, ni les cadors
du retour."



❚ La difficulté initiale de votre préparation
a-t-elle été le déséquilibre de forme
entre les joueurs ?
Les derniers arrivants ont été Karim
Benzema et Raphaël Varane (mercredi
soir), en raison de leur finale de la Ligue
des champions (victoire 4-1 a.p.).
Pour les autres, outre les entraînements
collectifs, il y a des exercices individualisés
pour ceux qui auront besoin
d’un surplus de travail s’ils ont
moins joué.
❚ Varane et Benzema n’auront pratiquement
pas eu de repos. Vous aviez
connu ce cas de figure avec Zinedine Zidane
en 2002 et il s’était blessé lors du
dernier match amical en Asie. Ce sont
des situations délicates...
C’est le risque. C’est pour cela qu’il faut
individualiser le travail, à la carte, bien
connaître le nombre de matches joués
dans l’année et en particulier les deux
ou trois derniers mois, évaluer la fraîcheur
des joueurs. C’est dans ce but
qu’ils ont subi un check-up lorsqu’ils
sont arrivés. Le risque zéro n’existe pas,
mais nous faisons tout pour éviter les
pépins. Malheureusement, cela peut
survenir, on l’a vu avec Steve (Mandanda)
et c’était très cruel. En une fraction
de seconde, tout peut basculer.
❚ Avant la coupe du monde 2002, vous
aviez pronostiqué le Brésil qui, pourtant
n’était pas le grand favori. Alors, en
2014, qui peut battre le Brésil ?
C’est LE grand favori, parce qu’il joue
chez lui. Les nations d’Amérique du
sud seront bien présentes.Un grand défi
se présente pour les Européens, qui
n’ont jamais gagné loin de leurs bases.
L’Allemagne notamment, qui me paraît
très solide.
❚ Êtes-vous allé voir jouer beaucoup
de sélections ?
Non. J’ai vu essentiellement des matches
de clubs, concernant des joueurs
français. Les sélections ont été supervisées
par des entraîneurs nationaux,
Pierre Mankovski, Jean-Claude Giuntini
et Gérard Précheur. Sur place, au Brésil,
nous aurons aussi des entraîneurs
nationaux qui suivront les autres groupes.
❚ Le Honduras, ce n’est pas le cadeau
du ciel que l’on croit ?
Pas du tout. On pense ce qu’on veut du
classement Fifa, mais le Honduras est
30e, pas 100e. Nous sommes 16es,
l’Équateur 28e et la Suisse 8e. Que des
bonnes nations de foot. J’ai vu pas mal
de DVD, ils sont solides dans leur
4-4-2, jouent long, direct, les attaquants
dévient beaucoup et ils misent
sur le deuxième ballon, avec beaucoup
d’intensité, de duels. Ils ont une "grinta"
que l’on retrouve aussi chez
l’Équateur. J’ai vu ce dernier pays face
aux Pays-Bas (1-1), un bon bloc, sans
grande individualité. Le Honduras se
distingue par ses grands gabarits.
❚ La Suisse était-elle la meilleure tête
de série à prendre ?
Attention! Dans leur poule de qualification,
ils se sont baladés. Regardez leurs
joueurs: au milieu, il y a le duo de Naples,
Gökhan Inler et Valon Behrami.
Ils évoluent en 4-2-3-1, avec un joueur
en dessous de l’attaquant, Josip Drmic,
qui est un naturalisé. Leur flanc droit
est très fort, avec Lichtsteiner (Juventus)
et Shaqiri (Bayern Munich). Ils
sont restés longtemps invaincus. La
"Nati" peut aussi se laisser sous-estimer
pour mieux surprendre. Mais le
plus important demeure le Honduras.
C’est tellement dur de gagner un
match de poule ! Si onmet 1998 à part,
sur les six dernières coupes du monde,
la France n’a gagné qu’un match de
poule, contre le Togo(2-0, en 2006).
❚ Six, mais en comptant alors celles
que la France n’a pas jouées, en 1990 et
1994?
Oui, bien sûr, mais en 2002 et 2010, pas
de victoire et une seule en 2006. Le 15
juin, Didier le dit souvent, il faudra être
en forme! Nous n’avons pas à calculer
ce qui va se passer ensuite. Il faut entrer
dans la compétition, sur un autre
continent, avec le décalage horaire. Et
puis, en face, ils seront motivés aussi,
face la France, l’un des huit anciens
vainqueurs de la coupe du monde.
Huit, pas plus...
❚ Beaucoup d’équipes sont allées se
préparer sur le continent américain, notamment
aux États-Unis. Pourquoi
êtes-vous restés à Clairefontaine ?
Nous y sommes bien, avec tout ce qu’il
faut pour se préparer. Nous arriverons
suffisamment tôt pour digérer le décalage
horaire. On dit qu’il faut une heure
par jour. Il y a cinq heures de décalage,
nous arrivons six jours avant. Tout
a été fait pour être prêts. À Porto Alegre,
pour le premier match, il fera environ
10º. Ce sera différent à Salvador, où
il fait plutôt 25º. Mais nous avons la
chance de ne pas jouer dans l’extrême
nord ou à Manaus, avec un fort taux
d’humidité.
❚ Ce sera votre deuxième coupe du
monde, après celle de 2002. En quoi
sont-elles différentes l’une de l’autre ?
En 2002, les joueurs manquaient de
fraîcheur physique et mentale. Ce groupe
avait tout gagné, en 1998 et 2000.
Ajoutons la blessure de Zidane, plus Pires,
puis Henry. Le contexte était différent.
Aujourd’hui, l’équipe de France
revient de très loin. Après le match aller
en Ukraine, nous étions statistiquement
éliminés et au retour, nous étions
transformés. L’équipe est sur une bonne
dynamique et a besoin de se
construire.
❚ Votre rôle d’adjoint est-il différent
avec Roger Lemerre ou Didier Deschamps?
J’ai quelques années de plus, puis une
complicité avec Didier qui s’est
construite à l’OM, autant avec les titres
qu’avec les six derniers mois, qui ont
été difficiles. Nous nous comprenons
très vite. Dans un grand tournoi, on retrouve
le fonctionnement du quotidien,
sauf que là, nous nous préparons
pour un match qui a lieu le 15juin; et
deux autres ensuite.
❚ On se demande d’ailleurs si les cadors
qui ont des problèmes au premier
tour, comme l’Argentine en 2002 ou
l’Espagne qui avait perdu son premier
match en 2010, ne se préparent pas pour
être à 100%plus tard dans le tournoi et
arrivent un peu courts en poules...
Nous ne pouvons pas raisonner ainsi.
Nous devrions monter en régime au fil
des matches, mais la préparation est
axée sur le 15 juin, pas pour être à 70%
contre le Honduras, puis 80%contre la
Suisse et ainsi de suite. C’est trop dur, il
faut être prêts au jour J.
❚ Le Maracana où vous jouez le dernier
match de groupe, ça reste un mythe
ou vous craignez d’être déçu?
J’y suis allé. Ce n’est plus le Maracana
d’il y a trente ou quarante ans, avec
200000 personnes, dont beaucoup restaient
debout. Tout le monde est désormais
assis, avec la contenance du Stade
de France, ça n’a plus la même
odeur que dans le Maracana d’antant ;
il a juste gardé le même nom. Le progrès,
c’est ça: des gens mieux installés.
Mais j’aurais aimé vivre un match dans
le Maracana d’antan, celui de Pelé, Garrincha...
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Dim 1 Juin - 16:14

Stéphan : «Les dribbles, Garrincha...»
Ecart de génération oblige : contrairement à la plupart des joueurs retenus pour le Mondial, Guy Stéphan a davantage été marqué par le Roi Pelé que par Romario, Ronaldo et consorts. Les réponses de l'adjoint de Didier Deschamps à notre questionnaire Brésil.

63partages Tweeter Partager Partager

63partages Tweeter Partager Partager

28
a+a-imprimerRSS


Guy Stéphan aime le football samba. (L'Equipe)




« Guy Stéphan, trois choses que vous inspire le Brésil ?
La fête, la samba et le jeu.

Un joueur brésilien qui vous a marqué ?
Pelé, Edson Arantes do Nascimento. Il était exceptionnel. Le meilleur joueur de l’Histoire ? C’est toujours difficile de juger. C’est comme si on disait : qu’est-ce que donnerait Kopa aujourd’hui avec la même préparation que les joueurs actuels ? Ça serait intéressant à voir, mais c’est impossible.

Un match du Brésil qui vous a marqué ?
La finale de 1998, évidemment. Mais aussi le quart de finale de 1986 avec le penalty de Luis (Fernandez). Ce qui est sûr - et je m’en suis aperçu quand je suis allé au Brésil -, c’est que les Brésiliens sont traumatisés par la défaite face à l’Uruguay en 1950, au Maracana, devant 200 000 personnes.

Votre première fois au Brésil ?
Le tirage de la Coupe du monde au mois de décembre. Ah non, je mens. La première fois, c’était au mois de juin dernier, à Porto Alegre, lors de la tournée. Mais bon, dans les deux cas, je n’avais rien vu. J’y suis retourné en janvier à titre personnel avec mon épouse pendant neuf jours. Je voulais y aller depuis longtemps.



A                                                                       



L’insécurité, le retard des stades, la contestation sociale, ça vous inspire quoi ?
Pour y être allé, je sais qu’il y a du retard. Je ne suis pas inquiet pour les stades, mais il y aura plus de soucis pour les moyens de transport. La grogne sociale ? Elle existe malheureusement. La possibilité d’une Coupe du monde ratée ? Je ne pense pas, mais ça doit faire réfléchir les responsables.

Le plus Brésilien des joueurs français ?  
Sur certains gestes, il y a du "brésilien" chez Pogba, mais d’une manière générale, il y a peu de joueurs qui se rapprochent de ce style de jeu.

Pour vous, quel est le geste brésilien par excellence ? Un coup franc à la Juninho,  une virgule à la Ronaldinho, un cassage de rein à la Ronaldo, une bicyclette à la Leonidas da Silva, un coup du sombrero-volée à la Pelé, une série de dribbles à la Garrincha... ?
Les dribbles, les dribbles... Je ne vais pas citer Garrincha parce que personne dans le groupe ne va s’en rappeler, mais c’est vraiment les dribbles, ce que faisaient Bebeto, Ronaldinho, tous ceux-là…



Vous êtes plutôt football samba ou football bossa nova ?
J’aime bien le football samba. C’est spectaculaire, plus agréable à regarder.

Une coupe du monde au Brésil, c’est...
Le top ! Une Coupe du monde, c’est déjà énorme. Alors au Brésil, c’est fantastique. C’est le pays du foot, grand 15 fois comme la France. C’est exceptionnel.

Un sacre des Bleus au Mondial, c’est...
Inimaginable. On l’espère forcément, mais de là à y croire… Il y a tellement d’obstacles à passer et on revient de tellement loin… Le 16 novembre, on était éliminé, on n’était plus au Brésil… Après, inimaginable ne veut pas dire irréalisable.»

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Mar 10 Juin - 9:54

Bien vivre ensemble : les clés
Après deux semaines de préparation passées entre Clairefontaine, Nice et Lille, les Bleus sont arrivés lundi soir au Brésil. Ils y resteront au minimum quinze jours. En ayant conscience que la vie de groupe conditionnera une partie de leur parcours.

7partages Tweeter Partager Partager

7partages Tweeter Partager Partager

6
a+ a- imprimer RSS


Les Bleus entament leur Mondial dimanche face au Honduras. (L'Equipe)




La Coupe du monde 2010 et l’Euro 2012 en attestent : bien vivre ensemble pendant un mois «n’est pas toujours évident» (Debuchy). En Afrique du Sud, l’isolement des Bleus les avaient conduits à la grève de l’entraînement. En Ukraine, «des fusées et missiles» (Malouda) avaient été balancées dans le vestiaire après la défaite concédée face à la Suède (0-2). A l’image de Nasri ou Ménez (face à l’Espagne), tous n’avaient pas accepté de se retrouver sur le banc. «Ce sont des choses que l’on peut redouter, mais je sens que ça va bien se passer, assure toutefois Laurent Koscielny. C’est grâce à la vie de groupe qu’on ira le plus loin possible». Debuchy reprend : «Un mois, c’est long, mais ce n’est qu’un mois dans l’année. Au bout, il y a quand même une Coupe du monde.» Les clés du bien vivre ensemble.



1) Un groupe sain

Pas de fauteurs de trouble, des statuts pour la plupart bien définis : sur le papier, Didier Deschamps semble s’être préservé des crises d’ego qui avaient pollué la vie de ses prédécesseurs. «Le groupe qu’il faut, on verra après la Coupe du monde, tempère toutefois Bacary Sagna. On ne sait jamais à quoi s’attendre. Ce qui est sûr, c’est qu’on a envie de bien faire.» S’il estime qu’«il n’y a pas de secret», Hugo Lloris rappelle que le «bien-être individuel et collectif» repose d’abord sur «le respect de chacun». Sur ce plan-là, «les mecs sont très respectueux et travailleurs, se réjouit Laurent Koscielny. Tout le monde parle avec tout le monde. On sent que l’ambiance est bonne



2) Savoir s'effacer

«La star, c'est l'équipe de France. Personne n'est au-dessus» Didier Deschamps le sait : il est plus facile d’arborer un sourire quand on est quasiment assuré de jouer. Quid des autres susceptibles de tirer la tronche ? «Il faut mettre ton ego de côté, tu n’as pas le choix, répond Debuchy. Le collectif doit primer sur l’individu. C’est en ayant un bon état d’esprit que chacun va réussir à s’éclater et à s’épanouir.» Hugo Lloris confirme : «Si quelqu’un sort du cadre défini, les joueurs et le sélectionneur sont là pour le rappeler à l’ordre. La star, c’est l’équipe de France. Personne n’est au-dessus.»



3) Pouvoir s'aérer

S’aérer n’est pas une garantie de succès : pendant l’Euro 2012, les Bleus avaient effectué une virée shopping dans les rues de Donetsk. Cela ne les avait pas empêchés de «réveiller de vieux démons» (Malouda) lors de leur 3e match de poule face à la Suède. A l’image de la sortie paintball organisée par Didier Deschamps avant Espagne-France en octobre 2012, couper avec le foot peut toutefois participer à entretenir la dynamique du groupe. «Sur cent séances, ce n’est pas parce que tu en fais une de paintball que tu es moins bon en foot», souligne Stéphan. «Les clés, ce sont nous qui les avons, conclut Lloris. En sachant que les résultats conditionneront le reste.» Et vice-versa.
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Mer 11 Juin - 8:46

Mankowski et Smerecki sont là

5partages Tweeter Partager Partager

5partages Tweeter Partager Partager

6
a+ a- imprimer RSS



Le premier entrainement des Bleus au Brésil, à Ribeirao Preto, se déroulera en public mais aussi sous les yeux de Pierre Mankowski et Francis Smerecki. Les deux hommes devraient être chargés de superviser les adversaires de l’équipe de France lors de la Coupe du monde.
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  aladin le Jeu 19 Juin - 8:50

Le 19/06/2014 à 08:30:00 | Mis à jour le 19/06/2014 à 08:30:06
Foot
Bleus Stéphan a «tout fait»

Avant de devenir l'adjoint de Didier Deschamps en équipe de France, Guy Stéphan a connu une carrière très riche. Rythmée par les concours de circonstances.

0partages Tweeter Partager Partager

0partages Tweeter Partager Partager


a+ a- imprimer RSS


Guy Stephan possède un parcours mouvementé. (L'Equipe)





Un touche-à-tout. Joueur, entraîneur principal, entraîneur adjoint, sélectionneur, formateur à la DTN : Guy Stéphan a connu presque toutes les fonctions possibles. On ignorait, en revanche, qu’il avait, par la force des choses, explorer d’autres facettes du métier. A ses débuts sur le banc au FC Montceau Bourgogne (1988-1989), puis au FC Annecy (1989-1992), l’adjoint de Didier Deschamps n’était pas uniquement l’entraîneur principal. Il «faisait tout». «Adjoint, entraîneur des gardiens, préparateur physique et même un peu d’intendance ! A l’époque, il n’y a avait pas de staff, souligne-t-il. C’est une vraie richesse d’avoir commencé à ce moment-là même si je suis devenu entraîneur plus vite que prévu…»



«Je n'avais pas prévu d'arrêter à 29 ans...» Très tôt, Stéphan a su qu’il se dirigerait vers le banc. Alors qu’il était encore joueur à Caen, le technicien avait déjà commencé à passer ses diplômes («Tout ce qui est transmission m’intéresse», dit-il). Il ne doutait pas qu’ils lui serviraient aussi vite. «Ma carrière s’est arrêtée de manière très brutale suite à un grave accident», rappelle-t-il. Le 24 juillet 1986, trois jours avant la reprise du Championnat, Stéphan se rendait normalement à l’entraînement. «Malheureusement, il y avait un gars en face qui roulait à gauche». Bilan : un choc terrible qui le plongea dans le coma avec des fractures multiples «de la jambe, du coude, du visage, etc… Je n’avais pas prévu d’arrêter à 29 ans.»



D’Annecy à l’équipe de France, en passant par Lyon, Bordeaux, le Besiktas Istanbul, mais aussi le Sénégal, la carrière de Stéphan a été rythmée par des concours de circonstances. Par des rencontres également : «Tigana, Domenech, Lemerre, Deschamps…, énumère-t-il. Je mesure la chance que j’ai eue. Je suis bien parce que c’est le très très haut niveau.» Et d’ajouter : «Quand quelque chose m’intéresse sur le plan sportif, je dis oui». Quitte à s’effacer comme ce fut le cas en 1992 lorsqu’il passa d’entraîneur principal à Annecy à celui de numéro 2 à Lyon. «L’important, c’est d’avoir la sensation de franchir des paliers». Avec l’équipe de France et Didier Deschamps, il a conscience que «ça sera difficile de trouver mieux».
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  bienvenou le Mar 18 Nov - 14:36

FRANCE-SUÈDE Opération séduction
SportsFoot
Mardi 18/11/2014 à 05H42 Marseille






Guy Stéphan a levé le petit plot de plastique jaune, déposé sur la ligne de touche, jeté un petit clin d'oeil vers le haut et lancé un bref "C'est magnifique, hein ?"
Au moment où les Bleus sont entrés sur la pelouse du Vélodrome hier, la plupart ne l'ont pas reconnue. Peu ont joué dans ce stade depuis la fin des travaux (les Olympiens Mandanda, Gignac, Payet, le Rennais Costil...), la vision de la télé n'est pas la même que le ressenti sous la voûte céleste. Même Paul Pogba qui a connu le Maracana a jeté quelques coups d'oeil vers le haut. Pas le temps d'admirer, les exercices d'échauffement se succèdent. Mais ça n'empêche pas de savourer la découverte.
Soir de séduction. Mutuelle. D'abord, Marseille doit séduire les Bleus, donner envie d'y revenir (contre l'Arménie par exemple), donner confiance aux Bleus qui y disputeront le deuxième match de leur Euro en juin 2016. Devenir un peu plus que l'enceinte de l'OM, comme cela avait été le cas en 1998, mais aussi et surtout en 1984.
Mais la séduction se joue surtout dans l'autre sens. Les Bleus ont trop souffert de l'indifférence, de la moquerie, voire de la détestation du public français pour ne pas apprécier le soutien et l'entretenir, à travers la grande tournée en province qui mène les Bleus à Marseille après Rennes, avant Saint-Étienne et Bordeaux au printemps, en attendant Lyon début 2016 quand le stade des Lumières sera fini.
Dans cette opération séduction, Didier Deschamps se débrouille aussi pour faire des choix guère contestables sportivement, dans sa logique :"On essaie de nouveaux systèmes, de nouveaux joueurs, de nouvelles associations. C'est une période qui doit servir à cela, même si ça va à l'encontre de la cohésion, des automatismes, mais il me paraît logique de passer par cette étape-là."
Il en profite donc pour titulariser Mandanda et très probablement Payet et Gignac, plus Valbuena, venu en conférence de presse, sinon en capitaine du moins en joueur-clef. Trois Marseillais et demi. Pas un de plus qu'à Erevan toutefois. Inattaquable. Et pas de Parisien. Sans que, en l'absence de Matuidi, les sorties de Cabaye et Digne ne soient surprenantes. Et ce n'est pas lui qui a blessé Ibrahimovic... "Je ne pense pas que ça amène moins d'envie, de motivation à l'équipe de France. Ça joue simplement sur l'affiche, pour le public, même si ici, Zlatan ne doit pas avoir beaucoup de supporters."
Dans cette opération, il s'agira donc d'abord de rattraper la "contre-performance de vendredi" comme l'a souligné Mathieu Valbuena. Gagner donc. Les Bleus ont toujours su le faire depuis quatorze mois, après un nul ou une défaite. Jamais deux matches sans gagner (voir les chiffres ci-contre).
Gignac doit rêver de marquer. Mandanda de ne pas encaisser de but, sur coup de pied arrêté par exemple, le talon d'Achille actuel des Bleus. " Il s'agit surtout de concentration, d'agressivité au moment du duel, souligne Didier Deschamps. Nous pouvons être en déficit de taille et dans les airs, il faut un peu de roublardise, avec les bras, sans commettre de faute ; ça s'apprend. Mais le joueur albanais est passé devant, c'est donc un manque d'attention. Le ballon, il faut l'attaquer."
Encore heureux que les Bleus aient des progrès à faire, sinon on s'ennuierait pendant dix-huit mois sans compétition officielle. "Il manque l'adrénaline naturelle des matches de qualification, souligne le sélectionneur des Bleus, mais nous jouons des rencontres prestigieuses et il en reste d'autres derrière, la Suède en fait partie."
Pour les Suédois, ça fait plaisir et ça ne mange pas de pain...
Pour les Suédois, ça fait plaisir et ça ne mange pas de pain...

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: GUY STEPHAN L'ADJOINT ET LE STAFF TECHNIQUE ..

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum