FORMATION DES JEUNES BLEUS

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Sam 30 Avr - 17:17

BINATIONALITE


on a deja connu le cas d'HIGUAIN et de nombreux autres cas
ce clash va servir à regulariser ce probleme FFF

Mombaerts : «Pas un problème racial»

Le sélectionneur des Espoirs, Erick Mombaerts, qu'on n'avait pas encore entendu, réagit aux accusations lancées par Mediapart au sujet de la réunion du 8 novembre dernier

Il regrette d'être pris pour un «raciste». «Dans le cadre de ces discussions, je ne me souviens plus de tout ce qui a été dit, explique Mombaerts sur RMC. Tout ça a attrait à un problème important et croissant, celui des joueurs binationaux. François Blaquart a évoqué le chiffre de 40%. Ce n'est qu'une discussion et en plus, elle n'a abouti à rien. Le problème des binationaux n'est pas un problème racial. Il n'y a aucune connotation raciale. Je dis ouf. On crée des titres. On a l'impression de vivre le phénomène Outreau. On a balancé un truc terrible et maintenant il faut le replacer dans son contexte. On aura du mal à faire croire aux gens ci et ça. Il n'y a pas de mal car il n'a jamais été question de mettre en place des quotas raciaux. Le pire c'est d'être affublé de cette étiquette de raciste.»


@jopol,c'est difficile tu sais,moi mon père est espagnol et ma mère française et si j'avais été un bon footballeur et sélectionnable,ça aurait été difficile de choisir entre les 2 pays meme si je suis né à Paris,c'est très complexe mais c'est vrai qu'il faudra trouver une solution!

jopol le 30 avril à 15:49
Il est urgent de faire une loi pour interdire purement
et simplement les doubles nationalités en France pour une personne majeure !
Voilà un projet pour des candidats à la présidentielle. Tu choisis d'etre français à vie ou tu choisis une autre nationalité ! Mais après, il faut assumer les avantages ou les inconvénients.
Ras-le-bol que certains dans ce pays aient le beurre et l'argent du beurre.

slamy le 30 avril à 15:40
momberts à bien raison, c pas un probléme raciale mais un probléme de compétitivité!!!

bin oui si c pour former des jeunes et qui arpès si il choisissent un autre pays, ça affaiblie la france et renforce un adversaire!!!

par exemple si nasri, ben arfa ou benzema aurait choisi le pays d'origine de leur parents ça aurait un drame car sans eux la france n'aurait pas se bon niveau qu'elle a en se moment (grace à blanc)

Dr. Justice le 30 avril à 15:12
Tous les bi- nationaux n'auront pas la chance d'être convoqué en EDF.
Alors , on fait quoi s'ils ont une proposition de la sélection du pays de leur parents? Ils refusent en disant qu'ils ont été formé par la France? c'est quoi la solution? Pourquoi on se reveille maintenant? Quel est le vrai problème? Qui est derrière tout cela? Mystère...

gwadadom le 30 avril à 14:57
si la plupart des binationaux choisissent leur pays d'origine c'est tout simplement parque qu'ils estiment avoir le plus de chance d'y aller. Drobga ne serait en EDF que depuis 4-5 ans. Aurait-il pu imaginer quand il était au Mans ou a Guingamp qu'il aurait une chance de jouer en EDF ? Kanouté aussi a percé tard. si ca pose tant de pbs, on a qu'a les selectionner tout de suite en A...

maxibenz le 30 avril à 14:55
s'il ont un probleme avec les binationaux kil porte des reclamation sur les reglement fifa,la discrimination est interdit par la loi,le racisme("les espagnol nont pas de probleme avec les black"laurent blanc)devient tellement convenu en france c affligeant
avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Sam 30 Avr - 19:42

OUFF JE RESPIRE samedi 30 avril 2011
18h55
cheers


Actualité Communiqué de Laurent Blanc
"Je ne retire rien aux propos que j'ai tenus hier. Que certains termes employés au cours d'une réunion de travail, sur un sujet sensible et à bâtons rompus, puissent prêter à équivoque, sortis de leur contexte, je l'admets et si, pour ce qui me concerne, j'ai heurté certaines sensibilités, je m'en excuse.
Mais être soupçonné de racisme ou de xénophobie, moi qui suis contre toute forme de discrimination, je ne le supporte pas".

"Il faut être de mauvaise foi pour ne pas voir que le débat auquel j'ai participé n'avait évidemment pas pour objectif de «diminuer le nombre de noirs et d'arabes dans le football français» comme voulait le laisser entendre le titre outrancier de l'article, mais uniquement d'envisager le futur du football français
et donc d'aborder, par voie de conséquence, le lourd et délicat problème des joueurs à double nationalité ainsi que les modalités de détection/sélection pour un nouveau projet de jeu.

Que cela ait des incidences, à moyen ou long terme, sur les différents profils de joueurs en préformation ou en formation, c'est l'évidence, mais il n'y a là aucun lien, strictement aucun, avec une préférence ou un rejet de telle ou telle nationalité.

Mon seul souci est d'avoir de bons joueurs pour une bonne Equipe de France, qu'ils soient petits ou grands, quels que soient leur lieu de naissance ou leurs ascendances.

C'est assez facile à comprendre sauf,
apparemment, pour ceux qui, pour des motifs qui m'échappent,
mais avec des procédés douteux, mélangent tout et font un mal considérable
, et pas seulement au football français".
avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Dim 1 Mai - 6:59

Foot - FFF - Blaquart : Guy Roux «outré» par l'article





Guy Roux a réagi après la suspension du DTN.
Formateur de nombreux jeunes, Guy Roux s'est dit «outré» par l'article de Mediapart qui met en cause la FFF : «Il y a des trous, ce n'est pas sérieux»

Interrogé sur la suspension de François Blaquart, Directeur technique national, Guy Roux s'est dit «outré» par l'article qui est sorti dans la presse :

«La suspension est prématurée, a réagi l'ancien coach d'Auxerre présent à Rennes. La Fédération et la ministre annoncent une enquête légitime et la font. Après, quand on a fait l'enquête, on prend les décisions nécessaires. Sur la forme, je ne suis pas content.

Ils auraient dû attendre. (...) J'ai eu le texte, il y a des trous, ce n'est pas très sérieux. Devant un juge d'instruction, ça ne tiendrait pas dix minutes.
Je suis outré».Formateur de très nombreux internationaux, Guy Roux a essayé d'élever le débat.
«Deux sujets méritent d'être traités : la double nationalité et la question du jeu que l'on souhaite. La France, de par son histoire et son passé colonial, a des milliers de gens qui sont nos cousins. Leurs enfants naissent ici et jouent au foot.

De par le droit du sol, ils sont Français. La Fifa permet de jouer pour la nation de leur grand-père et même plus, sans limite. C'est un problème. Il faudrait décider que les joueurs doivent se décider quant à leur sélection dès 18 ans, à leur majorité», préconise-t-il.
BIEN SUR
ON NE VA PAS FORMER DES JOUEURS POUR D AUTRES PAYS ... TOUT EST DIT No
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Lun 2 Mai - 9:12



Alou Diarra défend Blanc
Suite à l'affaire ses quotas révélée par Mediapart, Alou Diarra a assuré dimanche dans le CFC que «Laurent Blanc n'était pas raciste».Le capitaine de l'équipe de France Alou Diarra, invité du Canal Football Club sur Canal +, a défendu Laurent Blanc dans l'affaire des quotas révélée par Mediapart. «Laurent Blanc n'est pas raciste, a assuré le milieu bordelais. Dans ses propos, je ne vois rien de raciste. Je vois un sélectionneur frustré, parce que son nombre de joueurs sélectionnables devient limité.»

Concernant l'idée d'introduire un quota de joueurs binationaux dans les filières fédérales de formation, comme l'a proposé le directeur technique national (DTN) François Blaquart, suspendu samedi, Diarra estime que «c'est aberrant, il ne faut même pas réfléchir à cette idée-là.» «L'équipe de France est une sélection très difficile à obtenir. Je peux comprendre que certains joueurs réfléchissent, parce que l'équipe de France est un long chemin. Aujourd'hui, les sélections africaines sont mieux organisées et arrivent à convaincre de nombreux joueurs d'origine africaine.»

Personnellement, Diarra, qui a des origines au Mali, dit avoir été «sollicité par la sélection malienne». «Dans ma tête, j'avais choisi, c'était l'équipe de France, a-t-il expliqué. J'y suis né, j'y ai grandi, je ne me suis pas trop posé de questions.» L'international français a ajouté qu'il n'était pas choqué d'entendre Laurent Blanc parler de «grands Blacks». «C'est un terme assez courant, il ne faut pas le prendre au premier degré.» (


avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Lun 2 Mai - 11:34

avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Lun 2 Mai - 11:36


MOI AUSSI

ON NE PAS ETRE NE FRANCAIS ET GREC
MAIS NE FRANCAIS OU GREC ..........DES VOTRE NAISSANCE VOS PARENTS OPTENT
POURQUOI ATTENDRE LA MAJORITE ...RIDICULE CHOIX


LE PIRE C" EST DE POUVOIR ACHETER
UNE NATIONALITE COMME LE QUATAR OU LES PAYS RICHES UN PUR SCANDALE

avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Mar 3 Mai - 7:08

Bi-nationaux, «pas le problème»
N'Zogbia, qui a choisi la France, Bassong (Cameroun) et Kana-Biyik (en cours de réflexion) évoquent la polémique des «bi-nationaux».





Charles n'Zogbia a refusé les avances de la sélection congolaise. Il ne le regrette pas.
L'un a choisi la France (N'Zogbia), l'autre le Cameroun (Bassong), tandis que le troisième n'a pas encore fait son choix (Kana-Biyik). Leur opinion sur la polémique des «bi-nationaux» qui frappe actuellement la FFF.

Lui a résisté aux sirènes de son pays d'origine. Dès l'âge de 18 ans, lorsqu'il a rejoint Newcastle, Charles N'Zogbia a été confronté au forcing des instances congolaises. «Dans mon club, il y avait Lua Lua, se souvient le milieu de terrain. Sa famille n'arrêtait pas de me dire : "Allez Charles, il faut que tu viennes aider le pays"». Poliment, l'ancien Havrais a refusé, préférant repousser son choix à plus tard.«Et j'ai bien fait, souligne celui qui compte une sélection chez les Bleus. J'étais passé par toutes les sélections de jeunes. C'était logique que je veuille aller en A.» Parce qu'il s'est «toujours senti français», le joueur de Wigan ne s'est pas «senti visé» par la polémique qui a frappé la FFF. «Mais vouloir prendre dès l'âge de 12-13 ans des joueurs qui sont nés en France et qui n'ont pas d'origine, ce n'est pas une question à se poser. Quand tu es né en France, tu es français, s'insurge-t-il. Après, si ça fait quatre ans que tu joues et que tu ne reçois pas un signe qui te fait dire qu'on pense à toi, c'est normal de te tourner vers ton pays d'origine. Pareil quand tu vois des amis à toi, avec qui tu as joué, qui font la Coupe du monde alors que toi, t'es en vacances... C'est normal de s'interroger» A ses yeux, le vrai problème n'est donc pas «la bi-nationalité» des joueurs, mais «le manque de considération» des instances. «Regardez Moussa Sow, souligne-t-il. Si ça se trouve, il a attendu un signe pendant 3-4 ans, et ce n'est que maintenant qu'il est meilleur buteur qu'on se met à regretter qu'il n'ait pas choisi la France. C'est leur faute...»

Il a fait ses classes à l'INF, porté le maillot des Espoirs et pourtant, Sébastien Bassong appartient à la catégorie des joueurs bi-nationaux à avoir choisi de défendre les couleurs de son pays d'origine. Depuis Londres, le défenseur camerounais a suivi avec attention «l'affaire du moment.» Et s'il a fait l'effort de «se placer des deux côtés, celui des instances et celui des joueurs», ce qu'il a entendu ne lui a «pas beaucoup plu.» «A partir du moment où le terme de quota a été employé, c'est choquant, souligne-t-il. Que la FFF veuille défendre certaines valeurs, d'accord, mais là, ça peut blesser.» Prenant son cas personnel en exemple, l'ancien Messin explique avoir privilégié «le coeur» aux critères «sportifs» en décidant de revêtir la tunique des Lions Indomptables. «Quand j'étais en Espoirs, j'étais fier de porter le maillot bleu, c'était une belle vitrine, mais avec le temps, ma réflexion a évolué, souligne-t-il. En grandissant, j'ai voulu en savoir plus sur mes racines, et ça s'est fait au détriment de la FFF.» A ses yeux, le problème de la bi-nationalité dépasse cependant le cadre du foot. «C'est un problème sociétal. A l'INF, tu es bien, tu écoutes, on te forme, mais quand tu es dans les quartiers, il y en a toujours pour dire que tu n'est pas français...» «Camerounais à 100% aujourd'hui», Bassong sait cependant ce qu'il «doit à la France.» «Je ne cracherai jamais dessus.»


Le débat ne l'a «pas plus touché que ça», mais il s'est tout de même senti «concerné.» S'il n'est pas passé par les structures fédérales, Jean-Armel Kana-Biyik fait partie de ces joueurs bi-nationaux qui n'ont pas encore fait leur choix. En octobre dernier, le défenseur rennais a même refusé une convocation chez les Espoirs, prétextant «encore hésiter» avec la sélection camerounaise. «Je me suis donné une année pour réfléchir parce que ce n'est pas une décision qu'on prend à la légère», nous a expliqué l'ancien Havais. Dans le fond, Kana-Biyik dit «comprendre» les instances françaises lorsqu'elle pose le problème «des joueurs qu'elle forme pour d'autres pays que la France.» «Mais bon, quand on sait que sur 30 joueurs formés, tous n'iront pas de toute façon en équipe de France, ça sert à quoi de les garder sous la main ?», s'interroge-t-il à haute voix. Pour le Franco-Camerounais, la FFF devrait plutôt se poser le problème de «la détection.» «Ce que je trouve drôle, c'est que tout le monde se demande aujourd'hui pourquoi un joueur comme Moussa Sow a choisi le Sénégal plutôt que la France. Cette question, il fallait se la poser avant, souligne-t-il. Vouloir limiter l'entrée des joueurs bi-nationaux dans les structures fédérales est aberrant. Ça ne changera rien.» -
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Mer 4 Mai - 7:24

FFF - Noah : «Dire la vérité»





Yannick Noah estime que la réunion du 8 novembre «est lamentable de connerie !»

Dans un entretien accordé à Mediapart, Yannick Noah a manifesté son souhait «d'élever un peu le débat» autour de l'affaire des quotas.

L'ex-joueur de tennis Yannick Noah a estimé mardi qu'on allait «enfin» pouvoir «aller au fond des choses, dire la vérité», dans un entretien au site Mediapart, concernant le projet de quotas discriminatoire qui secoue le football français et révélé par le site. «J'ai toujours pensé que ces choses existaient, a-t-il confié.
Ca existe dans les clubs, ça existe dans les ligues, ça existe à la Fédération. Mais qu'est-ce qu'on fait de cette situation?». Pour Noah, l'important désormais, «c'est d'aller plus loin, d'élever un peu le débat.» «En équipe de France sur 30 joueurs, il va y avoir, allez 20 blacks, 7 beurs et 3 blancs. Mais je vois aussi qu'il n'y a quasiment aucun entraîneur black, et qu'à la fédération, il n'y a -à peu près- personne parmi les dirigeants. Forcément, à un moment, il y a un problème d'équilibre».

Sur les quotas pour limiter l'entrée des enfants de 12 ans d'origine étrangère dans les centres de formation, il poursuit : «Ils y ont pensé, mais ils ne vont pas y arriver. On est quand même en France». Et de poursuivre: «L'idée qu'un mec puisse ne pas être pris parce qu'il est black, c'est juste insupportable Ca ne peut plus exister. Et ça n'existera pas, parce que nous sommes-là». Revenant sur la réunion du 8 novembre, où le plan aurait été évoqué, il indique que «c'est lamentable de connerie !». Quant à Laurent Blanc, «tu peux être un très bon sélectionneur mais là, si tout est confirmé, c'est une grosse boulette.»



avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Jeu 5 Mai - 7:00

Rousselot hausse le ton
Jacques Rousselot est en colère. Le président de Nancy l'a fait savoir mardi, en conférence de presse. L'objet de son courroux ? La fameuse affaire des quotas, qui a déjà fait valser la tête du Directeur technique national. «Je trouve scandaleux de ne pas soutenir François Blaquart dans sa position de DTN», s'est insurgé Rousselot, qui dénonce une décision «hâtive» alors que l'enquête ouverte n'est «pas terminée». «Je souhaite le retour de François Blaquart, poursuit-il, parce que je pense que c'est un homme de qualité qui fait du bon travail. Il a une vision nouvelle de la mise en place d'une formation dans le football.»

«On va revenir en 39-45...»

Pour le dirigeant lorrain, également membre du conseil fédéral, ni Blaquart, ni Laurent Blanc, également mis en cause, n'ont «aucune idée de discrimination ni de racisme». «Je suis sûr que ces garçons sont des garçons de qualité, compétents et qui essayent de mettre en place un programme pour changer la formation avec d'autres critères. Ils ont fait un constat qui permet de voir qu'il y a des carences dans la formation.»

Mais plus que les propos tenus lors de la réunion du 8 novembre, c'est le procédé utilisé pour les divulguer qui fait sauter Rousselot au plafond. «C'est surtout cela qui me heurte un peu parce que aujourd'hui, on va revenir comme en 39-45, sous le régime de Vichy, quand il y avait des rapporteurs, des gens qui dénonçaient des gens. Je crois que c'est intolérable dans notre démocratie. Je pense que les conversations privées doivent restées privées
avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Jeu 5 Mai - 9:17

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Jeu 5 Mai - 21:39



Griezmann «d'accord» avec Blanc

Antoine Griezmann (ici sous le maillot des Espoirs) a été contraint de s'exiler en Espagne à 13 ans en raison de sa taille.
L'affaire des quotas a complètement occulté la volonté première de Laurent Blanc : s'appuyer sur des joueurs vifs et techniques, trop longtemps laissés de côté. Antoine Griezmann témoigne.

On l'a pris au mot. «Demandez à Antoine Griezmann quel a été son parcours du combattant pour trouver un club», nous avait lancé Erick Mombaerts lorsque le scandale des quotas a éclaté. En nous incitant à interroger le joueur de la Real Sociedad, le sélectionneur des Espoirs entendait mettre en lumière quot;l'autrequot; discrimination, celle qui existe à l'encontre des joueurs de petite taille. Et justifier la nécessité de modifier les critères de détection, l'un des points centraux de la fameuse réunion du 8 novembre.

S'il s'abstient de s'aventurer sur le terrain glissant des bi-nationaux, Griezmann nous a affirmé «comprendre» la démarche de Laurent Blanc. «Je ne peux être que d'accord avec lui, souligne-t-il. En Espagne, ils s'en foutent du physique et pourtant ils sont champions du monde. Pareil pour le Barça. Il n'y a que des petits, et ça ne les empêche pas d'être la meilleure équipe.» Pour bien illustrer la différence de mentalité entre les deux pays, le milieu de terrain raconte comment il a essayé de convaincre certains Bleuets de rejoindre la Liga l'an prochain. «Mais ils m'ont dit : quot;Non, c'est trop technique pour nous. Laisse nous en Francequot;.» A l'inverse, lors du dernier France-Espagne, certains de ses équipiers à la Sociedad ont trouvé «quot;abuséquot; le nombre de joueurs grands et costauds» sous le maillot bleu.

Parce qu'il faisait partie des «petits» (1m40), Griezmann a été contraint de s'exiler en Espagne dès l'âge de 13 ans. Repéré lors d'un tournoi de jeunes à Paris par la Sociedad, il n'a eu besoin que d'un essai pour convaincre alors que toutes ses tentatives s'étaient révélées vaines en France. «Sochaux, Lyon, Auxerre, Saint-Etienne et Metz», le milieu de terrain récite de mémoire le nom des clubs qui lui ont fermé la porte. «A chaque fois, c'était à cause de la même chose : la taille. C'était dur à vivre et j'ai vite compris que pour progresser, il fallait que je parte. En France, ça n'aurait jamais rien donné...» Et pourtant, «on me disait souvent que techniquement, j'avais quelque chose en plus...» C'est précisément sur ce critère-là que Blanc souhaite aujourd'hui miser. A condition qu'on le laisse travailler
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Ven 6 Mai - 7:36

Mediapart publie les stats de Blaquart





Le graphique attribué à François Blaquart par Mediapart.
Mediapart publie jeudi un nouveau document embarrassant pour le DTN. Des stats sur les joueurs tentés d'opter pour un autre pays que la France.



Le site d'information Mediapart publie jeudi une nouvelle pièce accusatrice pour la FFF dans l'affaire des quotas : un graphique dressé par le DTN François Blaquart, synthèse de ses calculs sur le nombre de joueurs binationaux dans les sélections de jeunes. Ce travail remonterait à l'hiver dernier, bien avant la réunion du 8 novembre qui a valu au DTN d'être suspendu dans l'attente des conclusions des enquêtes de la 3F et le ministère des Sports.



Le site révèle que François Blaquart a établi des pourcentages de joueurs des différentes équipes de France susceptibles d'opter pour les couleurs d'une autre nation que la France. Selon Mediapart, listes et graphiques devaient servir de base à la mise en place de quotas discriminatoires dès l'âge de 12 ans, avec l'objectif d'éviter l'exode des jeunes joueurs français vers les autres sélections nationales.

François Blaquart aurait détaillé à Mediapart la méthodologie utilisée pour établir les statistiques : «On a réellement mis les joueurs qui peuvent être attirés, sentimentalement, affectivement, par la nation dont un membre de leur famille est issu», aurait expliqué le DTN. Selon ses calculs, 39% des adolescents sélectionnés en équipe de France des moins de 16 ans sont binationaux potentiels. Ce chiffre serait de 46% chez les Espoirs. François Blaquart admet que cette «étude n'est pas catégorique à 100%. C'est peut-être valable à 90%. Nous, on soulève simplement une problématique...» M. Blaquart, et Fernand Duchaussoy, président de la FFF, appelés par l'AFP jeudi soir, n'ont pas répondu. -Rédaction
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Ven 6 Mai - 7:40


CE GRAPHIQUE MONTRE QUE L"ON PARLE DE BLEU ET DE JAUNE
et qu'en aucun cas de blancs et de noirs

aladin a écrit:Mediapart publie les stats de Blaquart





Le graphique attribué à François Blaquart par Mediapart.
Mediapart publie jeudi un nouveau document embarrassant pour le DTN. Des stats sur les joueurs tentés d'opter pour un autre pays que la France.



Le site d'information Mediapart publie jeudi une nouvelle pièce accusatrice pour la FFF dans l'affaire des quotas : un graphique dressé par le DTN François Blaquart, synthèse de ses calculs sur le nombre de joueurs binationaux dans les sélections de jeunes. Ce travail remonterait à l'hiver dernier, bien avant la réunion du 8 novembre qui a valu au DTN d'être suspendu dans l'attente des conclusions des enquêtes de la 3F et le ministère des Sports.



Le site révèle que François Blaquart a établi des pourcentages de joueurs des différentes équipes de France susceptibles d'opter pour les couleurs d'une autre nation que la France. Selon Mediapart, listes et graphiques devaient servir de base à la mise en place de quotas discriminatoires dès l'âge de 12 ans, avec l'objectif d'éviter l'exode des jeunes joueurs français vers les autres sélections nationales.

François Blaquart aurait détaillé à Mediapart la méthodologie utilisée pour établir les statistiques : «On a réellement mis les joueurs qui peuvent être attirés, sentimentalement, affectivement, par la nation dont un membre de leur famille est issu», aurait expliqué le DTN. Selon ses calculs, 39% des adolescents sélectionnés en équipe de France des moins de 16 ans sont binationaux potentiels. Ce chiffre serait de 46% chez les Espoirs. François Blaquart admet que cette «étude n'est pas catégorique à 100%. C'est peut-être valable à 90%. Nous, on soulève simplement une problématique...» M. Blaquart, et Fernand Duchaussoy, président de la FFF, appelés par l'AFP jeudi soir, n'ont pas répondu. -Rédaction
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Ven 6 Mai - 17:09

Claude Le Roy, tout juste démissionnaire de son poste de sélectionneur de la Syrie, en raison des violences qui secouent le pays depuis plusieurs semaines, a gardé un œil sur l’actualité française pendant son absence.
Notamment sur l’affaire des quotas qui ébranle le football français depuis une semaine.

Le technicien breton qui a passé la majorité de sa carrière à entraîner des sélections africaines (Cameroun, Sénégal, Ghana, etc...) est plutôt bien placé pour évoquer le sujet. Il nous livre son opinion sur cette question
Écoutez son analyse
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Sam 7 Mai - 8:33

avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Sam 7 Mai - 19:08

VALDA le 06/05/2011, 10h30
Je suis comme beaucoup de français qui aiment ce sport, je trouve que nos centres de formations sont au coeur du problème !
Depuis quelques années , le forçing est fait sur des joueurs puissants, très physiques, au détriment de joueurs plus petits , plus techniques aussi, qui dribblent , qui donnent le tournis aux adversaires !
Dans une équipe il faut de tout , hors lorsque je regarde évoluer nos sélections de jeunes , je vois une équipe de "clones" grands , costauds mais sans l'imprévisibilité d'un Messi ou simplement d'un Valbuena !
Vous remarquerez que je n'ai pas parler de couleur de peau jusque là car ce n'est pas important, pourtant c'est là que réside le problème actuel car est-ce génétique, est-ce le hasard; toujours est-il que cette préférence pour de grands gabarit profite davantage aux joueurs de couleur, surtout au moment du recrutement , à l'adolescence !
Donc , comme l'a dit Blanc, peut importe s'il y a 11 joueurs noirs, a condition que ce ne soint plus des clones de Dessailly ou Vieira, mais qu'il y est aussi quelques Abédi Pelé !
Pour ce qui concerne les bi-nationaux , autre problème, je serait curieux de voir la tête de ceux qui jouent les "vierges effarouchées !" si d'aventure une nation nous éliminait de la coupe du monde avec des joueurs formés dans nos centres !
Là aussi il va falloir que ces jeunes choisissent leur camp plus tôt, l'histoire des quotas n'est pas la solution, mais Mr Blaquart a raison de poser le problème !
avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Dim 8 Mai - 15:07

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Mar 10 Mai - 6:33

Very Happy c'est un vrai probleme
apres cherchez la petite bete ailleurs n'a ps lieu d'etre
moi je suis pour un vrai choix de nationalite à 18 ans
FRANCAIS OU SENGALAIS ON NE PEUT PAS ETRE LES 2



M'Bengué : «J'ai choisi le Sénégal»
A 22 ans, l'ancien international Espoirs français, Cheikh M'Bengué, a choisi la sélection du Sénégal. Un symbole au milieu de l'affaire des quotas.





Cheikh M'Bengu
A 22 ans, le défenseur de Toulouse, Cheikh M'Bengue, a choisi lundi de défendre les couleurs du Sénégal. Le 29 mars dernier, il portait le maillot de l'équipe de France Espoirs. Un symbole au milieu de l'affaire des quotas.

«Cheikh M'Bengué, pourquoi avoir choisi aujourd'hui de défendre les couleurs du Sénégal alors que vous étiez encore en équipe de France Espoirs à la fin du mois de mars ?
Cela peut étonner. Mais c'est un choix que j'ai mûrement réfléchi avec ma famille. Je n'ai subi de pression de personne, j'ai fait ce choix en mon âme et conscience. Le coeur a parlé, mes parents sont Sénégalais, j'ai perdu mon père il y a six ans et, s'il était là aujourd'hui, il serait heureux. C'est une manière de lui rendre hommage. Je suis Français d'origine sénégalaise mais j'aime beaucoup mon pays, le Sénégal, et je ne renierai jamais mes origines.


Vous savez que ce choix va faire du bruit en pleine polémique des quotas?
C'est sûr, je le sais. Mon choix ne plaira pas à tout le monde mais tant pis. Cela va faire parler un moment et les gens oublieront, comme tout.

Vous choisissez le Sénégal à 22 ans après avoir porté le maillot de l'équipe de France en Espoirs, vous êtes peut-être le meilleur représentant actuel du débat sur les quotas?
Les gens pourront dire ce qu'ils veulent. J'ai réfléchi à tout cela, c'est vrai. Au-delà de ce problème, j'ai fait le choix du coeur. Ma mère m'a donné son accord et le reste n'a pas d'importance pour moi, c'est un choix qui ne regarde que moi. Les gens pourront me sortir tous les arguments du monde, je ne reviendrai jamais en arrière. Oui, j'étais encore dans la dernière équipe de France Espoirs. Mais cela fait deux ans que je discute avec la Fédération sénégalaise.

Qu'avez-vous pensé du débat qui a éclaté quand vous étiez en train de prendre votre décision et des déclarations de Laurent Blanc ?
Chacun pense ce qu'il veut mais, pour moi, ce débat n'a peut-être pas lieu d'être. En général, les meilleurs joueurs ne laissent pas passer l'équipe de France. Pour moi, d'autres paramètres sont entrés en jeu et je sais que je ne me trompe pas.


avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Mer 11 Mai - 13:26

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Mer 15 Juin - 9:35

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Sam 18 Juin - 8:24

avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Sam 30 Juil - 7:10

30 juillet 2011 platini bien dit je partage ce point de vue


C'est un bon débat, la binationalité. La Direction technique nationale (DTN) est là pour former des joueurs pour l'équipe de France, pas pour la Pologne, la Croatie ou l'Algérie.

Il est normal qu'elle se pose la question. Pour moi, il faudrait qu'à 18 ans les joueurs décident. Tu ne peux pas faire la Coupe du monde des moins de 17 ans avec un pays, puis les Jeux olympiques avec un autre. La FIFA a changé ses règlements en 2003, à la demande de Mohamed Raouraoua, le président de la Fédération algérienne de football, qui avait tout compris. Mais la réforme a été soumise à un vote, ce qu'il ne fallait pas faire, car le scrutin a été politique. Imaginez qu'en Algérie il y ait un super joueur de 17 ans et que les Français aillent le chercher ! Les Algériens feraient un peu la gueule, non ?
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  aladin le Ven 5 Aoû - 6:14

Blanc : «Une année difficile»
Laurent Blanc, qui fête ses un an à la tête de l'équipe de France,



Vous fêtez vous un an à la tête de l'équipe de France. Cela vous inspire quoi ?
Le bilan, il faudra le faire si on est qualifié pour l'Euro, ou pas, et dans ce cas, c'est vous (les journalistes) qui le ferez à ma place. Si nous nous qualifions, on aura atteint notre objectif. On a dépassé la moitié du chemin. En octobre, on sera fixé sur notre sort. Les anniversaires, c'est très bien mais ce n'est pas le plus important dans ce contexte. Cela a été une année difficile, très difficile même. Rien n'est facile.»
avatar
aladin

Messages : 115421
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 32
Localisation : DANS LE REVE DES ENFANTS

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Ven 2 Nov - 13:15

François BLAQUART (DTN) : "Je suis choqué quand je vois des clubs de CFA ne pas aligner un seul joueur issu du club"
Avec un système de pratique organisé essentiellement sur les compétitions, les clubs ont fini par s'éloigner de leur mission originelle. C'est en partant de ce constat que le DTN, François Blaquart, a fait de le "modélisation du club" un axe central de sa politique. Et si, grâce à nos clubs amateurs, le football redevenait un sport éducatif ? (par J.G.)



Comme beaucoup de vrais éducateurs, le DTN en a marre de la culture du résultat à tout prix. Parmi toutes les actions que vous menez en tant que DTN, il y en a une qui s'inscrit en fil rouge de votre projet, c'est celle de la "modélisation du club". Expliquez-nous.
Ce travail est animé par deux questions fondamentales : quelle offre de pratique pour tous les footballeurs et footballeuses en fonction de leurs aspirations ? Et à travers quel cursus ? Le pratiquant doit trouver dans le club à la fois ce qu'il recherche et ce dont il a besoin.

Ce n'est pas le cas aujourd'hui ?
On sait qu'environ 70% de la population des joueurs et joueuses ont une approche "loisir" du football. Ils veulent d'abord éprouver du plaisir dans leur activité, que ce soit à l'entraînement ou en match. Or, aujourd'hui, est-ce que notre organisation de pratique répond à cette demande ? Cette organisation, qui a 20 ou 30 ans, repose essentiellement sur un système descendant de compétition pure hiérarchisée !

Et que représentent les 30% restant ?
Il existe globalement quatre types d'aspiration. Derrière la pratique loisir, "libre", il y a la pratique compétitive. Jouer au football pour faire de la compétition. C'est ce que le système actuel fait à peu près de mieux. Ensuite, il y a ce que j'appelle le haut niveau amateur, avec des joueurs prêts à s'entraîner davantage et à faire des sacrifices pour jouer à un niveau plus élevé. Enfin, il reste le football d'élite, professionnel, qui est et doit rester une niche.

"On ne peut plus accepter aujourd'hui que la seule vocation d'un club de plusieurs centaines de licenciés soit de faire monter l'équipe première."Revenons donc à ce qui nous intéresse ici, à savoir les 70% de joueurs et joueuses auxquels il convient aujourd'hui de proposer un système de pratique plus en rapport avec ce qu'ils viennent chercher en club... et qu'ils ne trouvent pas. Le premier chantier ne consiste-t-il pas à dédramatiser la compétition ?
Il serait intéressant en effet de dédramatiser au maximum jusqu'à 15 ans. Tant que le joueur n'est pas pré adulte, on devrait être sur des pratiques essentiellement éducatives. Or, que ce soit le système des montées et descentes ou le fait d'avoir permis des mutations incessantes à l'intérieur même d'une saison, va à l'encontre du but recherché. Avec les excès que l'on connaît... Sur et autour des terrains ! Dans des ligues où il y a 10 divisions à 15 ans, c'est dramatique. Sans compter que cela a une incidence sur l'orientation des jeunes. Parce qu'avec 10 divisions, on fait de la "perf", on prend donc les plus performants dans l’immédiat, pas les talents à venir. L'éducateur ne va pas au bout de sa démarche. Or, l'idée, c'est que les enfants s'épanouissent au gré de leur croissance. Mais pour cela, il faut dédramatiser la compétition.

Comment ?
En redéfinissant pour commencer la vocation des clubs. C'est ce qui va conditionner tout le reste.

Que voulez-vous dire ?
On ne peut plus accepter aujourd'hui que la seule vocation d'un club de plusieurs centaines de licenciés soit de faire monter l'équipe première. C'est incohérent, hors sujet ! Le club a une vocation d'éducation, d'animation, d'accès à différentes pratiques, et même d'animation sociale de la commune. C'est l'essence même de la pratique associative. Tous ceux qui n'ont comme seul objectif de faire monter l'équipe première non seulement se trompent, mais ne sont plus dans leur mission.

Quels clubs visez-vous en particulier ?
Tous exceptés les pros. Je suis choqué quand je vois des clubs de CFA ou CFA2 ne pas aligner un seul joueur issu du club. Ils font fausse route. L'idée de l'offre et de l'accueil est au départ la première de leur vocation. Et pour les enfants du coin ! De la même manière qu'il n'est pas normal qu'un joueur de 14 ans en région parisienne ait déjà fait sept clubs ! La perte de repères et de sens est alors inévitable. Comment voulez-vous ensuite que le gamin sache ce que s'identifier à un club veut dire ?


A 15 ou 17 ans, il est anormal que certains joueurs soient déjà passés par autant de clubs. Que proposez-vous ?
On peut imaginer pourquoi pas limiter à deux ou trois le nombre de mutations avant 15 ans, et ne pas avoir le droit de rejoindre un club distant de plus 20 ou 25 kilomètres, etc... Il y a un tas de trucs à faire. Les idées sont là. Mais les décisions doivent être prises collectivement, avec tous les acteurs de notre sport.

Quelle est la part de responsabilité de l'éducateur dans tout ça ?
L'éducateur est fautif, naturellement, mais il est aussi victime du système.

Pourquoi ?
Parce qu'on ne le valorise que par la performance de son équipe. On ne le valorise pas à travers la qualité de son travail. Il est sous la pression d'un président, il est sous la pression des parents... C'est tout un contexte. En revanche, si demain on parvient à dédramatiser la compétition, l'éducateur pourra mieux œuvrer en direction des jeunes.

Mais est-ce leur volonté ? Ne se complaisent-ils pas dans ce système basé sur la compétition ?
Il est évident que tous ne sont pas animés par les mêmes motivations. Ceci étant, nous avons envoyé nos cadres techniques visiter les clubs de DH à National. Et on s'est aperçu qu'il y avait peu de vrais projets de club en réalité. Mais lorsqu'on leur a présenté notre approche, ils ont dit : "Mais oui ! Aidez-nous". C'est donc culturel. Notre système de pratique étant organisé sur les compétitions, les éducateurs se sont naturellement inscrits dans ce processus. À nous de mieux les orienter dorénavant.

" Ailleurs, l'éducateur des U9 est aussi important que celui des U19 ! En France, ce n'est pas le cas."Favoriser une pratique loisir n'empêchera pas de faire ressortir les meilleurs ?
Bien sûr que non ! La pratique loisir favorise on ne peut mieux la progression. Et puis le gamin qui a du talent sera placé dans un contexte où il va mieux progresser. Ça, on ne le remet pas en cause. Il faut bien comprendre ce que signifie "dédramatiser la compétition". Le match en tant qu'élément de compétition demeure indispensable. La culture de la gagne fait partie de l'éducation au sport. Ce qui est dangereux, ce sont les enjeux. Les montées, les descentes... C'est là qu'on commence à avoir un comportement modifié.

Cela rejoint la philosophie clairement exprimée des formateurs du FC Barcelone, qui affirment que "la compétition n'est pas importante. C'est apprendre à faire de la compétition qui l'est".
Exactement. Mais pour faire appliquer une telle philosophie, il faut que les éducateurs soient protégés. On en revient au système, au contexte. Ailleurs, l'éducateur des U9 est aussi important que celui des U19 ! C'est son action qui est valorisée, pas ses performances. En France, ce n'est pas le cas. Il y a une hiérarchisation des entraîneurs, y compris dans leurs émoluments, qui repose exclusivement sur la catégorie qu'ils entraînent, pas sur leur action éducative ! Je peux vous dire que le jour où les éducateurs, à diplôme égal, seront valorisés de la même manière quelle que soit leur catégorie, on aura fait un énorme pas en avant.

Les protéger, d'accord, mais aussi les former pour qu'ils soient en mesure de mener à bien leur action éducative. On touche ici à votre cheval de bataille : 1 équipe = 1 éducateur (sous-entendu "formé").
C'est effectivement le thème central de notre activité. Mais encore une fois, ce n'est pas la peine de travailler là-dessus si l'on ne revisite pas dans le même temps le système de compétition.


"L'éducateur est sous la double pression de son président et des parents. C'est tout un contexte..." Comment régler le "problème" des parents - les papas surtout - qui poussent leur rejeton à avoir une approche toujours plus compétitive de la pratique du football ?
D'abord, ce qui va aider à limiter ce phénomène, c'est que le joueur pourra certes choisir d'aller vers l'excellence, mais que celle-ci ne sera pas uniquement identifiée par un niveau de compétition. C'est plus une démarche, une approche dans le travail. Globalement, il peut y avoir deux niveaux : la pratique compétitive en proximité, et la pratique d'excellence à l'échelle régionale. Les parents pourront inscrire leur enfant dans l'une ou l'autre parce qu'il a le niveau, parce qu'il le souhaite, parce qu'il veut s'entraîner davantage... Alors oui, les parents vont continuer à jouer un rôle, ils sont responsables. Mais ils ont la même responsabilité dans le cursus scolaire lorsqu'ils changent leurs enfants d’établissement dans l'optique qu'ils réussissent davantage.

En définitive, le club de demain est celui qui permettra où tous les profils de licenciés d'y trouver leur compte.
C'est ce vers quoi il faut tendre, en effet. Et l'offre de pratique peut être large. On peut très bien, dans le cadre de la pratique loisir par exemple, faire du jeu réduit (futsal, foot à 5, à 8...) jusqu'en seniors ! Les joueurs prendraient assurément plus de plaisir, alors qu'à 11, certains ne touchent jamais le ballon... On a la chance aujourd'hui d'avoir des terrains synthétiques qui sont des structures d'accueil idéales pour un football loisir dans le cadre d'une offre de club. Chacun pourra faire du loisir, de la compétition et de l'excellence dans la même structure.

Cela veut-il dire aussi que l'on va vers la création du double licence, loisir ou compétition ?
C'est une piste en effet. L'idée même de la licence peut être revisitée. Les Allemands dissocient la licence de la cotisation. La licence est un acte individuel qui permet d'avoir accès à un certain nombre de pratiques, tandis que la cotisation demeure l'inscription à un club en tant qu'entité.

Concrètement, il faudra combien de temps pour transformer le système actuel et modéliser le club tel que vous venez de nous le présenter ?
Nous avons fait des pré-propositions. Et puis ce projet de modélisation du club a déjà été amorcé avec la réforme en cours du football d'animation. Maintenant, pour ce qui est de l'organisation des compétitions, nous ne sommes pas les seuls décideurs. Nous avons à convaincre. Mais les esprits sont ouverts au changement s’il est bénéfique pour tous, en priorité pour les joueurs et le jeu.

propos recueillis par J.G. foot83

FRANÇOIS BLAQUART
Né le 21 janvier 1954 à Roumazières Loubert
Parcours
Joueur : Entente Roumazières Loubert (1966-1979, D4)
Entraîneur : Nantes, centre de formation (1978-79), Châteaubriant (1979-80), Ligue Paris Ile de France, CTR (1979-88), Ile Maurice, DTN (1988-93), AS Saint-Etienne, adjoint (1993-94), AS Saint-Etienne, centre de formation (1993-96), Sochaux, centre de formation (1996-99), entraîneur national de la FFF, U16 à U19 (1999-2007), DTN adjoint (2007-2010), DTN (depuis février 2011).
Diplômes : DEPF, formateur, enseignant EPS, diplôme universitaire de gestion et d'administration

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  bienvenou le Mar 27 Nov - 7:09

ON EN A MARRE DE FORMER DES JEUNES BLEUS DE 13 A 21 ANS ET QU 'iL JOUE POUR UN PAYS ETRANGER
CETTE LOI EST UNE FUMISTERIE
ON EST FRANCAIS OU TETRANGER POUR LE FOOT ET ON OPTE A 13 ANS POUR LE PAYS DE SON COEUR

MERCI



Saint-Etienne: Ghoulam choisit l'Algérie
Ancien international espoirs français, Faouzi Ghoulam (21 ans) défendra désormais les couleurs de l’Algérie, révèle la fédération algérienne. "Le joueur de l’AS Saint-Etienne Faouzi Ghoulam a décidé de rejoindre l’équipe nationale d’Algérie de football et a transmis au président de la Fédération Algérienne de Football son dossier administratif, peut-on lire dans un communiqué. Le président de la FAF l’avait rencontré ainsi que sa famille à Saint Etienne et le joueur a eu des entretiens avec le sélectionneur national Vahid Halilhodzic. La FAF entame dès aujourd’hui la procédure de sa qualification auprès de la FIFA." Le jeune Stéphanois pourrait disputer la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, du 19 janvier au 10 février 2013, avec les Fennecs, aux côtés de la Côte d’Ivoire, de la Tunisie et du Togo au sein du groupe D

_________________
EN AVANT ..LA MEDITERRANEE

avatar
bienvenou
Admin

Messages : 171184
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 104
Localisation : cassis

Revenir en haut Aller en bas

Re: FORMATION DES JEUNES BLEUS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum